Absente hier au moment où le facteur des colis est passé, j'ai trouvé dans ma boîte une invitation à retirer un envoi à la poste du coin.
L'envoi? Un colis venant du Ghana. Ah vouala comme dirait l'autre. Je ne connais personne là-bas, et à ma connaissance, aucun ami qui me voudrait du bien n'est là-bas en ce moment. Et d'ailleurs, je ne sais même pas où ça se trouve le Ghana!

Google-qui-est-mon-ami m'a répondu:

 



Oui d'accord, mais ça fait toujours très loin de chez moi tout ça. Et je ne connais toujours personne de là bas.

Sur le papier de la poste, il était indiqué que je devais en plus payer 8 francs. Mouais... un peu mystérieux cette histoire. Et si c'était un colis piégé, d'un trafiquand véreux, de la mafia, et s'il y avait un serpent dedans? Oui je vous l'accorde, mon imagination s'est emballée, mais "sait-on jamais" hein...

Ce matin, je vais donc à la poste et retire le colis. Une enveloppe à bulles, qui a bien voyagé du Ghana jusque sur la Côte, puis chez moi. Mon nom dessus, enfin, avec un rajout bizarre. Et un numéro de portable 079 6XX XX XX. Et les 8 francs à payer pour la réexpédition jusqu'à moi. Pas de déclaration de douane, rien...

Je le prends quand même et décide de ne pas l'ouvrir tout de suite. Je vais promener mon chien, et pendant que celui-ci fertilise copieusement l'environnement, je sors de mon kit SOS des gants en latex (on ne sait toujours pas ce qu'il y a dedans...).

A l'intérieur, une enveloppe, et un "sac-à-crotte" noir rempli de "je-ne-sais-quoi" qui ressemble au toucher à des granulés. Je décide de ne pas ouvrir le sac-à-crotte, qui sent très fort la naphtaline, au premier abord.
L'enveloppe contient des instructions, en anglais. Je déchiffre, et découvre qu'il s'agit de diluer les granulés dans de l'eau, de s'asseoir dessus (sur quoi en fait?) et de s'abstenir de relations sexuelles juesqu'à ce que les signes aient disparus. Ah vouala... vouala vouala... plus loin on parle de naissance, mais j'avoue ne pas avoir très bien compris.

Bon, c'est pas tout ça, mais j'en fais quoi de ce colis? Si vous avez bien suivi, il y avait un numéro de téléphone sur le paquet. Alors j'appelle, et demande si la personne attend un colis en provenance du Ghana. Ce qui est le cas. Furieuse que son colis se soit perdu, la personne me demande de le lui amener, ou au moins de le lui renvoyer.
La destinataire porte le même nom, prénom que moi, habite à 500 mètres de mon précédent domicile... bizarre...

J'ai déjà perdu du temps, 8 francs, et je devrais encore en prendre/perdre pour le lui amener? Elle habite à 60km quand même, faut pas pousser!
C'est ce que je lui dis, en lui proposant de le lui remettre en mains propres dans un lieu public de mon domicile. Elle refuse, disant qu'elle ne peut se déplacer.

Finalement, et parce que j'en ai assez de perdre mon temps, je lui dis que je déposerai son colis à la gendarmerie, ouverte 24/24 et 7/7.

Donc là, pour ceux qui n'auraient pas compris:

 

Je me rends donc à la gendarmerie, et y dépose le paquet. Explique la situation, me dit pas forcément prête à garder ce mystérieux sac-à-crotte chez moi. Le gendarme chausse lui aussi des gants, et se saisit du colis, qu'il emmène derrière pour investigation. Je ne veux même pas savoir ce qui se trouvait dans ce sac.

A parano, parano et demi!

Voici mes aventures postales du jour!