articles
réactions
quedemots - 01.06.2008 | 0 réactions | #link | rss
Le moustique tigre fait sa réapparition au Tessin le long de l'autoroute A2. Sa propagation avait pourtant été enrayée en 2006. Le groupe cantonal pour la lutte aux moustique a lancé un appel à la population.

"Localisé le long de l'A2, le moustique tigre est entré au Tessin à bord des véhicules provenant d'Italie où il prolifère", a précisé le Groupe cantonal pour la lutte aux moustiques auprès de l'Office tessinois de la santé publique.

Le groupe lutte depuis plusieurs années pour empêcher que cet insecte ne s'établisse définitivement au Tessin. Il demande à la population d'éviter de laisser des récipients en plein air - l'eau de pluie stagnante favorise la reproduction des moustiques - ou de les vider régulièrement.

Le moustique tigre a les mêmes dimensions que les autres moustiques mais est reconnaissable à ses rayures blanches et noires sur les pattes postérieures et à une ligne blanche sur le reste du corps.

Au Tessin, des foyers de ce genre de moustique avaient été signalés dès 2003 et s'étaient rapidement répandus. Ses piqûres sont douloureuses et peuvent transmettre des maladies virales telles que la dengue. En Italie, il a été identifié comme étant un vecteur du ver du coeur qui touche surtout les chiens.

Texte de: ats
août 2007
quedemots - 14.05.2008 | 2 réactions | #link | rss
Les Suisses paient les primes d'assurances les plus élevées du monde. Le montant déboursé chaque année par habitant est de près de 6900 francs (5558 dollars), dont 3820 francs dépensés dans l'assurance vie.

Les Britanniques suivent avec des primes annuelles d'assurance - sans les assurances sociales - de 4599 dollars par personne, puis les Irlandais avec 4177 dollars, a indiqué l'Association suisse d'assurances (ASA). Comme en Suisse, la plus grande partie de ces dépenses revient à l'assurance vie, soit 3287 dollars en Grande-Bretagne et 2759 dollars en Irlande.

Huit des dix pays où les habitants sont le mieux assuré se trouvent en Europe de l'Ouest. Les Etats-Unis occupent la sixième place du classement avec 3875 dollars et le Japon la septième avec 3746 dollars.

A l'autre bout de l'échelle, les primes par habitant se montent à 122 dollars par an en Russie et à 46 dollars en Chine. L'ASA se base sur les données publiées par le réassureur Swiss Re.

(ats / 12 juin 2007
quedemots - 29.05.2007 | 0 réactions | #link | rss
Une de nos compagnies de téléphone va mettre sur le marché l'internet à haut débit du nom de (VDSL) dès le deuxième semestre de 2007. Vitesse de 16.000 kilobits par seconde (kbit par seconde). Actuellement, l'ADSL est à 5000 kbit par seconde. La guerre des vitesses est lancée via le fil du téléphone pour l'internet.

08.05.2007
quedemots - 26.04.2007 | 0 réactions | #link | rss
Sexualité des Suisses:

Les Suisses et les Suissesses font l'amour en moyenne 123 fois par an. Bien que ce soit nettement plus que la moyenne mondiale qui est de 103 fois, seuls 42% d'entre eux sont entièrement satisfaits de leur vie amoureuse.

Les Suisses devancent les Italiens (121 fois), les Français (120), les Allemands (117) et les Autrichiens (115), révèle une étude commandée par le fabricant de préservatifs Durex. Ils sont toutefois loin derrière les "champions du sexe" que sont les Grecs (164) et les Brésiliens (145). Les Japonais ferment la marche avec 48 rapports sexuels par an, écrit Durex.

En ce qui concerne la durée de l'acte sexuel, les Suisses sont dans la moyenne: leurs ébats durent en moyenne 19 minutes. La moyenne mondiale est de 18 minutes. Les Nigérians ont les rapports sexuels les plus longs (24 minutes) et les Indiens les plus courts (13 minutes).

Plus de la moitié des Suisses et des Suissesses (56%) disent avoir régulièrement un orgasme, tandis que la moyenne mondiale est tout juste de 48%. C'est le groupe des plus de 65 ans qui parvient le plus souvent à la jouissance suprême.

L'étude met également le doigt sur des problèmes durant l'acte sexuel. Ainsi 37% des Suissesses interrogées se plaignent de sécheresse vaginale - un problème particulièrement répandu chez les adolescentes. Trois sondées sur dix ont déjà eu des rapports sexuels douloureux.

Un quart des Suisses ont déjà éprouvé des difficultés à obtenir une érection. Un tiers d'entre eux ont des problèmes à maintenir leur érection. L'enquête a été réalisée auprès de 26'032 personnes dans 26 pays entre août et septembre 2006.

Texte de:ats

17.04.2007
quedemots - 23.02.2007 | 2 réactions | #link | rss
CH/Vignette autoroutière Son montant et sa forme divisent les esprits
Synthèse de la procédure de consultation

Berne (AWP/ats) - La vignette autoroutière divise les esprits. Le PS veut faire
passer son montant de 40 à 80 francs et introduire un système électronique.
L'UDC aimerait ristourner cette taxe aux automobilistes, tandis que le PRD et
le PDC prônent le statu quo.

Le Conseil fédéral souhaite que la vignette autoroutière soit régie par une
loi, et non plus simplement par une ordonnance. Elle doit continuer d'être
vendue sous forme d'autocollant au prix de 40 francs. Pour lutter contre les
abus, il est prévu de doubler les amendes à 200 francs.

Si le tour de vis à l'encontre des fraudeurs n'est pas contesté, il en va
différemment des modalités de la vignette. Le PS la juge trop bon marché. Un
relèvement serait une contribution à la réduction des effets négatifs du trafic
motorisé, selon lui. Le montant actuel est une offre à prix cassé,
renchérit l'Association transports et environnement (ATE), soutenue par les
Verts.

La gauche exige par ailleurs un nouveau mode d'application. Au lieu d'un
autocollant, elle demande l'introduction d'un système électronique
(e-vignette). Des caméras numériques installées sur les routes pourraient
contrôler si une voiture est enregistrée ou si elle resquille.

Le système permettrait de moduler la taxe en fonction de la catégorie de
véhicules et de poser les jalons en vue de la mise sur pied de péages routiers.
Il pourrait être financé sans problème, les fraudeurs pouvant être repérés plus
facilement.

L'UDC propose un autre modèle. Comme le PS, le parti suggère de doubler le
montant de la vignette. Mais celui-ci serait déduit de l'impôt cantonal sur les
véhicules. Les automobilistes domiciliés en Suisse rouleraient de fait
gratuitement, tandis que les touristes débourseraient davantage.

Les partis du centre et la Fédération routière suisse sont en revanche
satisfaits de la solution en vigueur. La vignette autocollante représente une
charge, mais il s'agit d'une taxe simple et non bureaucratique, relève la
Fédération.

Une augmentation de son prix ne se justifie pas non plus. A l'instar du Conseil
fédéral, le PRD et le PDC considèrent que passer à un système électronique
serait trop compliqué.

Texte de: ats/rp


30.01.2007
quedemots - 20.12.2006 | 0 réactions | #link | rss
"Noël à sa place dans les écoles!"


NADIA KARMOUS La présidente des femmes musulmanes calme le jeu. "La polémique qui enfle surtout outre-Sarine n'est pas née de réclamation de musulmans"


"Je l'ai dit l'autre jour dans le groupe "contact musulmans" de la communauté de travail pour l'intégration des étrangers. Je le répète: la fête de Noël dans les écoles ne nous pose aucun problème." Face à la controverse qui gonfle surtout outre-Sarine, Nadia Karmous, présidente des femmes musulmanes de Suisse et directrice du Centre culturel islamique de La Chaux-de-Fonds, calme le jeu.

Le président des enseignants suisses Beat W. Zemp a provoqué un tollé en déclarant lundi dans "Blick" qu'un sapin de Noël n'a pas sa place dans les classes. Il a rectifié depuis, visant des symboles chrétiens comme la croix. Mais la fronde contre les musulmans qui menaceraient les fêtes de Noël est lancée. Une chronique de Jacques-Simon Eggly, mardi dans Le Temps, était titrée "Ne pas lâcher Noël"...

Ce battage laisse Nadia Karmous perplexe. "Je ne connais pas de musulmans ayant protesté. Dans une société baignant dans la culture judéo-chrétienne, il est évident que Noël a sa place dans les classes."

A Neuchâtel, un courrier de lecteur dans un quotidien local a pourtant évoqué fin octobre deux classes où Noël aurait été mise sous l'éteignoir à la demande de parents musulmans. "Rien n'est venu corroborer cela", tempère Jean-Claude Marguet, chef de l'enseignement obligatoire. La lettre a néanmoins été discutée par le groupe "contact musulmans". Conclusion: "Aucun problème autour de Noël. Je n'ai reçu aucune demande de dispense. Quant à la classe avec 14 musulmans sur 18 élèves, on ignore où elle serait"

Une fête incontournable
Pour Jean-Claude Marguet, Noël est incontournable. "Même si l'école est laïque, cet événement est ancré dans notre société judéo-chrétienne. De plus, le Coran n'interdit pas de le fêter." Nadia Karmous, non sans humour, prend la balle au bond: "Je profite de souhaiter Joyeux Noël aux habitants de ce pays!"


texte de GIOVANNI SAMMALI

13.12.2006
quedemots - 17.12.2006 | 1 réactions | #link | rss
Noël: des parents musulmans se plaignent




ISLAM. A Neuchâtel, des parents d'élèves musulmans refusent que les instituteurs évoquent les traditions de Noël en classe primaire. Dans le canton de Vaud, les autorités publiques n'ont pas accordé les dispenses demandées.






"Notre sapin était le plus haut de l'école et nous l'avons décoré avec l'aide du concierge." Lucile, 7 ans, évoque avec plaisir la fête de Noël organisée dans son école primaire des environs de Lausanne. Elle a préparé avec ses camarades de classe un calendrier de l'Avent, avec une petite surprise pour chaque enfant. Etoiles, bricolages, chants de Noël se succèdent durant le mois de décembre dans les écoles primaires. Mais cette tradition est aujourd'hui contestée.

Des courriers de lecteurs suscitent un débat nourri depuis fin octobre dans le Journal du Jura et L'Express. A l'origine de cette polémique, Sandrine Nobs, une habitante de Nods près de Bienne, relate deux événements survenus à Neuchâtel. Des institutrices qui souhaitaient célébrer Noël dans leur classe, composée d'enfants de 5 ans, se sont retrouvées en butte à l'opposition de parents musulmans qui se sont déclarés fortement dérangés que l'on parle de Jésus et de tout ce qui le concerne devant leur fille. Les mécontents acceptaient qu'un sapin soit décoré, "parce que c'est joli", mais rien de plus. Au terme d'une réunion de parents d'élèves plus âgés, une maîtresse se serait à son tour heurtée aux protestations de nombreux parents d'élèves musulmans, jugeant intolérable de faire une fête pour Noël en classe.

Catholique d'origine, Sandrine Nobs dit avoir reçu "au moins 50 téléphones et 10 courriers" de parents, d'enseignants et de personnes âgées évoquant leurs propres anecdotes sur le sujet. "Reconnaître les autres est louable, mais il ne faut pas museler notre culture chrétienne, commente-t-elle. La tolérance ne doit pas être à sens unique." "On oublie que d'autres communautés, comme les Témoins de Jéhovah, ne participent ni à Noël ni aux anniversaires", tempère Noémie Noirat, institutrice à Bévilard, dans le Jura bernois. "Il faut trouver pour ces enfants d'autres bricolages, afin que l'excuse religieuse ne soit pas le prétexte à refuser une activité."

"Le canton de Neuchâtel est laïque, rappelle de son côté Jean-Claude Marguet, chef du Service de l'enseignement obligatoire, mais il est légitime que les maîtres utilisent la forte tradition de Noël dans les activités scolaires, tout en respectant les convictions religieuses de chacun. Proposer un choix d'activités est possible; on ne demandera pas à un élève musulman d'apprendre un poème sur la crèche si ses parents le contestent." Il souligne l'approche comparative et historique des différentes religions proposée à Neuchâtel, ainsi que l'existence de la communauté de travail pour l'intégration des étrangers, qui entend discuter de la fête de Noël avec les musulmans.

Cet échange n'est pas le premier du genre en Suisse romande. Des parents d'élèves avaient déjà interpellé l'an dernier le directeur général de l'enseignement obligatoire vaudois, Daniel Christen, pour demander que leurs enfants soient dispensés d'école durant le mois qui précède le 24 décembre. Ils entendaient leur éviter ainsi de se trouver confrontés aux activités liées à l'Avent et aux préparatifs de Noël, étant donné qu'un accent particulier est mis à cette époque sur la filiation divine de Jésus, en laquelle l'islam ne croit pas.

"Je considère qu'une telle fête appartient à notre culture et qu'elle n'est pas forcément religieuse", estime Daniel Christen. Qui précise: "Si l'on peut comprendre qu'il faut respecter les croyances des élèves et de leurs parents, à qui l'on ne va pas faire célébrer des fêtes qui ne sont pas les leurs, il n'est pas question d'accorder une dispense générale pour tout le mois qui précède Noël. La cérémonie du sapin, le vendredi qui précède les vacances, peut en revanche être assimilée à une période hebdomadaire d'histoire biblique. Les parents d'autres confessions peuvent, sur simple demande, dispenser leurs enfants de cet enseignement."

Le Département vaudois de la formation et de la jeunesse tient désormais des recommandations à disposition des enseignants sur le site destiné à la gestion des établissements scolaires. Il rappelle que des chants de Noël contiennent des messages religieux contraires aux convictions de certains et conclut qu'une dispense particulière "constitue parfois la meilleure manière de préserver les intérêts de tous".

De son côté, le groupe de travail interservices religions du Département vaudois des institutions et relations extérieures indique dans des recommandations que, si l'école est neutre du point de vue confessionnel et doit tenir compte des sensibilités de tous les enfants présents, elle ne peut pas pour autant faire abstraction des fêtes civiles et religieuses qui ponctuent l'année scolaire.


texte de: Sylvie Fischer/ProtestInfo
Samedi 9 décembre 2006


11.12.2006
quedemots - 26.11.2006 | 1 réactions | #link | rss
Souvent à Genève on entend les gens rouspétés de la politique Suisse ou Genevoise. Alors si vous voulez que les choses changent. Allez voter en masse.
quedemots - 26.11.2006 | 1 réactions | #link | rss
Le milliard question de solidarité envers les pays de l'est. D'un premier abord cela semble être de la solidarité. Mais on oublie que d'ici quelques années les pays de l'est seront nos concurrents économie direct. Il est fort à parier que beaucoup d'industrie en suisse délocaliseront dans les pays de l'est car la main d'oeuvre est payée au plus bas. Et que les systèmes fiscaux sont très attrayants pour les entreprises.
Nous aurons perdus 1 milliard et en plus nous aurons une montée en flèche de chômeurs.

Pourquoi donner 1 milliard de franc pour les pauvre pays de l'est. Il faudrait utilisé cet argent pour les pauvres de la Suisse.

26.11,2006
quedemots - 09.09.2006 | 0 réactions | #link | rss
J'ai eus la mauvaise surprise au moment de voter de voir que tout mes envoies ont été refusé
par le système des votes par sms. Je me demande si d'autres personnes ont eut la même expérience que moi.
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch