Tu me terrifies par ce que tu me ressembles. J'ai la phobie du gaz. Pourtant, chaque flamme qui brûle en nous est un remède bien plus fort et bien plus beau que l'ombre d'une braise qui n'arrive pas à s'attiser ... Le courage que tu as déposé sur mon cœur m'a rendu plus forte, et a protégé ma vulnérabilité. Une vérité. Que ces mots te transportent par-delà la folie et la démence, par-delà les peurs et les hésitations. Je me joins ainsi à toi, tu peux percer les valses hésitations de ma peau laiteuse, négligeant les lenteurs et les monotonies du chemin sacré.
Je redeviens légende fantasmatique sous cette détermination farouche qui emplit le fruit mélangé. Cendre et huile, terre et eau, scarifie mon corps de ton appartenance pour mieux te libérer. Consacrons les esprits dans un combat musclé de nos corps décharnés, mélangeons-nous dans cette fratrie. Jeunesse insolente qui lutte, armée de technologies d'un autre monde, les vivants de cette jeunesse remplissent la vie dans les mémoires des disparus. Ayons la sagesse de ne pas vivre éternellement dans le passé. Délivrons nos souffrances et ne nous arrêtons pas en chemin, ou nous nous perdrons. Epouse ma mort, cannibale totem. Recouds mes vertèbres, sacrifie moi au cours d'une cérémonie rituelle, au cœur des origines, là où tout n'est que nature et harmonie, au centre de l'univers. Apparente-moi à tes souffrances sorties de l'âge de la pierre. Explore le néant inachevé des corps. Sculpte et exulte mon corps. Cicatrices et détermination, ressemblances frappantes de vérité. Glisse dans ma douleur. Soit mon chasseur de tête. Je veux être ta parure, portée au rang de ton emblème. Abats avec ta peinture corporelle le sang de ma déraison. Chasse mon esprit, lapide-moi. Recouvre mon visage de feuilles de palme, la vie paisible reprendra ses droits sur la folie. Similitude de nos corps opposés, rassemblés, parachève ma gravure. Attise le feu, hypnotise le, apprivoise celui qui ne te capturera jamais. Expose-moi près de la rivière, là ou les eaux me conduiront vers l'immensité. Ni trahie ni trompée, ta foi rejoindra la vie.
Mozaïques et cours d'eau déracinés pour oublier le talent, ils le feront renaître à travers ton regard sur le monde.
L'orage éclate, c'est la réponse à toutes ces questions.