Bon, z'avez passé de bonnes vacances de Noël? Vous ne vous êtes pas trop cassé de jambes? Vous avez bien profité des vacances au soleil, peut-être?

Pas moi. Non, avec plusieurs milliers de personnes, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour que vous puissiez partir (et revenir) dans les meilleures conditions.

A Genève, contrairement à la plupart des aéroports au monde, c'est en hiver, et surtout lors des vacances de fin d'année, que nous battons tous les records de fréquentation. C'est là que tous, nous songeons, à un moment ou à un autre, à poser notre démission, ou, plus simplement à disparaître le plus vite possible sans laisser d'adresse. Les alpes, c'est bien d'habiter tout près pour aller skier quand on veut, mais beaucoup moins lorsqu'il s'agit de recevoir des hordes d'anglais, de scandinaves ou de russes qui arrivent blancs comme la neige et qui repartent rouges comme le drapeau helvétique avec, comme souvenir, une jambe ou un bras cassés, des bagages qui puent méchamment des pieds et des paires de skis particulièrement chiantes à ranger dans une soute d'avion.

Vu ou entendu ces dernières (longues) semaines :
- entre 3 et 5 heures de retard sur l'Angleterre le week-end avant Noël (comme si on avait besoin de ça!) et les annulations qui vont avec (merci à nos amis anglais pour leur météo totalement pourrie!)
- Lyon et son brouillard, qui force certains avions à venir se poser chez nous (comme si on n'en avait pas déjà assez!)
- problèmes techniques en chaîne sur les avions. Non, c'est pas que les avions qui viennent ici sont tous pourris, mais simplement, on en a beaucoup plus, d'où un risque statistiquement plus élevé de se retrouver à gérer des situations de merde)
- des tour-operators qui se font tabasser parce que le vol est annulé (je ne dirai pas où allait l'avion, sinon on va encore me taxer de xénophobe! Mais racontez ça à quelqu'un qui bosse à l'aéroport, il saura deviner assez rapidement la destination...).
- Un terminal qui ressemble à un de ces aéroports dans un pays en guerre où on voit les ressortissants étrangers se presser pour prendre le premier vol pour rentrer. Plein de monde assis ou couché par terre dans tous les coins et recoins...

Donc voilà. Je n'ai que deux choses à dire : d'abord, vivement fin avril et la fin de la saison de ski! Deuxièmement, vivement samedi et mes vacances longuement attendues!