Un peu de tout et beaucoup de riens
SCOOP-SCOOP-SCOOP!!!

Tu habites en Belgique? Contacte-moi!

Tu lis ce blog? Continue! :o)
articles
réactions
Choupinou - 28.04.2008 | 6 réactions | #link | rss
Voilà, pour rendre service à un copain, je fais de la pub pour son appartement!

A louer donc un appartement de 85m2 à Orbe, avec cuisine agencée, grand salon et balcon, baignoire, proche des transports publics, de l'autoroute, des écoles et des commerces.
Loyer 1110 + 180.- de charges

Place de parc et/ou garage possible (50.- / 150.-)

Libre dès le 1er juillet ou à convenir
Choupinou - 25.04.2008 | 1 réactions | #link | rss


Comme hier, on oublie que c'est Demis Roussos, et on se concentre sur les paroles... y a de quoi pleurer tellement c'est beau!

Quand je t'aime
J'ai l'impression d'être un roi
Un chevalier d'autrefois
Le seul homme sur la terre
Quand je t'aime
J'ai l'impression d'être à toi
Comme la rivière au Delta
Prisonnier volontaire


Quand je t'aime
Tous mes gestes me ramènent
A tes lèvres ou à tes bras
A l'amour avec toi

Quand je t'aime
Il est minuit ou midi
En enfer au paradis
N'importe où mais ensemble
Quand je t'aime
Je ne sais plus si je suis
Un mendiant ou un messie
Mais nos rêves se ressemblent
{au Refrain}

Quand je t'aime
J'ai des fleurs au bout des doigts
Et le ciel que je te dois
Est un ciel sans étoiles
Quand je t'aime
J'ai la fièvre dans le sang
Et ce plaisir innocent
Me fait peur, me fait mal
{au Refrain}

Quand je t'aime
J'ai l'impression d'être un roi
Un chevalier d'autrefois
Le seul homme sur la terre
Quand je t'aime
J'ai l'impression d'être à toi
Comme la rivière au Delta
Prisonnier volontaire
Quand je t'aime
Il est minuit ou midi
En enfer au paradis
N'importe où mais ensemble
Quand je t'aime
Je ne sais plus si je suis
Un mendiant ou un messie
Mais nos rêves se ressemblent
Quand je t'aime
Choupinou - 24.04.2008 | 0 réactions | #link | rss



...mais si on écoutait vraiment les paroles? Pas si ringard que ça, je vous dis...

Partout autour de nous
Y a des signes d'espoir
Dans les regards
Donnons leurs écrits
Car dans la nuit
Tout s'efface
Même leurs traces


On écrit sur les murs
Le nom de ceux qu'on aime
Des messages pour les jours à venir
On écrit sur les murs
A l'encre de nos veines
On dessine tout ce que l'on voudrait dire
On écrit sur les murs
La force de nos rêves
Nos espoirs en forme de graffitis
On écrit sur les murs
Pour que l'amour se lève
Un beau jour sur le monde endormi

Des mots seulement gravés
Pour ne pas oublier
Pour tout changer
Mélangeons demain
Dans un refrain
Nos visages
Métissage
Choupinou - 23.04.2008 | 1 réactions | #link | rss


Ces derniers jours, la promenade du chien ressemble plus à un concours de plongée qu'à une bucolique pérégrination dans la campagne verdoyante...
Merci la pluie, merci les gouilles!
Choupinou - 21.04.2008 | 2 réactions | #link | rss


Il pleut
Place de parc loin loin du travail
Déplacement pas prévu
Yogourt explosé dans le sac...
Surcharge
Fatigue
Lundi...

Besoin d'un shoot de p'tits malins!
Choupinou - 20.04.2008 | 0 réactions | #link | rss
Chaque jour une chanson qui a compté dans ma p'tite vie...
Laissez-vous entraîner!
Choupinou - 16.04.2008 | 1 réactions | #link | rss
... c'est une sacrée java dans les vies qui s'installe. Depuis maintenant sept mois, nous avons appris à mieux connaître cette saloperie de maladie, puisqu'elle fait "partie" de nos vies maintenant. Nous les proches, les tout proches de celle qui vit avec.

Je ne vais pas m'étendre sur ce qu'est cette maladie. En résumé, une tumeur du cerveau. En détails, vous en saurez plus ici. Mais finalement, peu importe ce qu'est cette maladie, puisque nous en vivons les conséquences au quotidien.

Au quotidien, pour nous, c'est de voir qu'elle a passé plus de temps hospitalisée qu'à la maison. Que ses forces diminuent, que personne ne peut dire combien de temps il reste, et de quelle qualité sera ce temps.

Un jour après l'autre. Oui c'est un jour après l'autre qu'il nous faut vivre, attentifs aux envies exprimées, cueillir les moments où ça va bien, pour nous donner de la force pour les autres moments plus difficiles.

Nous avons eu aujourd'hui une séance avec les médecins de l'hôpital où Maman se trouve actuellement. Un moment d'échange d'une rare qualité, qui me réconcilierait presque (n'exagérons rien tout de même...) avec mon médecin traitant qui est aux abonnés absents depuis le début.

Première bonne nouvelle, l'hôpital offre un panel de possibilités que je ne'imaginais pas. On peut imaginer des sorties quand Maman va bien, sans pour autant prévenir deux jours à l'avance, le médecin nous suit dans nos demandes.
Concernant le traitement, il en est encore à un stade expérimental, et n'est pas pris en charge par l'assurance maladie. A plusieurs milliers de francs le traitement, il y a de quoi se faire des cheveux blancs... mais il semblerait que l'oncologue soutient une demande de financement directement auprès du laboratoire qui produit ce médicament. On n'a pas articulé le mot cobaye, ce n'est pas vraiment le cas, mais du moment que la recherche a besoin de testeurs, autant qu'elle y aille un peu de sa poche! Le médecin devrait obtenir tout prochainement la réponse définitive.

On sait bien que le traitement est un palliatif, mais si cela permet à Maman de pouvoir profiter encore quelques temps de la vie dans de bonnes conditions, alors nous sommes prêts à nous engager sur ce chemin.

Il y a longtemps que je voulais parler plus ouvertement de cela; ce "cela" qui nous imprègne depuis de longs mois, et que j'ai abordé pas très directement sur ce blog. C'est chose faite. C'était le moment juste. Ou juste le moment...
Choupinou - 14.04.2008 | 2 réactions | #link | rss
Pour écouter ce message, cliquez ici ou , ou encore ici. Même c'est pareil!
Choupinou - 13.04.2008 | 4 réactions | #link | rss
Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.
 
"Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie", demanda le Prince.
     
"Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi."
 
Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.
 
Il se trouva bientôt face à une grande porte sur aquelle on pouvait lire "CHANGE LE MONDE".
 
"C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas." Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent.

Bien des années passèrent.
 
Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" "J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas". "C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise." Et il disparut.
 
Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire "CHANGE LES AUTRES".
"C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration." Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat.

Bien des années passèrent.
 
Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" "J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactionset de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses."
"Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Sois reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir." Et le Vieil Homme disparut.
 
Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots "CHANGE-TOI TOI-MEME". "Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire," se dit-il. Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. 
Après bien des années de ce combat où il connut quelques succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :
 
Qu'as-tu appris sur le chemin ?"
 
"J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser."
 
"C'est bien," dit le Sage.
 
"Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise." "C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru." Et il disparut.
 
Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait "ACCEPTE-TOI TOI-MEME."
 
Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens. "Quand on combat on devient aveugle, se dit-il." Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer.

Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : "Qu'as-tu appris sur le chemin ?"
 
"J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement."
 
"C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte."
 
A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut "ACCEPTE LES AUTRES".
 
Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.
 
Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. "Qu'as-tu appris sur le chemin ?" demanda ce dernier. J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux. J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement." "C'est bien" dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.
 
Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut "ACCEPTE LE MONDE".
 
Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard ?Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda. 
 
"Qu'as-tu appris sur le chemin ?"
 
"J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement."
 
C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde." Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita. "Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence".
 
     Et le Vieil Homme disparut.
Choupinou - 08.04.2008 | 0 réactions | #link | rss
...que j'aimerais que le temps s'arrête, parfois.

...que sous mes airs forts, je ne suis qu'une petite fille qui a peur pour sa maman.

...et pour son papa aussi.

...que j'aimerais parfois me replier dans un cocon douillet.

...que décidément je suis très très fière de mes deux p'tites crapules de neveux.

...que j'ai un urgent besoin de soleil et de chaleur.

...que mon poignet trottinette-victim refait des siennes.

...que j'espère que la roue va tourner.

Mais je ne vous le dirai pas. C'est comme ça. C'est mon choix.

Reçu de Babi, je passe à qui veux!
Choupinou - 08.04.2008 | 1 réactions | #link | rss



Une de mes plus grandes frustrations? Ne jamais avoir pu piquer celui mon tonton...
Choupinou - 07.04.2008 | 0 réactions | #link | rss
Ben ouais, c'est mon blog, alors c'est moi qui décidons que cette semaine, je n'écrirai rien. Rien du tout! Pas une ligne!
Ca y est, je vous entends pleurer, renifler, réclamer... ah euh... c'est pas vous?

Qu'importe, cette semaine, c'est une video d'humour chaque matin, à jeun et sans biscotte!!

Mais avant toute chose, un petit mot pour le héros du jour: mon neveu! Il fête ses 2 ans aujourd'hui, et suit les traces de sa tata en terme de vitesse d'engloutissage de glace!
Bonne fête Tit Bonhomme! Je t'aime très fort!



Et une pensée pour celui qui nous a quittés cette nuit...

L'humour pour combattre la tristesse...
Choupinou - 06.04.2008 | 2 réactions | #link | rss


Enfin les paroles qui vont avec! J'ai compris (à peu près!) comment fonctionne le corps humain grâce à ce dessin animé, dont j'ai acheté le coffret intégral...
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch