Mes plaisirs, mes envies, mes coups de coeur

 

articles
réactions
titi - 28.02.2006 | 4 réactions | #link | rss

Pour tous les amateurs de bonne, je vous recommande l'excellente émission du célèbre critique gastronome et poète à ses heures Jean-Luc Pettirenaud.

Il nous fais découvrir dans son émission hebdommadaire du dimanche et sur la 5 vers 12h00, un excellent voyage au coeurs des régions de France afin de nous plonger dans la véritable cuisine régionale et de terroir. En passant par les véritables volaillers, boulangers, charcutiers et consorts, nous découvrons véritablement la cuisine traditrionnelle avec une touche de découverte.

Jean-Luc Petirenaud nous présente de véritables épicuriens, fous de leurs régions et de leurs produits, il nous fais saliver et nous donne l'envie de bien faire.......

Alors pour tous les amateurs de la bonne bouffe....soyez devant votre poste ce dimanche à midi sur la 5, et n'hésitez pas à faire des commentaires.

BON APPETIT A TOUS

titi - 28.02.2006 | 1 réactions | #link | rss

Il est loin le temps ou nous sentions ces odeurs de tartes aux pommes ou encore des rissoles à la viande faitent avec le reste du bouilli de midi par notre grand-mère.

Bienvenu en l'an 2000, ou la viande à le goût de caoutchouc, le poisson celui de la javel et des légumes mattes et sans goût. Il est vrai que dans notre société actuel faite de stress et autres pressions psychologique, les entreprises de grandes distribution et d'agro-alimentaires on su se positionner, et cibler cette clientèle en demande de produits prêt à être consommé. Fini le temps ou le patron invitait ses clients dans un bon restaurant à déguster des plats jusqu'à quatre heure de l'aprés-midi, maintenant inviter ses clients reste une sinécure car trop cher et surtout cela prend du temps.

Nous devons prendre conscience qu'il existe encore des artisans dans les différents métiers de bouche et qui travaillent avec d'excellents produits, mais il est bien clair que ses produits seront un peu plus cher mais jamais trop pour avoir de la qualité et surtout du goût, manger de la viande rassie sur l'os, grignotter une tranche de pain qui croustilles sous la dent et déguster un morceau de fromage qui a l'odeur du fromage et pas du plastique et quand même plus agréable non.

N'hésitez pas à faire part de votre avis, car il m'interresse  

titi - 28.02.2006 | 1 réactions | #link | rss

Neuchâtelois d'origine, j'aime mon canton sur plusieurs points de vue, aussi bien géographiquement mais également son histoire et ceci dés la période dite préhistoire, voici un petit résumé sur ce magnifique canton. Le pays de Neuchâtel est situé à l'écart des grands axes de circulation qui relient les principales régions de l'Europe. C'est une réalité géographique. Au sud, le lac le sépare du plateau suisse et les liaisons au pied du Jura n'ont jamais été aisées. Au nord, le bassin du Doubs et la montagne jurassienne forment une barrière qui ne facilite par les relations avec la France. Cela explique peut-être l'histoire singulière de cette petite terre de quelque 800 km 2 . Son histoire est marquée à la fois par cet isolement relatif, mais surtout par la volonté d'en sortir et de s'ouvrir en direction de ses proches voisins.

Au Moyen Age, les comtes de Neuchâtel signent de nombreux traités de combourgeoisie avec les cantons suisses voisins. Dès les origines, les «Neuchâtelois» furent des commerçants actifs, des créateurs de liens économiques et culturels, sachant qu'ils ne pouvaient vivre que des échanges et devaient abandonner toute idée d'autarcie. Terre d'accueil, et parfois d'asile, Neuchâtel doit aussi une grande partie de sa prospérité aux étrangers qui vinrent s'y établir et y exercer leur art. Neuchâtel fut pendant des siècles dominé par des seigneurs venant d'ailleurs : Allemandes, Françaises, Prussiennes, de nombreuses dynasties se succédèrent et gouvernèrent le pays à l'aide d'une aristocratie locale. Tout en se sentant proches du corps helvétique, les Neuchâtelois cultivaient ainsi une relative indépendance. Mais ils ne purent rester insensibles à la philosophie des Lumières qui allait bouleverser l'Europe à la fin du XVIII e siècle. En contact avec le monde et fervents partisans des idées libérales, les milieux horlogers furent les premiers à réclamer la fin de l'Ancien Régime et des coutumes féodales.

Pourtant, Neuchâtel, à l'instar de Genève et du Valais (pour ne pas parler du Jura), est l'un des plus jeunes des 26 Etats de la Confédération Helvétique. Son adhésion au pacte fédéral ne date que de 1815. Il fallut même attendre la révolution de 1848 pour voir Neuchâtel s'intégrer réellement à la Suisse moderne, abandonner son statut de principauté sous tutelle étrangère et proclamer la république.

Dès lors le destin du canton est étroitement lié à celui de la Confédération et son histoire ne se distingue guère de celle des autres cantons industrialisés, connaissant les mêmes crises et les mêmes périodes de prospérité, partageant avec les autres les turbulences comme les périodes plus sereines de la vie politique.
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch