Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 31.12.2012 | 0 réactions | #link | rss
A saisir au rayon action de chez Media Markt, Nowhere Boy !

Pari audacieux de la réalisatrice britannique Sam Taylor-Wood, qui pour son premier long-métrage, relate la jeunesse de John Lennon sans que l’on y prononce une seule fois le nom des Beatles et sans y inclure une chanson du groupe. Sans être le premier film consacré à cet artiste (Chapitre 27, The Killing of John Lennon…), Nowhere Boy est le premier à adopter ce point de vue original.

Le pari est plutôt réussi. On suit le parcours difficile de ce jeune garçon en quête d’identité, tiraillé entre l’affection de sa tante, qui l’élève, et celle de sa mère, qui en a perdu la garde. Ce n’est qu’en entendant prononcer le nom entier du héros que l’on réalise qu’il s’agit bien ici d’un biopic sur l’adolescence tumultueuse et l’émergence du talent de celui qui fonda les Beatles.

L’écriture du scénario a été confiée à Matt Greenhalgh, qui s’était déjà brillamment illustré dans le même registre avec Control, qui dressait le portrait de Ian Curtis, leader du groupe anglais Joy Division. Pour cela il s’est judicieusement inspiré des écrits de la demi-sœur de John Lennon, Julia Baird, qui révèle dans deux ouvrages, des anecdotes familiales et des aspects méconnus du chanteur anglais.

Le film doit beaucoup à la performance de ses interprètes, à commencer par Aaron Johnson (Kick-Ass…), qui campe un John Lennon aussi vrai que nature, fragile, tourmenté et  impertinent. Kristin Scott-Thomas n’est pas en reste et montre l’étendue de son talent en petite bourgeoise austère, bien qu’aimante. Quant à Anne-Marie Duff, elle livre une prestation honorable, en mère immature et excentrique.

La reconstitution très soignée du Liverpool des années 50, associée à une mise en scène harmonieuse, font de Nowhere Boy, un récit honnête et émouvant qui convainc en dépit de quelques paresses.

Au final, un biopic plutôt intelligent et efficace qui nous en apprend plus sur l’homme que l’artiste, à compter qu’ils soient dissociables.




Sandrine - 28.12.2012 | 3 réactions | #link | rss
J'ai craqué et me suis offert pour Noël un abonnement télé avec image ainsi que son en qualité DVD et 150 chaines, croyez-le ou non mais en deux jours me voilà conquise, la météo n'y étant pas indifférente ! :))

Si vous possédez un tel abonnement, je vous recommande vivement trois films qui repassent encore pendant quelques jours :

* Les Révoltés de l'île du Diable, un film norvégien fort et d'une réalité brutale, réalisé par Marius Holst sorti sur nos écrans en 2011. Il décrit les rudes conditions de vie des jeunes délinquants envoyés dans des maisons de redressement au début du XXe siècle.

Dans l'institution de Bastoy, un nouveau détenu pousse les autres à se révolter contre une direction plus qu'autoritaire. Commence alors une violente émeute... (inspiré de faits réels)




* La Famille Jones de Derrick Borte, qui critique violemment la société de consommation et ses dérives, dans la lignée de The Truman Show.

Lorsque les Jones emménagent dans la banlieue chic d'une petite ville américaine, ils apparaissent immédiatement comme la famille idéale. Sauf qu'elle n'existe pas réellement et que ses membres ne sont que les employés d'une société de marketing basée sur l'envie...




* Oh My God ! une comédie british jouissive et pleine d'esprit, qui aborde sans détour la condition féminine dans l'Angleterre Victorienne.

Mortimer Granville, jeune et séduisant médecin, entre au service du docteur Dalrymple, spécialiste de l'hystérie féminine. Le traitement préconisé est simple : donner du plaisir pour soulager les troubles. Le docteur y met toute sa ferveur mais bientôt une vilaine crampe à la main l'empêche de pratiquer... (inspiré de faits réels)






(vu sur le bouquet Canal+)
Sandrine - 16.12.2012 | 3 réactions | #link | rss
Méconnu de ce côté-ci de l'Atlantique, Jack Frost n'en demeure pas moins un mythe pour beaucoup. Ce facétieux héros est à l'affiche, du nouveau Dreamworks, Les Cinq légendes de là à lui imputer les abondantes chutes de neige de ces derniers jours... :)) Le film est une adaptation libre des romans The Guardians of Childhood de William Joyce. La saga trouve son origine dans une interrogation pertinente de sa fille, à savoir : si le Père Noël et le lapin de Pâques sont amis.

Pour lutter contre le croque-mitaine qui a décidé de faire main basse sur l'imaginaire des enfants, cinq gardiens légendaires vont devoir faire fi de leurs préjugés et s'unir...

La force du film réside dans sa capacité à revisionner et moderniser les contes de notre enfance. Cette inventivité scénaristique, associée à un visuel irréprochable font de ce film un incontournable de cette fin d'année. La musique signée Alexandre Desplat (Coco avant Chanel, Julie & Julia, Le Discours d'un roi, The Ghost Writer etc.) sert efficacement chaque rebondissement. Enfin, les personnages sont attachants et pour certains drôlissimes.

En dépit de quelques indélicatesses typiquement américaines, féérie, aventure et humour jalonnent ce joli long-métrage destiné à la famille.


Sandrine - 06.12.2012 | 0 réactions | #link | rss
" Les films frappent à la porte de nos rêves. "


Après de brillantes études en art, Tim Burton fait ses premières armes chez Disney. Rapidement, il vole de ses propres ailes et réalise en 1985 son premier long métrage, Pee Wee Big Adventure, qui impose déjà son univers si particulier. C'est avec Beetlejuice qu'il gagne en reconnaissance et dès lors, ce touche à tout du cinéma ne cessera d'étonner et de séduire avec ses personnages atypiques confrontés à l'hostilité du monde.

Filmographie sélective :

1984 - Frankenweenie court métrage (r,s)
1985 - Pee Wee Big Adventure (r)
1988 - Beetlejuice (r,s)
1989 - Batman (r)
1990 - Edward aux mains d'argent (r,p,s)
1991 - Batman, le défi (r,p)
1994 - L'étrange Noël de Mr. Jack (p,s)
1994 - Ed Wood (r,p)
1996 - Mars Attack (r,p)
1999 - Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête (r)
2001 - La Planète des singes (r)
2003 - Big Fish (r)
2004 - Les Noces funèbres (r,p,s)
2005 - Charlie et la chocolaterie (r)
2007 - Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street (r)
2010 - Alice aux pays des merveilles (r,p)
2012 - Dark Shadows (r)
2012 - Frankenweenie (r,p,s)
2012 - Abraham Lincoln : chasseur de vampires (p)


(légende : r= réalisateur, p= producteur, s= scénariste)





Sandrine - 02.12.2012 | 0 réactions | #link | rss
J-22 : voici quelques idées cadeaux ciné pour les fêtes.


* Le DVD de l’irrésistible comédie Starbuck.



* A l'occasion des 20 ans du célèbre parc d'attraction parisien, un coffret réunissant les plus grands films d'animation des studios Disney et Pixar a été édité. Au programme, pas moins de 1756 minutes pour découvrir ou redécouvrir des classiques tels que Bambi, La Belle et le Clochard, Wall-e,  Là-haut, etc.



* Pour ceux qui ne possèderaient pas déjà les DVD, 20th Century Fox sort l'intégrale de L'Age de glace.



* Quelle meilleure occasion que Noël pour offrir le coffret des deux premières saisons de The Walking Dead ! ;OP (la saison 3 étant actuellement en cours de diffusion aux Etats-Unis)



* Créatures fantastiques et monstres au cinéma, un ouvrage incontournable de John Landis qui propose une ballade dans le bestiaire des fabricants de frissons de ces 100 dernières années.



* Tim Burton - entretiens avec Mark Salisbury : réelle invitation à entrer dans l'intimité et l'univers de ce visionnaire du 7ème art, lui qui d'habitude si pudique se livre ici avec une rare sincérité.



* Des Valseuses au Père Noël est une ordure, testez ou enrichissez vos connaissances sur les films qui ont marqué le cinéma au travers de quiz, vrai-faux, devinettes, QCM, etc. (la boite à répliques cultes sortie chez Marabout)




FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch