articles
réactions
quedemots - 01.09.2012 | 0 réactions | #link | rss
La consommation de pamplemousse au cours d'un traitement médicamenteux est fortement déconseillé par la revue médicale française indépendante Prescrire en raison d'interactions possibles avec des dizaines de médicaments.

Le pamplemousse est connu depuis des années pour agir sur le métabolisme de nombreux médicaments avec des effets indésirables graves parfois observés, souligne cette revue dans son numéro de septembre.

Des dizaines de médicaments sont concernés par ces possibles interactions avec l'agrume.

Parmi ceux-ci: les statines contre le cholestérol, les benzodiazépines (tranquillisants), les immunodépresseurs (inhibiteur du système immunitaire) ou encore les inhibiteurs calciques, substances utilisées pour traiter des troubles cardiaques.

La gravité des quelques observations publiées est à elle seule une bonne raison de ne pas consommer du pamplemousse, notamment du jus de pamplemousse, au cours d'un traitement médicamenteux, juge la revue dans un communiqué.

On ignore les mécanismes précis expliquant ces interactions. De nombreuses substances présentes dans le pamplemousse ont été mises en cause. D'après certaines hypothèses, le pamplemousse provoquerait l'inhibition d'enzymes qui habituellement métabolisent les médicaments, conduisant à des risques de surdosage.

Dans d'autres cas, plus rares, on observe au contraire une diminution de la concentration de substances médicamenteuses dans le sang, ce qui nuit à l'efficacité du produit.

Les effets indésirables observés peuvent être graves: destruction musculaire (rhabdomyolyse), insuffisance rénale aiguë, tremblements invalidants, chocs hémorragiques, avec parfois une évolution mortelle, selon la revue.

Alors que le rôle potentiellement perturbateur du pamplemousse est connu depuis des années, des travaux plus récents indiquent que d'autres jus, notamment le jus d'orange, pourrait également exposer à des effets indésirables de médicaments, selon cette revue connue pour donner des évaluations indépendantes sur les nouveaux médicaments.

Les interactions avec les aliments, lorsqu'elles existent, sont toutefois clairement indiquées dans les notices des médicaments en question. Celles-ci mentionnent les aliments à éviter et la nature du risque encouru.

En outre, il appartient au médecin et au pharmacien de mettre en garde le patient contre d'éventuelles interactions alimentaires.


Texte de : AFP
août 2012
quedemots - 02.07.2008 | 0 réactions | #link | rss
La rue de Montchoisy a été fermée à la circulation pour cause de grosse fuite de gaz. Les habitants risquent de devoir évacuer leur habitation. Actuellement les services industriels sont surplace pour colmater la fuite de gaz.

Quedemots
02.07.2008
quedemots - 23.04.2008 | 0 réactions | #link | rss
Une équipe de chercheurs zurichois a étudié pour la première fois les effets à long terme de la consommation d'alcool durant la grossesse. Certains effets sur l'enfant disparaissent après un certain temps, mais les plus graves persistent.

Les déformations du crâne et du visage des bébés dont les mères ont consommé beaucoup d'alcool se rétablissent d'elles-mêmes. Mais ces enfants restent petits et les organes génitaux des garçons n'atteignent pas une taille normale. Les filles prennent elles de plus en plus de poids.

Le développement intellectuel et psychique des enfants peut également être fortement perturbé, ont indiqué les auteurs de l'étude. Chez les patients observés, les chercheurs ont constaté des taux élevés d'handicaps psychiques, de troubles de l'attention et d'hyperactivité.

Les chercheurs Hans-Christoph Steinhausen, professeur de psychiatrie enfantine à l'Université de Zurich, et Hans-Ludwig Spohr, professeur et pédiatre à Berlin, ont suivi des victimes durant 20 ans. Selon eux, leur étude est la première à considérer une période aussi longue. Ils recommandent aux femmes enceintes de ne pas boire plus d'un verre d'alcool par jour.

Dans une seconde étude sur les effets des drogues dures, l'équipe de M. Steinhausen a montré que les enfants en âge scolaire ont une intelligence inférieure à la moyenne. Plus une mère a consommé de l'héroïne ou de la méthadone durant la grossesse, moins l'enfant dispose d'intelligence pratique.

Texte de ats

23.04.07
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch