(billet mis à jour: 23/11/2007)


La récente étude dont toute la presse a parlé récemment affirmait que le salaire médian (à ne pas confondre avec un salaire moyen) (la médiane n'est pas la moyenne) (la moyenne est la somme divisée par la taille de l'échantillon) (la médiane est la valeur séparant l'échantillon en deux groupes de taille égale) (si on nous avait présenté le salaire moyen cela aurait été une simple provocation) (par exemple dans une ville de deux habitants, si l'un gagne 1'000 francs et l'autre 10'000 francs alors le salaire moyen est de 5'500 francs) (du coup on ne sait pas qui est vraiment dans la m.) (alors que le salaire médian, pour la même population, nous donne la même somme) (le problème de la moyenne, c'est qu'elle subit une grosse influence en cas d'un salaire extrêmement élevé ou extrêmement bas dans un échantillon de taille conséquente) (c'est pour ça que l'on préfère le salaire médian, ce dernier permet à l'indice de ne pas trop subir l'impact de salaires extrêmement élevés ou extrêmement bas) (si vous ne comprenez pas, relisez) d'un suisse était de 5'674 francs par mois.


Le verre vide deviendrait-il plein ?

Bien entendu, la presse n'a pas manqué de titrer "Un Suisse sur deux gagne moins de 5'674 francs par mois" alors qu'elle aurait tout aussi bien pu titrer "Un Suisse sur deux gagne plus de 5'674 francs par mois."

Prise dans le second sens, cette information est particulièrement bonne car elle montre que plus de la moitié de la population a réussi à atteindre un revenu mensuel plus que satisfaisant.

(début de parenthèse pour mes lecteurs du pays voisin)
Cette statistique indique qu'un travailleur Suisse sur deux gagne plus de 3'460 euros par mois (cours du 18 novembre 2007). Il y a donc une chance sur deux d'être dans le juste lorsque l'on traite un Suisse de "riche".

Le qualificatif "riche" est à prendre entre pincettes toutefois: en Suisse une personne riche est définie comme une personne percevant un revenu lui permettant de vivre largement au-dessus d'une quelconque considération de nécessité dans l'acquisition de ses biens et services. Dans de nombreux autres pays, une personne est qualifiée de riche dès lors que son revenu dépasse le seuil minimal de pauvreté.

Il s'agit d'une valeur médiane et non pas moyenne! Cela veut dire que la moitié des Suisses gagne plus, et que l'autre moitié gagne moins. Toutefois, il n'y a aucune information quant à la nature de ce salaire réellement obtenu. Ce dernier pourrait être proche de la médiane (un pays dans lequel tout le monde gagne la même chose), comme il peut en être très éloigné (un pays dans lequel de nombreuses personnes sont pauvres, et de nombreuses autres sont riches). Cette statistique indique qu'une moitié des Suisses gagne au moins 5'674 francs mais l'on ne sait toujours pas qui gagne moins, et dans quelle mesure...

Dans ce billet, je montrerai comment un ménage dépenserait son revenu s'il gagnait le salaire médian. La notion de médiane nous permet d'office de conclure que 50% de la population suisse vit en dessous des moyens présentés ci-après.
(fin de parenthèse pour mes lecteurs français)


Les femmes : égalité dans 30 ans !

La différence de salaires entre hommes et femmes est de 18,9%. Cette moyenne a baissé. Mais à la vitesse où elle baisse, il faudra environ 30 ans pour que les salaires soient égaux.

En ce qui me concerne, j'aurai 58 ans, ce n'est donc pas une mauvaise nouvelle en soi.


Retroussons nos manches!

La différence entre le brut (ce que tu crois gagner) et le net (ce qu'il te reste vraiment) est parfois énorme.

Prenons l'exemple d'un Suisse pas très riche, ni pas très pauvre, le type moyen qui a terminé ses études supérieures et qui aligne sa troisième année d'expérience professionnelle (26 ans, employé de commerce dans une boîte de marketing). Quel est son pouvoir d'achat ?

Pour répondre à la question, nous allons prendre son salaire (le salaire médian suisse) et lui retirer tout d'abord toutes les retenues salariales. Nous aurons ainsi son salaire 'net'.

Ensuite, nous déduirons les charges une à une, afin de déterminer quel est son "argent de poche" mensuel.

Le salaire net
  • Salaire brut : 5'674 francs
  • Retenues sociales (comprenant cotisation AVS, cotisation LPP, cotisation AC, cotisation AM, cotisation LAA et cotisation APG) : 667 francs.
Le salaire net (après retenues) est donc de 5007 francs.
(Les chiffres sont basés sur une retenue de salaire réelle.)


Le loyer...
  • Loyer dans une grande ville suisse (petit appart standard, 1 chambre, 1 living, 1 cuisine) : 1320 francs + 80 francs de charges = 1'400 francs. Il reste 3'607 francs.
Les assurances...
  • Prime d'assurance maladie obligatoire (l'assurance maladie est obligatoire en Suisse, le montant varie du simple au double selon l'assurance) : 270 francs par mois. Il reste 3'337 francs.
  • Prime d'assurance accidents auto (une petite voiture pas trop gourmande) + l'impôt sur la plaque d'immatriculation + l'impôt sur les véhicules à moteur + 1 intervention annuelle chez le garagiste. Je reste raisonnable et néglige les frais d'essence dans la mesure où j'utilise les transports publics: cela nous donne 3'000 francs par an, 250 francs par mois. Il reste 3087 francs sur le compte en banque.

Les transports...
  • Abonnement de transports publics, en moyenne 60 francs par mois (il reste 3027 francs)

On s'enfonce un peu plus...
  • Taxe de téléphonie : en moyenne 25 francs par mois (il reste 3022 francs)
  • Redevance télé et radio (si vous avez un téléphone portable, cela suffit pour la payer) : 40 francs par mois (il reste 2982 francs)
  • Se nourrir. Pour rester optimiste, je me base sur l'alimentation d'un étudiant (selon le site de l'université de Genève), essentiellement composée de sushi et de vin rouge, à savoir : 7'000 francs par an. Donc, 584 francs par mois. (Il reste donc 2'398 francs dans le porte-monnaie).
  • En imaginant que l'on sélectionne un forfait de téléphonie en prépaiement (de loin pas économique mais permet un meilleur contrôle de dépenses), on estimera les dépenses en téléphonie mobile à 20 francs par mois. Il reste 2'378 francs.
  • L'on y additionne le chauffage et l'électricité, pour un budget annuel de 1'000 francs, 84 francs par mois. (il reste 2'294 francs).
  • Internet. Une connexion Internet est à mon avis un bien nécessaire à toute personne socialement insérée. Le coût moyen d'une connexion ADSL est de 40 francs par mois. Il reste 2'254 francs.

Sortons de chez nous...
  • Nous avons de quoi nous loger, nous déplacer, nous nourrir. Il ne manque plus que de quoi nous vêtir. Budget très optimiste : 100 francs par mois. Il reste 2'154 francs.
  • Ajoutons ce que j'appelle le budget minimum vital d'insertion socioculturelle (BMVISC): 1 entrée de cinéma (15 francs), 2 Cocas dans le bar du coin (10 francs), 1 dîner au restaurant (addition commune, 25 francs), 2 DVDs loués (14 francs), 1 menu Big Mac parce qu'on avait trop pas le temps de manger une fois dans le mois (11.90), une invitation de la copine au resto ou week end chez les parents (100 francs). Total mensuel : 176 francs. Il reste 1'978 francs.

Et le gâteau aux cerises...
  • Nous n'oublions pas bien entendu la crème de la crème de l'endettement juste derrière la carte de crédit: les impôts! L'impôt suisse n'est pas prélevé à la source. Avec un salaire de 5674 francs, il faut s'attendre à une taxation d'environ 12'472 francs à la fin de l'année (selon la calculette fournie sur le site de l'État de Genève), ce qui correspond à un versement mensuel de 1039 francs. Il reste donc 939 francs dans le porte-monnaie.
Salaire brut: 5'674 francs
Salaire net après retenues: 5'007 francs
Budget après coûts fixes: 939 francs


Sans tenir compte de...
Bien entendu, ce budget ne prend aucune passion, loisir ou tout autre activité de détente en compte (excepté le BMVISC) et surtout : il n'inclut pas une quelconque forme d'épargne ! Essayons de corriger un peu le tir!


Pause pub!




Les personnes qui 'vivent'...

Prenons à présent des personnes qui vivent presque normalement. Je ne parle donc pas ici des clochards, des radins ni des dépensiers mais ceux qui ont "une vie".


Exemple 1
Femme, 30 ans, active, adepte de shopping chez H&M, boit un verre deux fois par semaine après le boulot, va voir son copain 1 fois par mois en prenant le train et mange une fois dehors par semaine en plus du BMVISC. Elle envisage de prendre un cours de langues pour améliorer son flamand et aimerait arrêter de fumer...demain!

  • Shopping : 400 francs
  • 8 verres (6x8): 48 francs
  • 1 trajet en train, aller-retour : 50 francs
  • 4 repas à 24 francs (pâtes à 18 francs + bouteille d'eau gazeuse) : 96 francs
  • Cigarettes: 1 paquet tous les 2 jours, 94.50, arrondis à 100 francs
  • Optionnel : cours de 'flamand', 180 francs par mois.
Total : 694 francs. Il reste 254 francs dans son porte-monnaie. Si elle opte pour son cours de langues, il lui restera 74 francs pour terminer le mois.


Exemple 2
Homme actif, 27 ans, adepte de jeux vidéos et de virées entre potes, boit un verre trois fois par semaine après le boulot, va en boîte le samedi soir (mais ne boit rien), invite sa copine 2 fois par mois au resto, met 20 francs d'essence par mois et mange une fois par mois au resto avec ses anciens collègues d'études, en plus du BMVISC. Il envisage de se prendre un abonnement de fitness mais n'est pas certain...

  • 1 jeu vidéo par mois : 100 francs
  • 1 console de jeux par année + équipement : 800 francs (mensuel : 66 francs)
  • 12 verres (6x12): 72 francs
  • 4 soirées en boîte (1 consommation comprise dans le prix, il ne boit rien d'autre) : 100 francs
  • Essence : 20 francs
  • 2 repas (2x pâtes à 18 francs + 2x salade verte à 6 francs + bouteille d'eau gazeuse + 2 cocas + 2 desserts) : 75 francs
  • 1 repas entre amis, addition commune, 1 bouteille de vin divisé par quatre : 30 francs.
  • 1 abonnement fitness : 1100 francs par an, 91 francs par mois.
Total : 554 francs Il lui reste 385 francs en poche.


Exemple 3
Homme actif, 25 ans. A choisi une belle voiture sportive pour s'affirmer face à ses collègues. En dehors de cette dépense, il est extrêmement économe, il squatte chez ses parents et ne mange presque jamais dehors et ne sort jamais.

  • 1 voiture en leasing : 350 francs par mois
  • Essence : 250 francs par mois
  • Assurance casco complète: (additionnel au budget de base) +2000 francs annuels (166 francs par mois)
  • 2 interventions manque-de-bol chez le garagiste : 3'000 francs (250 mensuel)
Total : 1016 francs. Budget dépassé. Et il n'est pas allé une seule fois manger avec ses collègues ou sa copine...Aïe.


la bête poilue
Ajoutons à tout cela le budget "animal domestique." 100 francs par mois, au moins pour certains chiens n'est pas exagéré.

le voyage
Ajoutons à tout cela 1 voyage par année, d'une durée d'une semaine, à l'étranger. Budget optimiste : 1'000 francs. Cela réduit le budget mensuel de presque 100 francs.

les dettes
Ajoutons à tout cela les retards sur le paiement des impôts, situation fréquente dans la population des jeunes employés 20-30 ans. 200 francs par mois de rattrapage sur l'impôt précédent.

la franchise d'assurance-maladie
J'ai volontairement pris une prime basse. Comme l'a bien noté un lecteur dans les commentaires, cela implique une franchise moyenne à élevée, à savoir de 1'500 à 2'000 francs en cas d'imprévu de santé.

Autres assurances
Les suisses, c'est connu, sont assurés à tout va. En général, nous sommes assurés:
  • avec une RC : assurance responsabilité civile
  • avec une AM : assurance ménage
  • avec une AJ : assurance juridique privée
  • avec une AJC : assurance juridique privée circulation
L'assurance responsabilité civile est obligatoire et couvre les dégâts que nous causerions à un tiers. La prime est négligeable, environ 200 francs par an.

L'assurance ménage est 'fortement conseillée' et couvre les biens (ce qui est dans l'appartement, dans un sac ou dans la voiture), pour assurer 50'000 francs de biens, il faut compter 300 à 400 francs de prime par année.

L'assurance juridique privée couvre les frais juridiques (dossier, avocats, etc.) en cas de pépin. Compter un peu moins d'une centaine de francs par année.

L'assurance juridique privée circulation couvre les frais du même ordre que l'assurance ci-dessus mais uniquement les problèmes liés à l'utilisation d'un véhicule (un accident, etc.). Ici aussi, compter un peu moins d'une centaine de francs par année.

Total pour une personne assurée selon "la norme suisse": 700 francs par année (budgétisés en 58 francs par mois).


Un peu d'épargne
Ajoutons à cela une personne qui souhaite épargner pour :
  • un voyage sabbatique
  • un appartement
  • une voiture
  • une bague de fiançailles ou un mariage
  • son troisième pilier (Ha!)
  • un compte d'épargne pour les coups durs (HAHAHA !)
Bref, ils peuvent toujours rêver.


Pour conclure

Comme on peut le constater dans cette projection, malgré un salaire d'apparence 'correcte', il est très difficile de stagner autour d'un budget 0 à peine le mois démarré.

La moindre passion, le moindre loisir, le moindre plaisir régulier déclenche irrémédiablement le budget 0 pour 50% au moins de la population suisse. Combien en resterait-il si l'on comptait également la moitié supérieure de la population?

Dans ces projections, je n'ai pas non plus pris en compte les jeunes couples actifs (n'oublions pas le salaire inférieur de 20% pour les femmes), semi-actifs (l'un paie pendant que l'autre étudie), ou parents d'un petit chérubin (prochainement taxés selon l'initiative IN130, destinée à la base à réduire la fuite des grosses fortunes). Quoi qu'il en soit, ces modèles ne sont pas des phénomènes, encore moins des cas isolés en Suisse.

Finalement, j'ai volontairement choisi un BMVISC que j'estime être un minimum, pour chacun des scénarios. Bien entendu, certains abusent mais un mal semble tout de même ronger une grande partie de la population en l'empêchant de satisfaire de menus plaisirs de la vie de tous les jours malgré plus de 50 heures par semaines passées en temps effectif de travail et commutations.

Il serait intéressant de se pencher prochainement sur des statistiques concernant les personnes psychologiquement suivies ou en passe de le devenir.


Quelques points à retenir de ce billet.
  • Lors de votre prochaine négociation de salaire, n'oubliez pas de passer au dessus de la barre des 50%;
  • Affirmer haut et fort que 50% de la population suisse gagne plus ou moins de 5'674 francs par mois n'a pas vraiment son utilité tant que l'on ne se penche pas un peu plus pour exprimer à quoi correspond ce salaire au quotidien. La presse étrangère reprend le montant mais pas la situation;
  • Genève est la ville ou les habitants peuvent être taxés jusqu'à 2x plus que le montant d'autres grandes villes. Une personne taxée 7'000 francs à Zurich peut par exemple être taxée 14'000 francs à Genève pour un même revenu. Je me ballade régulièrement entre les deux villes, je n'ai pas encore vu la différence de prestations...
  • En Suisse, presque tout le monde n'a pas un rond avant la fin du mois mais presque tout le monde fait semblant d'avoir des ronds.

Si vous n'avez pas encore les yeux secs et fatigués:
- Burberry mon ami, un article introductif sur cette série abordant notre relation avec la consommation
- Dettes.ch. Ce site propose des conseils pour se sortir du pétrin (à mon avis, ce site est inutile mais bon...faut tout de même en parler)
- le salaires des blogueurs : billet dédié aux salaires des blogueurs visitant ce blog


Vos retours d'expérience sont bien entendu les bienvenus!