Compteurs Geiger, pastilles d'iode... dans une Allemagne majoritairement hostile au nucléaire d'aucuns se préparent au pire après les explosions dans une centrale nucléaire japonaise.

"Beaucoup d'officines nous ont signalé que des clients se présentaient pour acheter des pastilles d'iode", a expliqué mardi à l'AFP une porte-parole de la fédération allemande des pharmacies, précisant n'avoir toutefois pas de données chiffrées complètes .

L'organisme a tout de même publié un communiqué mettant en garde les Allemands contre l'ingestion d'iode en dehors de toute exposition à des particules radioactives.

La fédération y rappelle qu'une seule dose suffit pour bloquer l'accumulation d'iode radioactive dans le corps, qu'il existe des risques d'allergies ou d'intolérance, et que les personnes de plus de 45 ans ne doivent en principe pas en prendre.

Un autre article est soudainement très prisé des Allemands: le compteur Geiger, servant à mesurer la radioactivité.

Le fabricant allemand d'appareils de mesure Graetz, basé dans l'ouest du pays, a indiqué à l'AFP avoir reçu "beaucoup d'appels d'Allemagne, mais pas seulement, de personnes qui sont inquiètes et qui souhaitent s'équiper".

Sur l'internet une forte hausse de la demande a été enregistrée pour ces appareils, en général peu prisés des particuliers et qui coûtent entre 250 et 500 euros.

"En février et début mars, il n'y a eu aucune commande pour ce type d'article. Mais entre le 7 et le 15 mars on a enregistré 8 commandes, soit autant que toute l'année dernière", a par exemple précisé à l'AFP la porte-parole du site d'achats en ligne mercateo.de.
Sur ce site, il y a eu le 7 mars 20 requêtes avec le mot-clé "compteur Geiger", et 4.223 une semaine plus tard.

Le service de météorologie national, Deutsche Wetterdienst (DWD), a également signalé "un grand nombre d'appels téléphoniques pour demander comment (était) surveillé le niveau de radioactivité dans l'air".

Selon un sondage de la chaîne publique ARD publié mardi, 53% des Allemands veulent un arrêt dès que possible des 17 réacteurs nucléaires du pays, et 70% pensent qu'un accident similaire à celui qui se déroule au Japon est possible chez eux.

Texte de : AFP
15 mars 2011