Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 14.02.2016 | 1 réactions | #link | rss

Deux films aux partis pris bien différents autour d'une même thématique. Si le premier est un petit "bijou cinématographique" tant au niveau des couleurs, de la photographie que de la reconstitution de l'Amérique bourgeoise des années 50 ; le deuxième, lui, inspiré d'une histoire vraie, met en avant un combat pour l'égalité.

Carol, belle adaptation du roman éponyme de Patricia Highsmith, publié en 1952, conte l'histoire d'amour de feux femmes que tout oppose dans la période d'après-guerre, où la différence était mal tolérée par la société. Tandis que la vie de l'une s'effondre et que l'autre peine à trouver sa place en ce monde, l'intensité du lien qui les unit va bouleverser à jamais leur vie.

Un drame amoureux poignant, séduisant par la beauté de ses plans séquences, ses couleurs, son élégance, sa pudeur et la qualité d'interprétation de ses actrices. Rooney Mara a d'ailleurs obtenu le prix d'interprétation féminine au dernier Festival de Cannes.

Free Love, inspiré de l'histoire de Laurel Hester et Stacie Andree, émeut par l'intensité de son propos. La mise en scène volontairement timide pour ne pas dire minimaliste laisse place à un film genre documentaire, pour nous conter la situation complexe et injuste dans laquelle est plongé ce couple. L'ambition du film n'est pas de réinventer le cinéma, mais juste d'exister et de témoigner.

La vie de Laurel, inspecteur émérite, bascule le jour où elle apprend qu'elle est en phase terminale du cancer. Dès lors épaulée par sa compagne, elle consacrera une partie de la fin de sa vie à se battre pour que leurs droits soient respectés et que sa pension soit reversée à sa veuve.

Julianne Moore livre une performance impressionnante, comme à son habitude, et une belle alchimie l'unit à Ellen Page. Même si le scénario de Ron Nyswaner (Philadelphia...) n'est pas centré sur l'histoire d'amour, le film aurait gagné en puissance s'il avait développé plus profondément les sentiments des deux protagonistes, afin de créer une plus forte empathie.

Beaucoup de cinémas ont fait le choix de ne sortir que le premier... Il est certainement plus facile encore de nos jours de mettre en avant une histoire d'amour saphique avec un happy end dans un temps révolu avec un réel investissement cinématographique, plutôt qu'une lutte malheureusement toujours d'actualité avec un parti pris qui n'est pas axé sur la réalisation mais son contenu.

Sandrine - 23.01.2014 | 2 réactions | #link | rss

Le projet avait tout pour plaire. De la réalisatrice Kimberly Pierce, remarquée pour son formidable Boys Don't Cry, aux actrices confirmées que sont Julianne Moore et la jeune Chloë Grace Moretz, en passant par le scénariste Roberto Aquirre-Sacasa, qui avait déjà approché l'univers de Stephen King pour une adaptation animée du Fléau... Résultat : un remake bien peu concluant.

Le "dépoussiérage" de la réalisatrice se révèle une pâle copie de la version de 1976 Carrie au bal du diable de Brian de Palma et n'amène au final aucune vraie nouvelle lecture du roman de Stephen King.

Là où Sissy Spacek crevait l'écran, Chloë Grace Moretz peine à trouver son propre registre d'interprétation et s'enlise dans un jeu ampoulé. Julianne Moore, quant à elle, s'en sort honorablement et se montre plutôt convaincante en mère bigote et abusive.

Encouragée par Brian de Palma, Kimberly Pierce, d'abord hésitante, a fini par s'engager dans l'aventure. Force est de constater malheureusement que, son nouveau long-métrage ne marquera pas autant les esprits que son premier.

Pour résumer, cette troisième adaptation du tout premier roman du Maître de l'horreur apparaît bien maladroite et manque cruellement d'ambition en dépit de son fort potentiel de départ.


carrie-la-vengeance


Pour découvrir le synopsis, la bande annonce et l'étonnante promotion de Carrie, la vengeance, c'est ici.

A noter qu'un superbe Mad Movies hors série, consacré aux adaptations des romans de Stephen King, est paru le 21 décembre, à n'en pas douter l'objet deviendra collector ! :) (164 pages, 22,60FS)

Sandrine - 12.10.2013 | 4 réactions | #link | rss

Voici l'une des vidéos les plus visionnées en ce moment sur la toile : l'étonnante promo du film Carrie, la vengeance, adaptation du tout premier roman de Stephen King, sortie programmée sur nos écrans pour décembre.




L'année 2013 aura été "marquée" par quelques remakes horrifiques, espérons que ce dernier soit plus abouti que celui d'Evil Dead.

Ado surprotégée par une mère bigote, Carrie possède des pouvoirs télékinésiques dont elle usera pour se venger des humiliations infligées par ses pairs... Au casting la talentueuse Julianne Moore et Chloë Grace Moretz révélée en 2005 dans, drôle de coïncidence, le remake d'Amytiville qui lui valut notamment une nomination aux Young Artist Awards.



Pour les fans du Maître de l'horreur, à noter que M6 diffusera à compter du 31 octobre l'adaptation réussie de Under the Dome. Vu l'engouement généré aux États-Unis par la série lors de sa diffusion cet été, une saison 2 a d'ores et déjà été commandée.

Chester's Mill est une petite bourgade où les évènements exceptionnels sont rares. Un jour, ses habitants se retrouvent pris au piège d'un énorme dôme, ne leur laissant d'autre choix que de s'unir pour traverser au mieux l'adversité. Isolée du reste du monde la communauté sera soumise à rude épreuve...



Sandrine - 28.12.2012 | 3 réactions | #link | rss
J'ai craqué et me suis offert pour Noël un abonnement télé avec image ainsi que son en qualité DVD et 150 chaines, croyez-le ou non mais en deux jours me voilà conquise, la météo n'y étant pas indifférente ! :))

Si vous possédez un tel abonnement, je vous recommande vivement trois films qui repassent encore pendant quelques jours :

* Les Révoltés de l'île du Diable, un film norvégien fort et d'une réalité brutale, réalisé par Marius Holst sorti sur nos écrans en 2011. Il décrit les rudes conditions de vie des jeunes délinquants envoyés dans des maisons de redressement au début du XXe siècle.

Dans l'institution de Bastoy, un nouveau détenu pousse les autres à se révolter contre une direction plus qu'autoritaire. Commence alors une violente émeute... (inspiré de faits réels)




* La Famille Jones de Derrick Borte, qui critique violemment la société de consommation et ses dérives, dans la lignée de The Truman Show.

Lorsque les Jones emménagent dans la banlieue chic d'une petite ville américaine, ils apparaissent immédiatement comme la famille idéale. Sauf qu'elle n'existe pas réellement et que ses membres ne sont que les employés d'une société de marketing basée sur l'envie...




* Oh My God ! une comédie british jouissive et pleine d'esprit, qui aborde sans détour la condition féminine dans l'Angleterre Victorienne.

Mortimer Granville, jeune et séduisant médecin, entre au service du docteur Dalrymple, spécialiste de l'hystérie féminine. Le traitement préconisé est simple : donner du plaisir pour soulager les troubles. Le docteur y met toute sa ferveur mais bientôt une vilaine crampe à la main l'empêche de pratiquer... (inspiré de faits réels)






(vu sur le bouquet Canal+)
Sandrine - 18.07.2011 | 1 réactions | #link | rss
Le 5 juillet est sortie, pour tous les fans de la franchise, la première saison de l'adaptation télévisuelle de ce  remarquable comic book américain. Créé en 2003 par Robert Kirkman (scénariste) et Tony Moore dans un premier temps, puis Charlie Adlard (dessinateurs), The Walking Dead raconte les péripéties d'un petit groupe qui tente tant bien que mal de survivre après que la quasi totalité de la population ait été changée en zombies.

La version télé a été confiée à Frank Darabont (La ligne verte, Vampires, Les Evadés, Frankestein etc.) qui s'en sort très honorablement et ce, même si l'épisode 6 laisse pour certains fans purs et durs un goût amer... Il s'en explique d'ailleurs dans les bonus.

On y retrouve plusieurs acteurs habitués au format série à l'instar du héros principal Andrew Lincoln déjà vu dans Afterlife, Sarah Wayne Callies, héroïne des diverses saisons de Prison Break, Steven Yeun apparu dans The Big Bang Theory et Jon Berthal de Band of Brothers : L'Enfer du Pacific.
Présents également au casting et plus ou moins imposés par Darabont, Laurie Holden et Jeffrey DeMunn deux de ses acteurs fétiches déjà dirigés dans The Mist et The Majestic.

Retrouvez, en DVD, l'intégralité de la saison 1 et des bonus assez sympathiques :

épisode 1 : Passé décomposé
épisode 2 : Tripes
épisode 3 : T'as qu'à discuter avec les grenouilles
épisode 4 : La gang
épisode 5 : Feux de forêt
épisode 6 : Sujet-test 19


Si par hasard vous ne connaissez pas, laissez-vous tenter par cette série plus que "mortelle". The walking dead est bien plus qu'une simple histoire de zombies, elle s'impose grâce à l'attention apportée aux relations entre les personnages impliqués dans cette éprouvante aventure humaine.









NB1: La diffusion, aux Etats-Unis, de la saison 2 (13 épisodes) est prévue pour cet automne.
NB2: La sortie du tome 14 intitulé Piégés est prévue pour le 21 septembre, plus que quelques semaines de patience...


FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch