Les Yeux noirs,c’est un groupe français étonnant, un univers de musiques yiddish et tziganes dont les maîtres mots sont énergie et émotion.

 

 

Liebkeit, interprétation d’une chanson interprétée par Bourvil dans les années 1960, chantée dans la version originale par Marie Laforêt….

une Chanson mais dans ce cas peut on dire chanson tant c’est beau….J'aimerais vous la faire écouter mais je n'ai pas encore trouver de site où je puisse vous la faire écouter...alors elle est ICI sur le site des Yeux noirs, en bas à droite cliquez dessus et ecouter...

Men ken leïben oune groshen
Oune diregelt
Mit gour nicht in di tashn
Oun fra in di velt
A dokh leben oune liebkeit
Dous ken gournicht gournicht zain
Naïn naïn naïn
Dous ken gournicht gournicht zain

Mi kenn leïben oun’a mazel
Es ist nicht a faïle
Mir kenn zaïn a schlemazel
Un treffen di tsrie
A dokh leïben oune liebkeit
Dous ken gournicht gournicht zain
Naïn naïn naïn
Dous ken gournicht gournicht zain

Dous ist dokh a zisse krankheit
Lieb of oben ershtem blik
Dous ist doch a zisse schwarhkeit
Ven zi get mi ir a kick
Rikhtig rikhtig rikhtig

Me ken leïben vi a ganef
(vi) a shnorrer a tzar
und shlekh varbringue dous lebn
und nicht zeïn ka nar
A dokh leïben oune liebkeit
Dous ken gournicht gournicht zain
Naïn naïn naïn
Dous ken gournicht gournicht zain

Moïshe zingt in di toïre Gloïbidik oun nicht
Der erchte ken oben moïre
Tume liebe ken er nicht
A dokh leïben oune liebkeit
Dous ken gournicht gournicht zain
Naïn naïn naïn
Dous ken gournicht gournicht zain

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y'en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas


On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire
Et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n'en est pas question
Non, non, non, non
Il n'en est pas question

Texte original:" La tendresse" (H Giraud / N.Roux)
Adaptation: Boris Bergman, Simon Liwerant

le site des Yeux Noirs