articles
réactions
quedemots - 23.12.2009 | 0 réactions | #link | rss
L'Europe aurait tort de se croire à l'abri du changement climatique, même si elle est mieux armée que d'autres régions pour y faire face, car elle se réchauffe plus vite que la moyenne mondiale.

"Pour un réchauffement mondial de 0,8°C en un siècle, l'Europe a gagné 1,1°C avec des différences régionales jusqu'à +6°C en Arctique", insiste Jacqueline McGlade, directrice de l'Agence européenne de l'environnement (AEE).

Du Groenland à la Grèce, la hausse sera particulièrement marquée sur l'Europe du Sud, en Finlande et au centre du continent.

La canicule de 2003 (70.000 morts), pourrait n'être qu'un avant-goût des étés à venir, insistent les scientifiques. La canicule pourrait être au programme un été sur deux d'ici la fin du siècle.

Les perspectives pour 2050, passées au crible par l'AEE dans un rapport publié en avril, laissent entrevoir une Europe coupée en deux, avec un sud-méditerranéen déshydraté, en voie de désertification par endroit, et le nord, soumis à des précipitations accrues en hiver, fréquemment noyé sous les inondations.

L'été 2008 avait déjà illustré ces contrastes, avec une sécheresse prolongée en Espagne et des inondations catastrophiques en Grande-Bretagne.
L'eau sera un motif de préoccupation pour tous. Neuf pays sont déjà considérés comme souffrant de stress hydrique: Chypre, l'Espagne ou l'Italie, mais aussi la Belgique, la Bulgarie et le Royaume-Uni (Angleterre et Pays de Galles).

Or "le changement climatique va exacerber la pression sur les régions déjà en difficulté", explique André Jol, auteur du rapport de l'AEE. D'autant que le continent vit au-dessus de ses moyens et va devoir réduire sa consommation d'eau, "non seulement pour l'agriculture mais aussi à la maison".

Les Alpes, "château d'eau de l'Europe" - 40% de l'eau douce en provient- se réchauffent près de deux fois plus vite que la moyenne mondiale (+1,48°C en un siècle). Avec 2° de plus, un tiers des stations de ski seront condamnées.

"Le débit des fleuves va totalement changer: très rapide au printemps, avec des risques importants d'inondation en Allemagne et aux Pays-Bas. Mais beaucoup moins d'eau pour tous en été: la région de Vienne, en Autriche, devrait connaître de sérieuses pénuries à l'avenir", indique M. Jol.

En Europe du Sud, l'usage agricole représente 60% de l'eau consommée, voire 80% localement. "Si on n'est pas en mesure de fournir beaucoup d'eau, on peut s'attendre à des baisses spectaculaires de rendement. Jusqu'à renoncer à cultiver du blé autour de la Méditerranée", prévient Stéphane Hallegatte, chercheur à Météo-France et à l'Ipemed (Institut de prospective du monde méditerranéen).

Autre motif de préoccupation, la montée du niveau des océans qui pourrait atteindre 0,70 à 1 m alors que sur le pourtour méditerranéen, la moitié de la population vit sur les côtes.

Selon Mme McGlade, trois régions sont particulièrement vulnérables: les Pays-Bas et le rivage de la Mer du Nord, Londres, et un arc allant de Barcelone à Marseille, où l'érosion fragilise encore davantage le littoral. En France, les plages du Languedoc-Roussillon pourraient simplement disparaître.

"Il subsiste une grande inconnue sur l'élévation de la Méditerranée, connectée à l'océan par le seul détroit de Gibraltar et soumise à une intense évaporation avec l'augmentation de la chaleur", précise M. Hallegatte.

Ce qui est sûr, c'est qu'il faut "repenser l'usage des côtes (...) Il faudra, dans certains cas, expliquer aux gens qui y vivent qu'ils devront partir", estime Mme McGlade.

Texte de : AFP
novembre 2009
quedemots - 24.09.2007 | 0 réactions | #link | rss
Je suis actuellement en vacances à Accra. La capitale a été victime d'inondation qui a touché plusieurs quartiers de la ville. Moi-même en compagnie d'un ami nous avons été bloqués dans une rue. On regardait par la vitre de la voiture l'eau qui commençait a touché la portière mais elle a résisté, ouf on a eut chaud.
Après nous sommes passé par le vieux Accra qui a été plus durement touché par l'eau qui a débordé des caniveaux, on voyait toutes sortes d'immondices flottants à la surface. Et bien figurez-vous tout les enfants s'en donnait à coeur joie sous le devant des toitures, soit en sautant à pied joint dans les grandes vagues qui dévalait la rue ou soit couché sur le dos. J'ai trouvé ça comme une vision irréelle. Quand je pense qu'en Suisse dès qu'il pleut les enfants se mettent à l'abri.

Quedemots
20.09.2007
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch