articles
réactions
quedemots - 27.03.2010 | 0 réactions | #link | rss
Le magazine "60 millions de consommateurs", qui publie une enquête sur les polluants dans les chambres d'enfants tels que formaldéhyde ou autres composés organiques volatils (COV), demande un engagement "plus fort" des pouvoirs publics pour aider à résoudre ce problème.

"L'air à l'intérieur de nos maisons est souvent bien plus pollué qu'à l'extérieur", rappelle le mensuel dans son numéro de mars. L'étude - conjointement avec une ONG, "Women in Europe for a common future" - a été menée en France, en Allemagne, en Grèce et aux Pays-Bas, auprès de 70 familles volontaires.

Les polluants étudiés proviennent des matériaux de construction (aggloméré, contreplaqué...), d'ameublement ou de décoration (peintures, moquettes, textiles), et aussi de l'air extérieur, des activités des occupants (tabagisme, entretien) ou des appareils à combustion.

Comme ces familles avaient "déjà adopté de bonnes pratiques pour limiter la pollution intérieure", les résultats sont "bien en-deçà des concentrations relevées habituellement dans les logements, souvent dix fois plus élevées", selon "60 millions".

Il en ressort cependant que 26 des 70 foyers dépassent les seuils de pollution repères pour le formaldéhyde ou les autres COV.

Dans 6% des foyers français observés (29% en Grèce, 20% en Allemagne), le taux de formaldéhyde est supérieur au seuil de 10 microgrammes par m3, en-dessous duquel il est admis qu'il n'y a pas d'effet sur la santé. Pour l'ensemble des COV, 7 foyers français sur 17 (19 sur 70 dans les quatre pays observés) sont au-dessus du seuil de pollution retenu par la revue (200 microgrammes par m3).

Les risques sont donc considérés comme "faibles", note 60 millions, même si ces familles adeptes des bonnes pratiques (produits moins polluants, appareils de chauffage bien entretenus, aération...) ne sont pas parvenues à se débarrasser totalement des polluants.

"Les pouvoirs publics doivent s'engager plus fortement dans la bataille", souligne le mensuel, avec des seuils sanitaires pour chaque produit, des études épidémiologiques sur l'impact sur la santé, des étiquetages obligatoires... Et au bout du compte "une réglementation plus contraignante pour faire disparaître rapidement les produits les plus polluants".

Texte de : AFP
février 2010
quedemots - 22.11.2008 | 0 réactions | #link | rss
Les carotides, les artères du cou, d'enfants et d'adolescents obèses ressemblent beaucoup à celles d'adultes de 45 ans, selon une étude rendue publique mardi.

Ces chercheurs ont mesuré l'épaisseur des parois intérieures de ces artères à l'aide d'ultra-son chez 34 garçons et 36 filles souffrant de surpoids et d'obésité. L'âge moyen de ce groupe était de 13 ans et 89% des participants étaient blancs.

Un accroissement de l'épaisseur des parois des carotides qui alimentent en sang le coeur et le cerveau, indique qu'il y a une augmentation des plaques de graisse risquant d'obstruer ces artères et de provoquer une crise cardiaque ou une attaque cérébrale.

"Nous avons constaté que l'état des artères de ces enfants et adolescents était plus typique de quelqu'un de 45 ans que de quelqu'un de leur âge", note le Dr Geetha Raghuveer, professeur adjoint de pédiatrie à la faculté de médecine de l'Université du Missouri à Kansas City et cardiologue au Mercy hospital.

L'épaisseur des parois des carotides des participants était en moyenne de 0,45 millimètre avec un maximum de 0,75 mm.

"Ces enfants avaient un âge vasculaire --état d'épaisseur des artères-- de 30 ans plus âgé que la normale", a souligné le Dr Raghuveer, qui a présenté cette étude à la conférence annuelle de l'American Heart Association, réunie depuis le week-end à la Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud).

"On dit qu'on a l'âge de ses artères, ce qui signifie que l'âge vasculaire est plus important que l'âge de l'extrait de naissance pour l'évolution des maladies cardio-vasculaires et le risque d'attaques cérébrales", a poursuivi le cardiologue.

Ces enfants avaient des taux anormaux d'un ou plusieurs types de cholestérol dont des niveaux élevés de LDL, le "mauvais cholestérol", et des taux trop bas de HDL, communément appelé "bon cholestérol".

D'autres études sont nécessaires pour déterminer si l'accumulation de plaques artérielles pourrait être inversée si ces enfants perdaient du poids, faisaient de l'exercice ou étaient traités avec un anti-cholestérol, ont estimé dans un communiqué les auteurs de l'étude.

"Je suis optimiste sur la possibilité de faire quelque chose, car chez les enfants ces plaques ne sont pas calcifiées" comme chez l'adulte, a jugé le Dr Raghuveer.

"Si l'on peut améliorer l'état des artères et la circulation sanguine chez les adultes, je suis sûr qu'on peut faire de même pour les enfants", ajoute-t-il.

Les autres facteurs de risque d'accumulation de plaques dans les artères chez les enfants et adolescents sont l'hypertension artérielle, le tabagisme passif et la résistance à l'insuline, fréquente chez les obèses.

Texte de :AFP
novembre 2008
quedemots - 05.06.2008 | 3 réactions | #link | rss
La Suisse à toujours eut des vagues d'immigrants et de requérants d'asile venu du monde entier. Les Espagnoles, Italiens, Portugais, Asiatiques, Africains avec leurs lots de petits problèmes qui ont disparus aux cours des années, et que se gens se sont intégrés. Mais il y a des gens de certains pays où ces problèmes ne disparaissent pas avec le temps. Qui se retrouvent toujours en première pages des médias.
Es-ce que un problème d'intégration ou un problème de parents qui ne savent pas éduquer leurs enfants?
A respecter autrui et à suivre les lois Suisse.


13.03.2007
quedemots - 24.09.2007 | 0 réactions | #link | rss
Je suis actuellement en vacances à Accra. La capitale a été victime d'inondation qui a touché plusieurs quartiers de la ville. Moi-même en compagnie d'un ami nous avons été bloqués dans une rue. On regardait par la vitre de la voiture l'eau qui commençait a touché la portière mais elle a résisté, ouf on a eut chaud.
Après nous sommes passé par le vieux Accra qui a été plus durement touché par l'eau qui a débordé des caniveaux, on voyait toutes sortes d'immondices flottants à la surface. Et bien figurez-vous tout les enfants s'en donnait à coeur joie sous le devant des toitures, soit en sautant à pied joint dans les grandes vagues qui dévalait la rue ou soit couché sur le dos. J'ai trouvé ça comme une vision irréelle. Quand je pense qu'en Suisse dès qu'il pleut les enfants se mettent à l'abri.

Quedemots
20.09.2007
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch