Trois thèmes sans aucun rapport les uns avec les autres, mais tous en rapport avec le droit. Pour le premier, le lien est évident. S'il l'est moins pour le second, il est presque invisible chez le troisième (Excusez le jeu de mots!).

De quoi s'agit-il?
  • 1) Mme Sharon Tendler, millionnaire anglaise de profession, a choisi pour compagnon un dauphin, qu'elle a épousé en Israël.
  • 2) Le M.I.T américain a complètement repensé le véhicule de la ville: place au modèle économique "vélib" appliqué à la voiture.
  • 3) Des images choc ou présentant un caractère érotique étourdiraient la réflexion du cerveau, au point qu'il devient "absent" pendant quelques secondes.
1. Mme Tendler pouvait-elle épouser le dauphin?



La réponse dépend avant tout du droit applicable. La question de la reconnaissance du mariage par d'autres droits est un autre problème. En effet, rien n'empêcherait les Martiens d'adopter des lois permettant de tels mariages.

J'ignore si Israël permet le mariage avec des animaux (j'en doute fortement d'ailleurs), mais il se pose la question de la personnalité juridique du dauphin. Si cet animal n'a pas la personnalité juridique, il n'a pas la jouissance des droits civils, encore moins leur exercice. Sans la jouissance des droits civils, il n'est pas possible de contracter le mariage.

J'imagine enfin la surprise du conservateur du registre d'état civil, à qui l'on demanderait d'inscrire le mariage avec un dauphin...
Donc non. Le mariage avec un animal n'est pas possible, à moins d'admettre que les animaux ont une personnalité juridique et jouissent des droits civils. Cela signifierait que toute atteinte à leurs biens (comprenez les poissons et l'océan) deviendrait un acte illicite dont ils pourraient demander (par l'intermédiaire d'un représentant naturellement) la réparation. On pourrait donc imaginer un juge condamnant l'auteur de l'acte illicite (vraisemblablement le conseil d'administration d'une usine de produits agro alimentaires) à nettoyer les plages et à livrer des tonnes de sardines, tous les jours, au dauphin pendant un an.

Une solution souhaitable, dîtes-vous?

2. Le nouveau concept de voiture urbaine
Un concept très intéressant que voilà! Cette voiture est construite selon le même modèle que le "vélib". Des automobiles qui s'imbriquent les unes dans les autres dans les parkings tels des caddies, entièrement électriques (non polluantes), légères et inaudibles. Le problème juridique est le fonctionnement généralisé de ce modèle, surtout du point de vue des droits réels (droits portant sur des choses). Ainsi, une loi sera nécessaire afin d'imposer ce système, qui n'est efficace que s'il est imposé (on peut imaginer que la ville n'est autorisée qu'à ce type de voiture, comme Zermatt qui n'autorise que les voitures électriques).

Quels seront les droits du conducteur sur la voiture qu'il conduit? Quid des assurances? Comment retrouver un objet que l'on aurait oublié dans la voiture? Que faire des voitures servant au trafic interurbain? (j'imagine mal faire un voyage au volant de cette voiture).

Des questions représentant des obstacles, certes, mais ce concept est emballant! Long à mettre en place, mais parfaitement adapté à la vie moderne!

3. Les images choc étourdissent le cerveau
Le dernier article de suchablog.com que je souhaite commenter.
Principal auteur de l'étude, le professeur Zald estime qu'il y a comme un embouteillage dans le traitement cérébral de l'information. " Si un certain type de stimulus attire l'attention, cela peut bloquer ce goulot d'étranglement empêchant ainsi l'information suivante de passer " déclare le Pr. Zald.
Le commentaire tiendra en une ligne, car rien n'appelle de longs développements.

Messieurs les avocats qui plaidez, vous disposez d'un nouveau moyen pour mettre en doute les témoignages! Si le témoin fut confronté à une scène choquante, son récit pourra être mis en doute sur des détails.