Cette idée figure dans la tribune de ce matin: une femme à qui le Tribunal fédéral a refusé l'adoption, au motif qu'elle est trop âgée, envisage avec son avocat la possibilité de recourir à la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH).

Cependant, la Convention Européenne, dans son titre I, ne garantit nullement le droit à l'adoption. Peut-être est-il couvert par un autre droit, par exemple le droit au respect de la vie privée (art. 8)? Peut-être les intéressés voudront-il plutôt invoquer une violation du droit au procès équitable (art. 6) ou la violation de l'interdiction de l'abus de droit (art. 17)?

En tout objectivité, cela relève de l'entreprise téméraire et cette dame risque de perdre temps et argent pour un résultat décevant. Au surplus, quand bien même tout le monde prétendrait le contraire, un enfant de 10 ans dont la mère en a 60... Ce n'est pas une situation très agréable.

Quand les parents penseront-ils avant tout au bien de l'enfant et non pas à leur propre plaisir et envie d'en avoir?