La Police cantonale vaudoise souhaite sensibiliser les personnes à une
recrudescence d'arnaques commises via Internet.

Ces dernières semaines, plusieurs citoyens ont reçu des appels à l'aide en provenance de connaissances soi-disant détroussées à l'étranger. Les escrocs agissent en piratant les boîtes de messagerie des clients de divers fournisseurs d'accès à Internet. L'arnaque au numéro de téléphone surtaxé est également en vogue.

Prétextant des problèmes techniques dans les prestations offertes par les
fournisseurs d'accès aux messageries (Hotmail, Yahoo, etc.), les escrocs
de la toile adressent à des milliers d'internautes un message émanant
soi-disant du service clientèle "Windows Live" des fournisseurs en question.

Ils joignent à ce message un bulletin-réponse demandant notamment aux clients leur nom d'utilisateur, leur mot de passe, leur date de naissance et leur adresse postale. Ils indiquent qu'ils ont besoin de ces données pour régler le problème. Par ce moyen, les escrocs entrent en possession de nombreuses données strictement personnelles et parviennent à pirater la boîte de messagerie électronique des clients afin de pouvoir perpétrer des escroqueries.

Les victimes reçoivent un email qui s'avère être une demande d'aide émanant d'une personne prétendument connue dans leur entourage, voire d'un proche. La "pseudo" victime explique qu'elle vient de se faire agresser ou détrousser en Afrique et qu'elle a un besoin urgent d'un soutien financier conséquent.

Le deuxième type d'escroquerie recensé à la Police cantonale vaudoise
concerne la vente d'objet sur Internet. Des internautes mettent en vente
un véhicule ou un autre objet en laissant leurs coordonnées sur l'annonce,
notamment leur numéro de portable.

Souvent, ils reçoivent un appel en absence de l'étranger qui les prie de rappeler. Ils peuvent également recevoir un courriel dans un anglais ou un français approximatif leur indiquant que le véhicule/objet mis en vente les intéresse et les prie de confirmer que la vente est toujours en cours.

Dans les deux cas, lorsque le vendeur rappelle, il compose un numéro surtaxé. Il correspond aux 0900 d'Italie ou d'autres pays étrangers. En fonction de la durée de l'appel, les surtaxes peuvent atteindre des montants importants. Les recherches pour identifier ces escrocs sont en cours.

Consignes à retenir

Ne pas entrer en matière si un soi-disant fournisseur d'accès vous demande
de lui communiquer des données personnelles (nom d'utilisateur et mot de
passe de la messagerie Internet, date de naissance, etc.).

Eviter de rappeler un éventuel acquéreur de l'étranger qui ne peut vous
joindre autrement que par un téléphone portable.

Un ami en détresse ne craint pas de vous "importuner" pour des frais
d'hôtel, factures téléphoniques et autres désagréments suite à un
détroussement ou une agression à l'étranger. En cas de doute, vérifiez
auprès de vos relations si une personne est bel et bien en séjour au lieu
indiqué (souvent en Afrique).

Ne verser en aucun cas de l'argent à une personne avant d'avoir effectué
les contrôles nécessaires.

Ces dernières semaines, la Police cantonale vaudoise a enregistré une
dizaine de plaintes de victimes de ce type d'escroqueries.

Texte de : Olivia Cutruzzolà, attachée de presse