Le texte a été publié le 19 janvier et je ne m'en aperçois que maintenant, c'est un signe irréfutable que les examens font des ravages dans la tête dérangée de l'étudiant que je suis. Luzius Wildhaber quitte ainsi la Cour Européenne des Droits de l'Homme et sa chaise sera dorénavant occupée par Giorgio Malinverni, de la Faculté de Droit de Genève. La présidence appartiendra désormais au Français Jean-Paul Costa.

Voici quelques morceaux choisis du discours, qui ne fait que quatre pages, qui est très humain, très sobre et témoigne d'une grande philanthropie:
La Convention européenne des Droits de l'Homme offre un modèle de communauté internationale liée par le respect de normes communes et par leur mise en oeuvre collective. C'est le legs du vingtième siècle, avec ses champs de bataille et ses camps, au vingt et unième siècle, avec ses nouveaux défis et ses nouvelles peurs. Les droits et libertés qu'elle garantit sont à la fois éternels et universels.
Une juridiction doit être au moins ça, et pas plus que ça : elle doit être une juridiction. Elle doit, en toute indépendance et impartialité, et dans le cadre de procédures rationnelles, équitables et prévisibles, statuer sur les questions pour lesquelles elle est compétente. Si elle s'attribue d'autres rôles, son indépendance en sera amoindrie, et elle s'exposera à des pressions gouvernementales, elle ne pourra plus réellement remplir ses fonctions bénéfiques et perdra d'abord sa crédibilité puis son utilité.