Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 01.05.2013 | 0 réactions | #link | rss
En ce dimanche de Pâques, les chaînes se battent pour avoir vos faveurs. A 20h50, M6 vous propose Toy Story 3 et TF1 Harry Potter et le prince de sang mêlé.

Critiques :

Lee Unkrich a commencé sa carrière comme monteur image sur le premier Toy Story et, de fil en aiguille, s’est retrouvé co-réalisateur 5 ans plus tard sur l’opus 2. Il était ainsi tout désigné  pour prendre les commandes de Toy Story 3 qui se révèle être le plus inspiré et le plus intense de la saga.

Le film commence avec un flash back étonnant où Andy enfant fait vivre à ses jouets une séquence western endiablée et pleine d’imagination. On en vient ensuite au vrai thème du film, à savoir le passage à l’âge adulte et la fin de l’enfance. En effet, Andy va entrer à l’université et il est temps pour lui de se débarrasser de ses vieux jouets. Ces derniers constatent, à leur grand désespoir, qu’il n’a plus besoin d’eux. Donnés à une crèche, suite à un quiproquo, leur espoir d’être choyés par d’autres enfants, va être très vite déçu…

Les jouets sont attachants et dotés d’une histoire qui leur insuffle profondeur et humanité. Dans ce monde censé parfait, personne n’est totalement ni bon ni mauvais, mais blessé par l’expérience de la vie et du temps qui passe. Associés à une technique irréprochable, ces jouets parviennent à nous bouleverser. Car ce dont il est question dans ce troisième opus, c’est de fidélité, d’amitié, de persévérance et de transmission. A l’instar de Là-haut, Pixar introduit dans Toy Story 3 des thèmes qui sont rarement abordés dans les films pour enfants : la peur du changement, l’abandon…

Lee Unkrich maîtrise incontestablement son sujet et imprime au film un rythme soutenu, enchaînant les scènes d’action, servies par des dialogues piquants et truculents, et les moments plus émouvants.

Comme dans leurs productions antérieures, les clins d'œil sont légions dans Toy Story 3 de Mission Impossible à L’Exorciste, en passant par un caméo de Totoro de l’œuvre de Hayao Miyazaki...

En dépit d’un foisonnement d’idées qui peut parfois nuire à la fluidité du scénario, Pixar réussit une fois de plus son pari en s’adressant directement à l’enfant qui sommeille en chacun de nous.



Retardée à l'époque de sa sortie de presque 8 mois, l’adaptation de l’avant-dernier roman de J.K. Rowling n'a pas déçu ses fans. Dès les premières notes du désormais célèbre thème de John Williams, la magie opère et on se replonge avec délectation dans l’univers fantastique d’Harry Potter.

La scène d’ouverture du film où les Mangemorts, redoutables disciples de Voldemort, sèment la désolation sur un Londres lugubre, est tout simplement spectaculaire. N’en est pas étranger, Bruno Delbonnel (Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles) le directeur de la photographie sur cet opus. En soignant l’esthétique de l'éclairage, il colle parfaitement au côté clair-obscur de l’histoire.

En effet, Harry Potter et le prince de sang mêlé allie habilement l’insouciance de l’adolescence et la noirceur de la mort, symbolisées par le comique chassé-croisé amoureux que se livrent les héros et l’issue fatale qui se dessine.

Les jeunes acteurs ont mûri et ont de beaucoup affiné leur jeu. A noter la performance très convaincante de Hero Fiennes Tiffin et de Franck Dillane dans le rôle de Tom Jedusor. Alan Rickman et Michael Gambon, quant à eux, incarnent toujours aussi brillamment Severus Rogue et Albus Dumbledore.

En dépit de quelques écarts, le scénario de Steve Kloves est assez respectueux de l’œuvre originale, même s’il nous présente un Harry Potter parfois plus innocent et moins téméraire. De même, une des dernières scènes entache un suspens qui durait depuis le premier opus et qui normalement n’aurait dû être révélé que dans le suivant.

Au final, un film à la réalisation et aux effets spéciaux efficaces mais qui souffre toutefois de ne pouvoir rivaliser avec son équivalent de papier. En effet, difficile de porter à l’écran un livre de plus de 700 pages et ce même en 150 minutes. Harry Potter et le prince de sang mêlé constitue cependant un prologue réussi à l’adaptation du septième et ultime tome qui a fait l’objet de deux films.




Sandrine - 04.08.2011 | 0 réactions | #link | rss
C'est dit : le mois qui commence promet d'être riche en matière de cinéma ! Petit tour d'horizon :

C'est déjà le sujet de nombreuses polémiques : l'adaptation libre de la célèbre bande dessinée de Peyo Les Schtroumpfs par Raja Gosnel (Scooby-Doo, etc.). Après avoir été chassés de leur village par Gargamel, les Schtroumpfs débarquent dans notre monde, au beau milieu de Central Park.

Petite piqure de rappel avant d'aller voir le film :

- La toute première apparition des Schtroumpfs remonte à 1958
- Le grand Schtroumpf a 542  ans
- L'aliment préféré des Schtroumpfs est la salsepareille
- C'est Gargamel qui a créé la Schtroumpfette dans le but de semer la zizanie au sein de la petite communauté
- 102 Schtroumpfs habitent le village, ceci dit trois petits nouveaux font leur apparition pour les besoins du film, Schtroumpf Paniqué, Schtroumpf Dingo et Schtroumpf Courageux

(Sortie le 3 août 2011)




De grands noms entourent la production et la réalisation de Super 8, qui est déjà annoncé comme l’un des meilleurs films sur l’enfance par l’ensemble des critiques. Avec Spielberg en producteur et J.J Abrams (Lost, Fringe...) en réalisateur, le film se présente comme un savant mélange des genres. Ce récit à la base autobiographique, en effet J.JAbrams a tourné son premier film à l'âge de 8 ans, est parsemé de références volontaires ou non à son mentor producteur.
Alors qu'ils tournent un film en super 8, un petit groupe d'adolescents est le témoin d'une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu'il ne s'agit pas d'un accident ordinaire...

(Sortie le 3 août 2011)...



La Planète des singes : les origines est inspiré du roman de Pierre Boulle sans pour autant en être une adaptation, puisque l'histoire du film se déroule avant celle du livre. Au cours de ses recherches pour vaincre la maladie d'Alzheimer, un scientifique parvient à faire évoluer un singe nommé Caesar, qui va mener son espèce à dominer le monde... Au casting James Franco (127 heures) et Tom Felton qui depuis la saga Harry Potter semble se plaire dans les rôles de méchants.

(Sortie le 10 août 2011)




Mélancholia, le nouveau film du très controversé Lars Von Trier (Breaking The Waves, Dogville, Antichrist, etc.) raconte la relation d’amour et de haine partagée par deux sœurs (Kirsten Dunst et Charlotte Gainsbourg) sur fond de fin du monde. Ce film a permis à Kirsten Dunst de remporter le prix d'interprétation féminine au dernier festival de Cannes et ce malgré les frasques du réalisateur.

(Sortie le 10 août 2011)




Depuis que sa femme a été victime de brûlures dans un accident de voiture, le docteur Robert Ledgard, éminent chirurgien esthétique, se consacre à la création d’une nouvelle peau, grâce à laquelle il aurait pu sauver son épouse... La Piel que habito est une adaptation libre du roman Mygale de ThierryJonquet. C’est aussi la sixième collaboration Almodovar / Banderas.

(Sortie le 17 août 2011)




Cowboys et Envahisseurs est une adaptation de la bande dessinée du même nom, de Scott Mitchell Rosenberg, publiée en 2006. Au beau milieu des années 1800, des extraterrestres ont pour but d'envahir l'ouest américain et d'asservir l'Humanité. Mais les cowboys et les Apaches ont d'autres plans… Ce  croisement entre western et science fiction, produit également par Spielberg, est l’occasion de réunir le duo Harrison Ford, Daniel Craig.

(Sortie le 24 août 2011)




Ce mois d‘août fait aussi la part belle aux gros bras avec les sorties de Green Lantern (le 10 août), de Captain America : The First Avenger et de Conan (le 17 août). A signaler aussi, pour les adeptes de la franchise, la sortie de Destination finale 5 (le 31 août).

Cette petite liste n’est bien sur pas exhaustive et peut être soumise à des changements de programmation, quoiqu’il en soit et comme George Cukor se plaisait à dire « le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand ce n’est pas bien, c’est pas mal quand même ! » autrement dit, prenez votre pied et offrez-vous une petite toile car sur cette fin d’été, il y en a pour tous les goûts.

Sandrine - 25.07.2011 | 3 réactions | #link | rss
Hermione, Ron et Harry à la recherche des fameux Horcruxes, Poudlard réduite à n'être plus que l'ombre d'elle-même, telle est l'amorce de ce dernier opus réalisé par David Yates.

A contrario de l'avant dernier épisode qui a de beaucoup sacrifié l'émotion pour l'action, celui ci joue savamment sur tous les tableaux. Aidé de beaucoup par le travail minutieux des maquilleurs et l'attention soignée apportée aux décors.

A noter la performance toujours aussi impeccable d'Alan Rickman alias Severus Rogue.

En dépit de quelques différences notoires avec l'œuvre originale et d'un duel final qui aurait pu souffrir d'une dizaines de minutes supplémentaires, le récit conté est de qualité et les reliques de la mort partie 2 se révèlent à la hauteur de l'attente.

Le regard de nos trois jeunes héros dans le vide quelques minutes avant l'épilogue sonne avec nostalgie la fin d'une décennie. Mais que les fans se rassurent J.K.Rowling a eu ses mots à l'avant première londonienne : "c'est mon bébé, et si j'ai encore envie de jouer avec, je le ferai."


Sandrine - 09.07.2011 | 1 réactions | #link | rss
Ce samedi la TSR1 propose à 20h30 le tout premier opus des aventures d'Harry Potter. Que l'on aime ou pas cette saga, avec le dernier épisode qui sort mercredi prochain, c'est 10 ans de cinéma qui se clôt.

Petite piqûre de rappel : Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin recueilli par son oncle et sa tante qui le rudoient fréquemment, voit son existence totalement bouleversée. Hagrid, un géant énigmatique vient le chercher et l'emmène à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie. Harry apprend alors qu'il est le fils unique d'un couple de puissants sorciers tués par le terrible Voldemort...

Cette première adaptation plus que soignée et assez fidèle au roman est le travail de Chris Colombus. Spielberg a longtemps été pressenti à la réalisation du film, mais sa volonté d'imposer le jeune américain Haley Joel Osment s'est opposée au désir farouche de l'écrivaine de voir ce rôle dévolu à un anglais. Après une âpre sélection, car pas moins de 60'000 candidats avaient posé leur candidature, le choix s'est porté sur Daniel Radcliffe.
Enfin, le film ne serait pas ce qu'il est sans les compositions de John Williams, elles lui ont d'ailleurs valu une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure bande originale.




En bonus, la bande annonce de la deuxième partie des Reliques de la mort.






Sandrine - 10.06.2011 | 11 réactions | #link | rss
Ou 125 des plus grands héros et scélérats qui ont marqué l'histoire du cinéma ! Un livre volontairement léger et ludique, bourré d'anecdotes et d'infos techniques, qui ravira les férus de 7ème art. A chaque fois que l'on referme l'ouvrage, on se surprend à chercher dans sa DVDthèque afin de redécouvrir les incontournables présentés.

Répartis en 9 chapitres, par typologie (Psychopathes, Indestructibles, Inclassables, Décalés etc.) ce livre, assez exhaustif, paru chez YB Editions, témoigne de la diversité et de la pléiade de personnages dont le Cinéma regorge.

Le livre va un peu plus loin et nous montre à quel point la frontière entre bons et mauvais est ténue. Un baromètre en bas de page détermine même le degré de méchanceté de chacun.

Laissez-vous séduire par les 766 grammes de cet ouvrage, sorti en mai de cette année.






Avez-vous besoin de réviser vos classiques ?
Petit exercice :O)

Trouvez le film et ou l'acteur / actrice :

Clarice Starling
Axel Foley
Bruce Banner
Beatrix Kiddo
Frank Serpico
Vincent Vega
Harry Callahan
Marty McFly
Dave Lizewski
John McClane
Alex DeLarge
Ethan Hunt


NB: livre disponible à la Médiathèque Valais :O)
Sandrine - 14.04.2011 | 0 réactions | #link | rss

A l'instar du film, les bonus DVD auraient pu être meilleurs...

En dépit de quelques scènes coupées qui feront plaisir aux lecteurs assidus de la saga et du making of de la spectaculaire scène des sept Harry, l'on reste sur sa faim... La séance de golf entre certains acteurs, bien que sympathique est plutôt longuette. On lui préfèrera la chaleureuse compétition entre Emma Watson, Daniel Radcliffe et Ruppert Grint dans la scène de fuite face aux rafleurs.

Bref, de quoi patienter plutôt sagement jusqu'à la sortie de l'ultime épisode en juillet 2011 !


FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch