L'interdiction légale de mendier reçoit l'approbation du Tribunal fédéral (TF). Mon Repos a débouté Mesemrom, l'association de défense des Roms, qui avait recouru contre la récente loi genevoise prohibant la mendicité.

Selon le TF, il y a "un intérêt public certain" à adopter une telle loi en raison des risques de débordements, de l'attitude parfois insistante des mendiants, qui sollicitent et importunent les passants, allant jusqu'à les harceler.

De son côté, Mesemrom a déclaré déplorer que le signal donné par le Tribunal fédéral soit que la misère est punissable. Elle craint aussi que la décision du TF portant sur Genève ait pour conséquence l'interdiction de la mendicité dans tous les cantons à l'avenir.

Pour Mon repos, de nombreux mendiants sont en réalité exploités dans le cadre de réseaux qui les utilisent à leur seul profit. Le risque que des mineurs soient exploités, notamment des enfants, est réel.

Texte de :ats

mai 2008