Un peu de tout et beaucoup de riens
SCOOP-SCOOP-SCOOP!!!

Tu habites en Belgique? Contacte-moi!

Tu lis ce blog? Continue! :o)
articles
réactions
Choupinou - 29.02.2008 | 0 réactions | #link | rss



Le Fado « ivrogne et vagabond » est né au début du XIXèsiècle, dans les ruelles du Barrio Alto et de l’Alfama, quartierspopulaires de Lisbonne. La réputation sulfureuse de cette musiquenocturne est liée à ce premier public : prostituées, marins, marginaux,mauvais garçons de ces vieux quartiers de la capitale portugaise.
Ses origines sont nombreuses et encore controversées : Vient-il du Lundum brésilien (mélange de rythmiques noires importées par les esclaves africains) ou de la modinha(musique de cour portugaise) ? Descend-il des joutes oratoires destroubadours, présents depuis le XIIè siècle dans le sud de l’Europe ?Est-il un héritage des chants arabes et juifs ? Les Portugais préfèrentl’idée selon laquelle, le fado, ce chant profond du manque, a étécolporté par les marins au long cours. Il semble que ce soit un peutout cela à la fois.
A l’instar du flamenco pour l’Espagne ou dutango pour l’argentine, le fado est devenu la musique emblématique duPortugal : il exprime l’âme de son peuple, l’odeur de sa terre. Il estl’expression même de la saudadelusitanienne, grande constante de l’âme portugaise qui désigne unmélange de regret et de désir, sentiment nostalgique teinté desensualité et de fatalisme, qui rend sensible l’absence. Plus qu’unchant, c’est une complainte qui interroge un destin contre lequel on nepeut rien. Le terme ’’ fado ’’ est d’ailleurs issu du latin fatum(l’inéluctable destin). L’amour inaccompli, la jalousie, la nostalgiedes morts et du passé, la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil… ensont les thèmes récurrents.
Le chanteur soliste, homme ou femme (fadista) est traditionnellement accompagné par deux guitaristes. L’un joue de la guitarra : guitare au son métallique en forme de poire, typiquement portugaise, de la famille des cistres ; l’autre de la viola : guitare espagnole classique.

« Le fado est né un jour

Où le vent soufflait à peine

Où le ciel et la mer se confondaient

Sur le pont d’un voilier

Dans le cœur d’un marin

Qui était triste et chantait. »

José Regio


Choupinou - 29.02.2008 | 2 réactions | #link | rss



... la photo d'hier, non retouchée...
laquelle préférez-vous?
Choupinou - 28.02.2008 | 0 réactions | #link | rss



Je dis:
"Lisbonne"
Quand je traverse - venant du Sud - le fleuve
Et la ville où j'arrive s'ouvre comme si elle naissait de
son propre nom
Long scintillement de bleu et de fleuve
Corps amoncelé de collines -
Je la vois mieux parce que je la dis
Tout se montre mieux parce que je dis
Tout montre mieux son être et sa carence
Parce que je dis
Lisbonne avec son nom d'être et de non-être
Ses méandres d'insomnie de surprise et de ferraille
Son éclat secret de chose de théâtre
Son sourire complice de masque et d'intrigue
Pendant qu'à l'Occident la vaste mer se dilate
Lisbonne oscillante comme une grande barque
Lisbonne cruellement construite le long de sa propre absence
Je dis le nom de la ville
- je dis pour voir

Sophia de Mello Breyner Andresen
extrait de Navigations, Ed. de la Différence
Traduction Joaquim Vital





Choupinou - 27.02.2008 | 0 réactions | #link | rss










carte.ext­

 

du 3 février 2008 au 26 octobre 2008, au Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel

Le propre du singe



Die Ausstellung ist zweisprachig; Deutsch und Französisch

 

En collaboration avec le Muséum d’histoire naturelle de Grenoble

­ Marche sur deux pattes, utilisation d’outils, rire, partage de la nourriture, conscience de soi, relations sociales complexes... culture !
D’autres primates possèdent aussi ces caractéristiques que l’on croyait réservées à notre espèce.


Mais alors, qu’est-ce qui différencie véritablement l’homme des grands singes?

Une exposition passionnante avec de nombreux films sur les comportements
étonnants de nos fascinants cousins.
Choupinou - 27.02.2008 | 3 réactions | #link | rss



Lisbonne, Jardin Zoologique, 11 février 2008

Une photo dont je suis particulièrement fière!
Choupinou - 26.02.2008 | 4 réactions | #link | rss
Petit passage à vide depuis quelques jours, pas envie de n'écrire que des banalités, juste pour faire monter le chiffre des articles et susciter des visites supplémentaires.

Qualité, plutôt que quantité.
Un peu comme aux soldes, quand on se rend compte que d'acheter cinq pulls pas à sa taille, et dans des couleurs flashouille-tektonik, ça va remplir les armoires mais pas aider au quotidien...

Me voilà de retour, j'espère avec encore quelques belles photos lisboètes, et quelques belles histoires à vous narrer...
Choupinou - 21.02.2008 | 1 réactions | #link | rss
Quand les mots se font souffrance
Quand les couleurs de l'enfance pâlissent
Quand les pas lisses se font pas de glisse

Quand un concept devient réalité
Quand l'esquive n'est plus d'actualité
Quand l'évitement devient affrontement

Quand de symbole le crabe s'installe dans la chair
Quand le temps de filer ne cesse
Sans que de sa durée on ne puisse présumer

Quand le cri mûrit
Quand la mère vieillit
Quand la fille grandit

...

Un temps pour vivre
Un temps pour aimer
Un temps pour se dire
Un temps pour les soupirs...

Pâleur... pas l'heure!

Choupinou - 21.02.2008 | 0 réactions | #link | rss
Eh oui, en bientôt approximativement 30 mois d'existence, mon blog a bien grandi. Deux ans et demi d'écriture, bien sûr pas toujours de la même intensité, du même intérêt: ça se ressent dans le nombre de visites et de commentaires.
Mais tout de même, 30 mois, et toujours l'envie de partager tout ça avec vous.

Grave, joyeux, sensible, amusé, tendre, rocailleux, photo-graphique ou -génique, pas trop politique, voilà ce qu'est mon blog.

On arrive gentiment à 500 articles, tout ça grâce à vous aussi.

Pour fêter ça: un concours!

Celui ou celle qui pronostiquera le jour du 500e gagnera...
à choix: toute mon estime, ma reconnaissance éternelle, un commentaire sur son blog... ou toute autre ineptie sortie du chapeau de l'écrivaine!

écrivaine? ouais, là c'est gonflé!
Choupinou - 20.02.2008 | 1 réactions | #link | rss



En nous baladant sur ces murailles plus que millénaires, nous avons aperçu l'ombre d'une belle dame en robe d'antan.
Etait-ce une illusion, juste une ombre de nous-mêmes, une fantaisie de l'esprit?
Un jeu d'ombre et de lumière, juste une question de transparence?

Nous ne somme que deux à le savoir. Elle et moi... et l'ombre... Ou l'ombre de nous-même, notre côté obscur... et notre lumière...


Choupinou - 19.02.2008 | 0 réactions | #link | rss


Petit ange au soleil, égayant ton coin de mur sur une esplanade lisboète, qui t'a mis là? Pourquoi ne peux-tu plus déployer tes ailes, et voleter au-dessus de la ville, si lumineuse dans ses murs blancs, si contrastée avec ses pavés noirs et blancs...

Te voilà donc obligé de sourire béatement aux touristes de passage, qui te transformeront d'un coup de palette magique de ton bleu originel à un rose de pacotille...
Rose comme le plaisir que tu inspires, rose comme l'amour qui était roi il y a quelques jours...





Choupinou - 18.02.2008 | 1 réactions | #link | rss
Choupinou - 18.02.2008 | 1 réactions | #link | rss



C'est le petit livre qui nous a accompagnées à Lisbonne, déterminant chaque jour l'ange qui nous servirait de fil rouge...

Petit traité de spiritualité au quotidien, Anselm Grün, 1999

Si personne ne me l'offre, ce sera chose faite dès que je pourrai mettre deux pieds dans une librairie!


Choupinou - 17.02.2008 | 1 réactions | #link | rss



Popa Chubby revient en Suisse, à la grande salle de Thônex!
Après l'avoir entendu oreilles grandes ouvertes à Cully, je me réjouis de l'entendre à nouveau avec M. Choupinou...
Vivement le mois de mars!
Choupinou - 16.02.2008 | 4 réactions | #link | rss


Certaines s'obstinent à trouver le point G...
Nous on va au-delà de ces détails, et c'est le point I qu'on a trouvé!!!

"Dis, Tot', tu veux vraiment y aller à pied? Non, parce que tu vois là, il y a un bus..."
Choupinou, Sintra, en bas de la crès crès haute colline, dimanche 10.2.08
Choupinou - 15.02.2008 | 9 réactions | #link | rss

Vous allez penser que je me plains tout le temps, que je râle et tout et tout.
Alors même si je vois M. Choupinou sourire dans son coin, et applaudir des deux mains, je confirme: je ne râle jamais... ou presque.

Soit... donc je voulais juste vous dire que ce n'est pas facile d'être née un 12 février.

D'abord, à l'école, son anniversaire tombe en plein sur les relâches, et personne n'est là pour offrir une montagne pyrénéenne de cadeaux partager un moment d'intense émotion autour d'un gâteau confectionné par sa maman.

Ensuite, quelle que soit la période, il fait froid. Très froid.

D'accord, on peut partir au soleil pendant cette période, sans subir les assauts de familles entières, piaillantes et tonitruantes. En plus, les billets d'avion sont moins chers. D'accord, je vous l'accorde.

OUI, MAIS...

Le 12, c'est tout près du 14. Je décode: l'anniversaire est tout près de la Saint-Valentin.
Et là, de deux choses l'une, je pose deux et retiens quatre...

Soit vous êtes célibataire: l'anniversaire vous remonte le moral parce que vous avez eu la bonne idée d'organiser un méga surprise party avec vos amis. Et 48 heures plus tard, c'est la déprime assurée à la vue des coeurs, des fleurs, des gens qui s'aiment qui sont toujours un peu les mêmes...

Ou alors vous êtes en couple: votre chéri vous demandera alors le 12 ce qui vous ferait plaisir comme cadeau. Vous n'y aurez pas réfléchi, prise au dépourvu...
Et le 14, rebelote, et comme vous aurez carburé pour trouver une idée pour l'avant-veille, vous aurez oublié le retour vers le futur.

Il y a d'autres applications possibles, qui permettent d'entrer au club:

  • être né tout près de Noël (un seul cadeau assuré)
  • ou de Nouvel-An (votre anniversaire passe inaperçu!)
  • et tout autre de ce style!
Choupinou - 15.02.2008 | 5 réactions | #link | rss


Scène extérieure, au Portugal, après un délicieux repas de fruits de mer...
Choupinou étudie longuement la carte des desserts, appelle le serveur...

"Qual es la presentachione de la manga?"

Sous-entendu, bien sûr, de quelle façon est-elle apprêtée...
Et le serveur de s'esclaffer de rire, et d'expliquer à la brave Choupinette que la manga est un fruto rondo, vermilho, très très bueno...
J'ai pas eu l'impression d'être bête moi, à ce moment-là...

La prochaine fois, j'apprendrai le portuguais...

Choupinou - 14.02.2008 | 3 réactions | #link | rss


Belem, un nom qui sonne doux à nos oreilles... une sorte de Beleïm, qui glisse aussi sûrement que les Pasteis de Natas...
Une lumière chaude, une envie d'évasion...
Une rencontre improbable avec un colonel de la marine dominicaine, en visite officielle à Lisbonne... qui nous dit qu'il aimerait bien aussi se tremper les pieds, mais le protocole l'interdit. Pensez-donc, les uniformes ne sont pas fait pour musarder sur les quais, et les médailles couleraient à pic!

"Ahora es America!"
Colonel dominicain, Belem, février 2008
Choupinou - 13.02.2008 | 3 réactions | #link | rss
Choupinou - 13.02.2008 | 1 réactions | #link | rss



Parties de très (trop) bon matin de Genève, nous atterrissons à Lisbonne aux alentours de 8h30 (heure suisse). Le passage de l'heure suisse à l'heure portugaise nous jouera des tours tout au long du voyage. Pas moyen de savoir si c'est l'heure de l'apéro ou celle de passer à table...
Non mais tu rends compte Tot', si on ne peut même pas savoir ça, mais où va-t-on, je te le demande!?!

Pour le moment, on va à l'hôtel. Enfin, quand je dis "on y va"... le chauffeur de taxi reste perplexe devant l'adresse que je lui tends. Je reste tout autant perplexe, ne sachant pas ce qui se passe. Tot' vient à la recousse, et nous apprenons qu'il n'y a pas d'hôtel à l'adresse indiquée! Ben v'là autre chose!
Le chauffeur nous dépose à proximité de notre cible, et après, nous appliquons l'article 22!

Finalement nous trouvons l'adresse, et attaquons bravement les 78 marches qui nous séparent de notre "chez-nous". Quatre étages à pied... avec une moyenne de deux allers-retours chaque jour, cela nous fait 16 étages par jour. Soit sur quatre jours, 64 étages. Nous sommes prêtes pour attaquer un trek himalayen, comme nous l'a suggéré notre hôte, guide de haute montagne au Népal.

La pension est en fait un grand appartement, divisé en deux parties: la pension, et le domaine privé. Nous y avons trouvé notre bonheur: bien centré, pas cher, juste ce qu'il nous fallait!

Choupinou - 12.02.2008 | 2 réactions | #link | rss
Ben oui, comment on appelle celles qui ont 31 ans?

12 février 1977: inondations et temps de m...
12 février 2008: grand soleil mais degrés en chute libre...

Pourquoi je ne suis pas née en été? Hein?

Pourquoooooooaoaaaaaa?
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch