Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 25.07.2011 | 3 réactions | #link | rss
Hermione, Ron et Harry à la recherche des fameux Horcruxes, Poudlard réduite à n'être plus que l'ombre d'elle-même, telle est l'amorce de ce dernier opus réalisé par David Yates.

A contrario de l'avant dernier épisode qui a de beaucoup sacrifié l'émotion pour l'action, celui ci joue savamment sur tous les tableaux. Aidé de beaucoup par le travail minutieux des maquilleurs et l'attention soignée apportée aux décors.

A noter la performance toujours aussi impeccable d'Alan Rickman alias Severus Rogue.

En dépit de quelques différences notoires avec l'œuvre originale et d'un duel final qui aurait pu souffrir d'une dizaines de minutes supplémentaires, le récit conté est de qualité et les reliques de la mort partie 2 se révèlent à la hauteur de l'attente.

Le regard de nos trois jeunes héros dans le vide quelques minutes avant l'épilogue sonne avec nostalgie la fin d'une décennie. Mais que les fans se rassurent J.K.Rowling a eu ses mots à l'avant première londonienne : "c'est mon bébé, et si j'ai encore envie de jouer avec, je le ferai."


Sandrine - 18.07.2011 | 1 réactions | #link | rss
Le 5 juillet est sortie, pour tous les fans de la franchise, la première saison de l'adaptation télévisuelle de ce  remarquable comic book américain. Créé en 2003 par Robert Kirkman (scénariste) et Tony Moore dans un premier temps, puis Charlie Adlard (dessinateurs), The Walking Dead raconte les péripéties d'un petit groupe qui tente tant bien que mal de survivre après que la quasi totalité de la population ait été changée en zombies.

La version télé a été confiée à Frank Darabont (La ligne verte, Vampires, Les Evadés, Frankestein etc.) qui s'en sort très honorablement et ce, même si l'épisode 6 laisse pour certains fans purs et durs un goût amer... Il s'en explique d'ailleurs dans les bonus.

On y retrouve plusieurs acteurs habitués au format série à l'instar du héros principal Andrew Lincoln déjà vu dans Afterlife, Sarah Wayne Callies, héroïne des diverses saisons de Prison Break, Steven Yeun apparu dans The Big Bang Theory et Jon Berthal de Band of Brothers : L'Enfer du Pacific.
Présents également au casting et plus ou moins imposés par Darabont, Laurie Holden et Jeffrey DeMunn deux de ses acteurs fétiches déjà dirigés dans The Mist et The Majestic.

Retrouvez, en DVD, l'intégralité de la saison 1 et des bonus assez sympathiques :

épisode 1 : Passé décomposé
épisode 2 : Tripes
épisode 3 : T'as qu'à discuter avec les grenouilles
épisode 4 : La gang
épisode 5 : Feux de forêt
épisode 6 : Sujet-test 19


Si par hasard vous ne connaissez pas, laissez-vous tenter par cette série plus que "mortelle". The walking dead est bien plus qu'une simple histoire de zombies, elle s'impose grâce à l'attention apportée aux relations entre les personnages impliqués dans cette éprouvante aventure humaine.









NB1: La diffusion, aux Etats-Unis, de la saison 2 (13 épisodes) est prévue pour cet automne.
NB2: La sortie du tome 14 intitulé Piégés est prévue pour le 21 septembre, plus que quelques semaines de patience...


Sandrine - 12.07.2011 | 1 réactions | #link | rss
Vous ne savez pas quoi faire dimanche soir ?

Après avoir séduit l'an dernier les festivaliers de Cabourg, d’Angoulême et de Cannes, Le nom des gens revient sur nos écrans romands pour une soirée exceptionnelle dans l'amphithéâtre de Martigny .

Inspiré par beaucoup de leur vécu de couple mixte, Michel Leclerc et Baya Kasmi nous livrent une comédie politico-romantique engagée, qui n’a pas peur de dénoncer l’absurdité du débat sur l’identité nationale.

De son passage à Nulle Part Ailleurs, Michel Leclerc a gardé un ton délibérément irrévérencieux qui fait mouche. Il le met au service d’un scénario audacieux et frais, truffé de dialogues irrésistibles et intelligents.

Pour son deuxième long-métrage, il aborde à nouveau la thématique du couple (J’invente rien) et met en scène le duo improbable formé par Sara Forestier et Jacques Gamblin. La réussite du film repose sans conteste sur la qualité de ses interprètes principaux, qui osent tout devant les caméras du réalisateur. Jacques Gamblin, un brin taciturne et coincé, convainc en spécialiste des épizooties. Quant à Sarah Forestier (L'Esquive), sa gouaille et son impertinence servent parfaitement son personnage. Faisant fi des préjugés, ils nous présentent un couple jubilatoire et pétillant.

A noter un cameo sympathique de Lionel Jospin, auteur de son texte, où il prouve qu’il ne manque en aucune façon d’autodérision.

Certaines scènes ne sont pas sans rappeler le cinéma de Woody Allen, Michel Leclerc ne tarit d’ailleurs pas d’éloges à son sujet. Ainsi, le héros échange régulièrement ses réflexions avec son alter ego plus jeune.

Enfin, sur plusieurs plans, Michel Leclerc use habilement du gros grain afin de créer une atmosphère nostalgique et chargée en émotion avant de revenir à une HD plus classique.

En dépit de quelques scènes superflues, voire racoleuses, Le nom des gens se révèle un incontournable de l'année 2010.



Sandrine - 09.07.2011 | 1 réactions | #link | rss
Ce samedi la TSR1 propose à 20h30 le tout premier opus des aventures d'Harry Potter. Que l'on aime ou pas cette saga, avec le dernier épisode qui sort mercredi prochain, c'est 10 ans de cinéma qui se clôt.

Petite piqûre de rappel : Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin recueilli par son oncle et sa tante qui le rudoient fréquemment, voit son existence totalement bouleversée. Hagrid, un géant énigmatique vient le chercher et l'emmène à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie. Harry apprend alors qu'il est le fils unique d'un couple de puissants sorciers tués par le terrible Voldemort...

Cette première adaptation plus que soignée et assez fidèle au roman est le travail de Chris Colombus. Spielberg a longtemps été pressenti à la réalisation du film, mais sa volonté d'imposer le jeune américain Haley Joel Osment s'est opposée au désir farouche de l'écrivaine de voir ce rôle dévolu à un anglais. Après une âpre sélection, car pas moins de 60'000 candidats avaient posé leur candidature, le choix s'est porté sur Daniel Radcliffe.
Enfin, le film ne serait pas ce qu'il est sans les compositions de John Williams, elles lui ont d'ailleurs valu une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure bande originale.




En bonus, la bande annonce de la deuxième partie des Reliques de la mort.






Sandrine - 06.07.2011 | 0 réactions | #link | rss
En mal de sorties ? Il vous reste encore quelques jours pour vous rendre au NIFFF (Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel) où plus de 80 longs métrages du monde entier vous attendent. Créé en 2000 par une bande d'amis, il est aujourd'hui une référence pour les passionné(e)s du genre dont je fais partie.

Venons-en à la projection de samedi dernier : Insidious, de James Wan. La bande annonce promet un film sournois, malfaisant, malveillant, inquiétant, menaçant, angoissant, effrayant, maléfique et terrifiant... que nenni !

Josh, sa femme et leur trois enfants emménagent dans une nouvelle maison. Peu après, le fils ainé fait une chute, à priori sans gravité, dans le grenier. Le lendemain, il tombe cependant dans un coma qu'aucun médecin ne parvient à expliquer. Dès lors la maison devient la scène de nombreux phénomènes paranormaux.

Ce qui est sûr, c'est que James Wan et son acolyte de toujours Leigh Whannell ne laisseront pas une empreinte inoubliable avec ce long métrage, comme ils l'avaient fait en 2005 en signant le premier Saw. Leur dernière réalisation manque cruellement de rythme et frôle souvent le ridicule (l'équipe de ghostbusters légèrement attardée, le Dark Maul raté etc.). Difficile donc de crocher à ce film plus que prévisible, qui outre son thème (la projection astrale), n'apporte rien de bien original et se contente de copier les classiques du genre sans pour autant y apporter la moindre étincelle.

Reste un twist final plutôt étonnant, mais qui ne parvient pas à faire oublier les imperfections et les incohérences de l'ensemble.
Allez, encore jeudi et The Caller pour espérer une nuit blanche ! :o)


NB: Comme à son habitude Leigh Whannell (le scénariste) incarne un personnage dans le film, cette fois il s'agit de l'un des deux chasseurs de fantômes. Le compositeur Joseph Bishara fait aussi quelques apparitions dans le rôle du démon au visage rouge.







FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch