articles
réactions
quedemots - 12.04.2010 | 1 réactions | #link | rss
Au sommet de la chaîne alimentaire, les humains ont pris leurs aises, mais avec la surpêche qui vide les océans, l'aquaculture et l'élevage qui polluent l'eau, les sols et l'atmosphère, il faudra bien changer d'habitudes.

Nourrir l'humanité -- 9 milliards d'individus à l'horizon 2050 selon les prévisions de l'ONU -- nécessitera d'adapter nos comportements, surtout chez les plus riches, et d'aider massivement les pays en développement.

Selon un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), publié jeudi, la production mondiale de viande devrait doubler pour atteindre 463 millions de tonnes afin de répondre à la demande mondiale.

Un Chinois qui consommait 13,7 kg de viande en 1980 en mange en moyenne 59,5 kg aujourd'hui. Dans les pays développés, on mange plus de 80 kg/personne/an.

"Comment l'empêcher? Quand le revenu augmente, la consommation de produits carnés et laitiers fait de même: il n'y a pas un exemple contraire au monde", constate Hervé Guyomard, directeur scientifique Agriculture de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), pilote du rapport Agri monde sur "les systèmes agricoles et alimentaires mondiaux à l'horizon 2050".

Aujourd'hui, l'agriculture produit 4.600 kilocalories/jour/habitant -- largement de quoi nourrir 6 milliards d'individus. Mais sur ce total, 800 sont perdues au champ (maladies, insectes, stockage...), 1.500 sont dédiées à l'alimentation des animaux -- qui n'en restituent en moyenne que 500 dans l'assiette -- et 800 sont encore perdues en gaspillage dans les pays développés.

En outre, l'élevage coûte cher à l'environnement: 8% de la consommation mondiale d'eau, 18% des émissions de gaz à effet de serre (davantage que les transports) et 37% du méthane (21 fois plus réchauffant que le CO2) émis par les activités humaines.

Et bien que source essentielle de protéines, la viande rouge n'est pas "rentable" au plan alimentaire: "Il faut 3 calories végétales pour produire 1 calorie de poulet, 7 pour une de cochon et 9 pour une calorie bovine", souligne M. Guyomard.

Ainsi, plus d'un tiers (37%) de la production mondiale de céréales sert à nourrir le bétail -- 56% dans les pays riches --, selon le World Ressources Institute.

Un luxe, même si M. Guyomard nuance en rappelant les services rendus par un bovin: "seul capable de valoriser l'herbe, substitut à la mécanisation et producteur d'engrais par ses déjections".

Freinons sur la viande. Quid du poisson? Les océans ne peuvent plus être pris pour des garde-manger inépuisables: selon Philippe Cury ("Une mer sans poissons", Calmann-Lévy), directeur de recherches à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), le nombre de bateaux de pêche est deux à trois fois supérieur aux capacités de reconstitution de la ressource.

A ce rythme, la totalité des espèces commerciales aura disparu en 2050.

A force de s'attaquer aux grands prédateurs comme le thon rouge, le consommateur est en train de détraquer le système, prévient Gerry Leape (Pew Environment Group).

"Il va falloir apprendre à redescendre dans la chaîne alimentaire, sinon il n'y a plus personne pour manger les espèces du dessous qui se mettent à proliférer, comme les méduses", explique-t-il.

De toutes façons, il faudra manger moins de poisson et moins souvent.

Quant à l'aquaculture, elle ne peut présenter une alternative que si elle modifie ses pratiques, très polluantes. Et elle aussi surconsomme: 4 kg d'anchois ou de sardines pour produire 1 kilo de saumon -- et jusqu'à 14 kg de poisson pour 1 de thon.

Texte de : AFP
février 2010
quedemots - 22.12.2009 | 2 réactions | #link | rss
Les musulmans représentent près du quart de la population de la planète, soit 1,57 milliard de personnes. Ce chiffre ressort d'une vaste enquête du centre de recherche indépendant Pew research center publiée jeudi aux Etats-Unis.

Selon cette étude, qui a rassemblé des données portant sur plus de 200 pays dans ce que le centre américain présente comme "le plus grand projet de ce type à ce jour", près des deux-tiers des musulmans vivent en Asie.
Un musulman sur cinq vit au Proche-Orient ou en Afrique du Nord même si plus de la moitié des 20 pays de la région sont majoritairement musulmans, indique également l'étude.

L'Indonésie est le pays qui compte le plus de musulmans au monde avec près de 203 millions de personnes (88% de la population), représentant un peu moins de 13% des musulmans de la planète.

La grande majorité, soit 87 à 90%, des musulmans du monde sont des sunnites, contre 10 à 13% de chiites, révèle également l'enquête qui estime qu'il y a entre 154 et 200 millions de musulmans chiites dans le monde, dont 70 millions vivent en Iran.

Quelque 38 millions de musulmans vit en Europe, dont 16 millions en Russie, 4 millions en Allemagne et 3,5 millions en France, selon Pew.

Texte de : ats
octobre 2009
quedemots - 20.09.2009 | 0 réactions | #link | rss
Le vieillissement de la population mondiale progresse partout à un rythme sans précédent. Les personnes âgées seront bientôt plus nombreuses que les jeunes. En 2040, les plus de 65 ans représenteront 14% de la population mondiale, selon une étude américaine.

A la mi-2008, les 65 ans et plus étaient 506 millions. Ils seront 1,3 milliard à l'horizon 2040, selon les recherches effectuées par l'agence américaine chargée du recensement. "Les personnes âgées de 65 ans et plus vont bientôt dépasser les enfants de moins de 5 ans pour la première fois dans l'histoire", soulignent les chercheurs.

La tranche des 80 ans et plus est celle qui progresse le plus vite dans la plupart des pays. Elle devrait croître de 233% entre 2008 et 2040, estiment les auteurs du rapport, rédigé sous la direction de Kevin Kinsella et de Wan He

"Le vieillissement affecte tous les pays et toutes les régions du monde. Le vieillissement mondial modifie la nature économique et sociale de la planète et pose des problèmes difficiles à régler", commente l'Institut national du vieillissement, mandant de l'étude, évoquant les retraites ou les dépenses de santé.

Texte de : ats
juillet 2009
quedemots - 13.11.2007 | 2 réactions | #link | rss
Le téléphone portable aggrave le réchauffement global de la planète, selon les conclusions d'un forum scientifique qui s'est achevé vendredi en Colombie.

Une cinquantaine de scientifiques et chercheurs, réunis lors d'un congrès consacré au développement durable, organisé par l'université de Manizales, ont lancé un appel pour une réduction des communications par téléphone cellulaire.

"Les portables fonctionnent grâce aux radio-fréquences qui constituent une énergie à la base du réchauffement global", a déclaré à la radio Caracol Jorge Reynolds, considéré comme l'un des pionniers au niveau mondial pour le développement du pacemaker à la fin des années soixante.

"Un appel semblerait n'avoir qu'une incidence minime sur le climat, mais chaque jour nous passons des milliards d'appels et nous produisons ainsi le réchauffement global", a poursuit M. Reynolds, lançant un appel pour la réduction de l'usage du téléphone cellulaire.

Selon le scientifique colombien, ce phénomène des portables s'ajoute à d'autres facteurs aggravants tels que la chaleur engendrée par les automobiles.

Texte de: ats

07.05.07
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch