Par quoi commencer... peut-etre par nous excuser pour l'absence des accents dans ce texte, le clavier japonais (quand il veut bien taper des lettres) n'en contient aucun...

Apres un bon vol hollandais, plusieurs films et quelques pates a la tomate, nous avons bien atteri a Osaka, ville plutot polluee et ou le taux d'humidite est relativement eleve. Nous y avons passe deux jours et nous avons pu y faire quelques constatations : la japonaise souvent vetue de mini-jupes ou de shorts sont perchees sur de hauts talons et tombent dans les escaliers du metro !!! quant au japonais, il est mieux coiffe que Rod Sterwart ;o)

A premier chapitre, premier soucis : trouver un telephone pour appeler l'Italie a 6h du mat' (heure locale). Nous avons bien mis plus de 2 heures pour trouver une personne sachant l'indicatif international (car celui inscrit sur les telephones ne fonctionne pas).