Les étrangers paient des loyers plus élevés que les Suisses à Genève et Zurich, révèle une étude de chercheurs romands. Pour un appartement de qualité égale, un ressortissant étranger débourse jusqu'à près de 7% de plus que son voisin helvète.

A Genève, le loyer d'une personne ne disposant pas du passeport rouge à croix blanche s'élève en moyenne à 2,3% de plus. La différence est de 2,6% à Zurich, démontre l'étude parue dans le dernier numéro de la "Revue suisse d'économie et de statistique" et dévoilée dans "Le Temps."

L'écart augmente si le niveau de formation des locataires est faible. Dans ce cas, un étranger vivant à Genève doit s'affranchir d'un loyer 5,2% plus cher. S'il réside à Zurich, la différence atteint même 6,8%.

Ces résultats conduisent les auteurs de l'étude, Andrea Baranzini, Caroline Schaerer et Jose Ramirez de la Haute école de gestion de Genève ainsi que Philippe Thalmann de l'EPFL, à parler de "ségrégation, préjudice et discrimination". Ce n'est pas un jugement de valeur mais une constatation, précise Andrea Baranzini.

Les raisons de ces différences n'ont par contre pas été étudiées. Il faudrait pour cela effectuer des enquêtes de terrain, explique M. Baranzini. Effectuant un parallèle avec les inégalités salariales entre hommes et femmes, il estime qu'il s'agit maintenant de chercher à éliminer ces discriminations plutôt qu'à en connaître les causes.

Les auteurs n'observent aucune différence significative entre étrangers sur l'ensemble des données. Mais il est tout à fait possible qu'au niveau individuel, un Africain débourse plus qu'un Allemand, note M. Baranzini.

L'étude qu'il a menée avec ses collègues dans le cadre du Programme national de recherche "Développement durable de l'environnement construit" porte sur 42'162 observations à Genève et 26 489 à Zurich, issues du recensement fédéral de 2000. Des données plus récentes et sur un aussi grand échantillon ne sont pas disponibles, précise M. Baranzini.

Texte de : ats
janvier 2009