articles
réactions
quedemots - 14.10.2009 | 1 réactions | #link | rss
Plus de la moitié des personnes décédées de la grippe pandémique H1N1 avaient entre 20 et 49 ans, l'âge moyen étant de 37 ans, selon une analyse des décès confirmés dans le monde à la mi-juillet, que publient des experts dans la revue Euro surveillance.

Dans la moitié des cas mortels tous âges confondus, aucune maladie sous-jacente n'a été signalée.

La grossesse et des troubles du métabolisme comme diabète et obésité sont cités comme "facteurs de risque particulièrement importants", par Philippe Barboza et ses collègues de l'Institut français de veille sanitaire (InVS) dans cette revue du Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) basé à Stockholm.

Au moins 49% des cas fatals présentaient une autre pathologie, souvent des maladies favorisant aussi le décès en cas de grippe saisonnière, selon les chercheurs qui ont analysé en détail 574 des 684 décès confirmés en date du 16 juillet, c'est-à-dire dans les dix semaines suivant la première alerte internationale due au nouveau virus H1N1.

51% des personnes décédées avaient entre 20 et 49 ans, l'âge moyen étant de 37 ans. Seize décès ont été recensés chez des femmes enceintes, dont au moins huit ayant d'autres facteurs de risques (obésité, maladie cardiaque ou respiratoire comme asthme ou tuberculose).

Parmi les cas mortels, 12% ont concerné des enfants de 0 à 9 ans et 10% des jeunes de 10 à 19 ans.

Plus du quart (27%) des jeunes enfants décédés ne souffrait pas d'une maladie sous-jacente signalée, de même que 22% des jeunes adultes de 20 à 29 ans, soulignent les auteurs.

Les plus de 60 ans représentaient globalement 12% des cas mortels, mais jusqu'à 28% en Australie et 36% au Canada. Dans ce groupe d'âge, 60% des décès concernaient des personnes souffrant d'une maladie cardiaque ou respiratoire.

"Les personnes âgées semblent dans une certaine mesure protégées de l'infection, peut-être à cause d'une exposition antérieure à des souches virales proches" du nouveau H1N1, relèvent les chercheurs. "Cependant, ajoutent-ils, lorsque l'infection survient, le pourcentage de décès parmi les personnes âgées semble être plus élevé" que chez les autres groupes d'âge.

Globalement, durant cette première phase de la pandémie, le taux de létalité (nombre de décès par rapport au nombre de cas) était d'environ 0,6% avec de fortes variations selon les pays et les méthodes de comptabilisation. Au Mexique, il aurait atteint 6% parmi les plus de 50 ans, contre 2% à 4% parmi les 20-49 ans.

Texte de : AFP
août 2009
quedemots - 19.08.2009 | 0 réactions | #link | rss
Le Ghana a enregistré apparemment deux premiers cas de grippe A(H1N1), dont un est en cours de confirmation, a annoncé jeudi le vice-ministre de la Santé .

"Je peux confirmer que deux cas de grippe porcine ont été détectés : un à Accra et l'autre dans l'Ouest du pays", a-t-il déclaré à l'AFP.
Le cas situé dans la capitale est celui d'une jeune femme de 19 ans, infectée par une connaissance de retour du Royaume-Uni, a précisé le vice-ministre lors d'une conférence en fin de journée.

Pour le deuxième, "des tests supplémentaires sont en cours sur son cas présumé de A(H1N1) et nous espérons avoir les résultats rapidement", a-t-il déclaré.

Il a également demandé à l'opinion publique de ne pas céder à la panique.
"Nous ne sommes pas dans une situation de crise. La situation est maîtrisée", a-t-il assuré, expliquant notamment que tous les avions atterrissant à l'aéroport international d'Accra avaient reçu l'ordre de rapporter aux autorités sanitaires tout cas de maladie.

"En prévision d'une pandémie, nous nous sommes procurés, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les médicaments nécessaires pour traiter la maladie", a-t-il ajouté.

Texte de AFP
août 2009
quedemots - 11.06.2009 | 0 réactions | #link | rss
Le monde "se rapproche" d'une alerte pandémique maximum de grippe porcine A(H1N1) de niveau six, a averti mardi le numéro deux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en faisant état de "premiers signes" d'une propagation autonome du virus en dehors du continent américain.

Des "premières propagations" du virus A(H1N1) dans la population de pays situés en dehors du continent américain sont observées, a relevé le Dr Keiji Fukuda. Le directeur général adjoint de l'OMS a notamment cité le Royaume-Uni, le Japon, le Chili et l'Australie.

"Cependant, nous attendons toujours une véritable propagation active (du virus) dans la population de ces pays", a-t-il ajouté. "Au niveau mondial, nous pensons que nous sommes en phase cinq (en vigueur depuis le 29 avril, signalant une pandémie "imminente", ndlr), mais nous nous rapprochons de la phase six" d'alerte pandémique maximum, a commenté le Dr Fukuda.

"Il est clair que le virus semble se propager au niveau international. Nous savons qu'un certain nombre de pays sont en phase de transition, avec un passage de cas liés à des voyages (dans des pays touchés) vers une implantation plus marquée (du virus) au sein de la population", a expliqué le numéro deux de l'OMS.

Sur les conseils d'experts internationaux consultés lundi, l'OMS a décidé de tenir compte du critère de "gravité" de la maladie pour le passage en phase pandémique maximale, a indiqué le Dr Fukuda.

La grippe porcine A(H1N1) est d'une gravité "modérée", a-t-il estimé, en rejetant le terme de "bénin". "Mesurer la gravité d'une maladie est très délicat", a-t-il souligné.

Dans les plans élaborés par l'OMS, le seul critère géographique de propagation d'un virus à des pays de plusieurs continents justifiait le passage en alerte de niveau six.

Le virus A(H1N1) de la grippe porcine a contaminé 17.410 personnes dans 62 pays et a fait 115 morts, selon le dernier bilan publié lundi par l'OMS.

Texte de : AFP
juin 2009
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch