Pour que le manche soit agréable à jouer, il faut évidemment qu'il soit arrondi. J'ai lu énormément de méthodes différentes, mais celle de Melvin Hiscock, décrite dans son bouquin "Make your own Electric Guitar" (ISBN-10: 0953104907), m'a le plus convaincu.
  Sa technique est de faire le côté tête et corps à la lime et au surform, puis de relier les 2 côtés avec un wastringue.

  Je commence par marquer le centre du manche. Cette ligne est là limite à ne jamais toucher. Tant que je lime (ou ponce) sans l'atteindre, je suis tranquille quant au risque d'entamer l'épaisseur du manche.
  Je commence par le côté tête avec la lime à bois et un rabot surform. Doucement j'approche de la forme que je veux, en vérifiant d'une part au toucher, mais aussi avec un outil un peu bizarre qui permet de copier les courbes. Je fais de même du côté du talon, d'abord d'un côté, puis le second en vérifiant souvent pour éviter les mauvaises surprises.



  Quand j'ai une forme satisfaisante de tous les côtés j'attaque au wastringue. J'ai mis une éternité pour trouver comment on appelle ça en français mais en gros c'est un Rabot d'angle ou de courbes.
  Ca prend un peu de temps pour régler le couteau, mais après c'est vraiment juste une histoire de travailler avec des mouvements continus. Le reste vient tout seul. Les copeaux sont réguliers et on enlève la matière uniformément sur toute la longueur, si seulement tout était aussi évident!



  Après la partie centrale, je m'occupe de la volute du côté de la tète. Mon wastringue ayant un fond plat, je ne peux pas l'utiliser pour les courbures concaves. J'y vais donc à la lime et au rabot surforme, comme au début. C'est assez rapide et donc risqué; pour toujours avoir une bonne idée de la forme, je passe très souvent avec du papier de verre 150. Le côté grossier de la lime à bois ayant la sale tendance à fausser l'impression de volume.
  Pour avoir une volute avec une belle attaque du côté de la tête, je ponce avec un petit cylindre sur le dremel. Bien plus fin que le papier de verre, le dremel permet de vraiment travailler précisément sur ce genre de détail.



  Je m'occuperai du talon quand le manche sera collé, pour faire une forme fluide qui continue un peu sur le corps.

  Une note sur le livre de Melvin Hiscock. "Make your own Electric Guitar" m'a été conseillé dans plusieurs forums et par un ami devenu luthier entre temps. Il traite de tous les aspects de la fabrication, avec les pièges à éviter et des petites parties historiques, pour bien comprendre pourquoi il faut absolument faire certaines choses. Ma copie s'est passablement alourdie en Post-Its et notes avec le temps et je prends soins de toujours le consulter avant chaque étape. En 2 mots, si vous comptez vous lancer, lisez et relisez ce livre avant.