Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 21.08.2012 | 1 réactions | #link | rss
Toute la poésie de la fable sociale que nous conte Ken Loach se retrouve au travers de son titre : La Part des anges (je vous laisse découvrir sa signification).

Cannes ne s'y est pas trompé en lui accordant le prix du jury, son film se veut à la fois dénonciateur de toute une génération sacrifiée mais aussi porteur d'espoir.

L'histoire relate une tranche de la vie de Robbie, jeune écossais, au désir poignant de changer son futur. Le manque de perspectives de sa banlieue et  les mauvaises fréquentations rendent sa rédemption difficile. C'est au travers de la découverte du whisky qu'il rencontrera l'affection d'un père de substitution et l'amitié auprès de jeunes, comme lui, cabossés par la vie.

Le scénariste a découvert l’interprète principal alors qu'il suivait des éducateurs de quartiers. Ancien SDF au parcours chaotique, Paul Brannigan livre une performance émouvante et emplie de réalisme. Quant aux autres acteurs, ils ne sont pas en reste et tous ensemble nous entrainent, malgré les quelques paresses du film, dans leur aventure vibrante et drôle.





Sandrine - 02.08.2012 | 2 réactions | #link | rss
Avec la sortie de The Dark Knight Rises, qui clôture la trilogie réalisée par Christopher Nolan, je vous propose un petit sondage.

A vos votes !





Sandrine - 02.08.2012 | 0 réactions | #link | rss
Un petit bijou, bien de chez nous, dans le rayon action de chez Media Markt. A saisir si vous ne possédez pas déjà le Marcello, Marcello de Denis Rabaglia !

Ma critique au moment de sa sortie ciné en 2009 :

« J'ai 43 ans mais j'ai fait ce film comme si j'en avais 20, parce qu'à 20 ans on a encore tous ses idéaux et on veut changer le monde. » C'est ainsi que Denis Rabaglia présente son dernier film, Marcello Marcello, adapté du roman de Mark David Hatwood, Marcello's Date.

A l'Italie fantasmée de l'écrivain, Denis Rabaglia, auteur du remarqué Azzurro, apporte une touche d'authenticité puisée dans ses racines italiennes. Au final, une comédie romantique, fraîche, rythmée et pleine de charme.

C'est parmi un casting de 1200 adolescents qu'il a choisi Francesco Mistichelli, parfait dans le rôle de Marcello. Le jeune homme est prêt à bousculer le monde des adultes et ses traditions surannées afin d'obtenir le rendez-vous tant désiré. Avec ses propres règles du jeu, il réussit même à réconcilier les gens de son village, enfermés dans leurs secrets et leurs rancoeurs. Preuve que la jeunesse peut soulever des montagnes et transformer la société.

Le film est construit comme une fable pleine d'espoir qu'on peut interpréter à plusieurs niveaux, quoi qu 'il en soit on se laisse vite emporter par le challenge de Marcello. Le rythme est soutenu, on ne s'ennuie pas une seconde.

Denis Rabaglia apporte un soin particulier à chaque image et les couleurs chaudes de ce petit village pittoresque nous embarquent immédiatement sur les bords de la Méditerranée.

D'aucuns trouveront que certains passages sont kitschissimes, que le tout est invraisemblable ou frôle la caricature, mais en cette période de sinistrose, Marcello Marcello est une vraie bouffée d'oxygène. On ressort du film avec le sourire et l'envie d'être amoureux comme on l'est à vingt ans.



FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch