Un peu de tout et beaucoup de riens
SCOOP-SCOOP-SCOOP!!!

Tu habites en Belgique? Contacte-moi!

Tu lis ce blog? Continue! :o)
articles
réactions
Choupinou - 25.11.2005 | 3 réactions | #link | rss

 

Vous connaissez le chien ninja? :-)

Choupinou - 25.11.2005 | 3 réactions | #link | rss
Je m'étais fait une raison, me disant que j'allais encore penduler pendant plusieurs mois...

Eh bien, peut-être pas! Si vous vous rappelez de mon précédent article (même titre, part I), j'avais reporté l'échéance de la bonne nouvelle de six semaines.

J'ai rendez-vous la semaine prochaine avec cet employeur potentiel qui a revu ses budgets et qui est en mesure de me proposer un poste qui pourrait bien grandement m'intéresser... donc à suivre, mais je demande d'ores et déjà

un serrage de pouce général!

(oui vous pouvez aussi serrer les orteils!)

Choupinou - 25.11.2005 | 2 réactions | #link | rss

... je fais bien:
me rendre disponible pour les ami-e-s
courir jusqu'à la gare les matins de panne d'oreiller (fréquents...)
être créative
le tiramisu
m'endormir devant la télé
oublier le repassage
improviser des soirées à la maison

... je ne sais/peux pas faire:
rester insensible aux autres
boire un café au lait le matin
rester dans un endroit enfumé
rester calme devant une injustice
cuisiner aussi bien que M. Choupinou
garder notre appartement en ordre
comprendre les codes html...

... qui m'attirent chez M. Choupinou:
son humour
sa franchise
son attention pour les gens qui l'entourent
le souci qu'il se fait pour moi
son air malicieux juste avant Noël
ses idées loufoques
ses bons petits plats!

... je dis souvent:
ça va pas bien du tout... du tout! (nemo...)
ça va bien se passer!
c'est cela oui...
Voualaaaa....
yalaaaa....
c'est quand qu'on mange?
tu crois que c'est le moment?

... célèbres qui m'attire(raie)nt:
Johnny Depp
Johnny Depp
peut-être Johnny Depp
à moins que... Johnny Depp
ou alors... Depp Johnny
sans oublier Johnny Depp
et définitivement Johnny Depp!

... je veux faire avant de mourir:
un enfant
aller en Bretagne
avoir dit aux gens qui comptent combien je les aime
avoir su être quelqu'un de bien
vaincre ma trouille de l'eau
maîtriser la nage en apnée avec monopalme
apprender el español 

 

Choupinou - 19.11.2005 | 2 réactions | #link | rss

non, ce n'est pas l'étude des pingouins sur la banquise, comme pourrait le laisser penser la photo!

Avec M. Choupinou nous sommes commissaires de pistes sur les courses automobiles, comme les slaloms, les courses de côte, et le Rallye du Valais.

J'ai commencé en 2003. D'ailleurs sur la photo, c'est moi en train de me geler vers le Col des Planches, lors de mon premier Rallye du Valais!
Pas moyen de mettre des gants, car j'étais préposée à la tenue du mouchard de passage.

Cette année on a eu de la chance, car le soleil a brillé du jeudi au samedi. Les horaires étaient aussi sympas, pas besoin de se lever aux petites heures pour le briefing...
C'est vrai que c'est un peu barbare ces trois jours... on dort sous tente, pas de douche, cuisine rudimentaire avec les moyens du bord.

Cette année on a fait mieux: génératrice et matériel de cuisine, grand luxe!!! Toujours sous ente (sur le toit de la voiture), mais avec les gros duvets...

Maintenant la saison est complètement terminée, vivement la suivante!

Choupinou - 19.11.2005 | 2 réactions | #link | rss

 

Après une chute en avril 2004 avec cet engin de la mort diabolique:

 

 

je me suis retrouvée avec une jolie fracture intra-articulaire, qui a nécessité de ma part un séjour Last Minute à la Longeraie de 24 heures. Mon poignet s'est rertouvé affublé d'un déguisement digne de Robocop ou de l'Homme qui valait 3 milliards, et ressemblant plus ou mois à cela:

 

 

 (Ce n'est qu'une illustration montrant plus ou moins ce que je me trimballe donc depuis ce 12 mai 2004, mais il me semble que j'ai moins de vis que sur la radio - qui n'est pas moi d'ailleurs!)

Après moultes tergiversations, je me suis enfin décidée à reprendre contact avec le boucher, enfin la chirurgienne pour envisager un retour à unpoignet débarassé de ferraille. Ca sera pour début 2006, en janvier.

Oui mais... car il y a toujours un mais... j'ai la trouille! La trouille de l'anesthésie qui m'a fait un mal de chien, et qui semble le seul mode opératoire envisageable... L'injection se fait au niveau des nerfs, et les décharges qui s'en suivent sont insupportables...

Est-ce que quelqu'un a un truc pour aborder cette opération un peu plus ZEN, et en tout cas sans flipper à mort?

 

 

 

Choupinou - 19.11.2005 | 0 réactions | #link | rss

Une toute bonne, enfin retrouvée.
Venant de nulle part, si ce n'est du terroir...
Plutôt de par là autour, il me semble bien que c'était dans les bois du Jorat..
Ecoutez voir...

L'ami corbeau et l'ami renardC't ami Corbeau, sur un arbre ganguillé
Tenait à plein bec une tomme.
C't ami Renard, le tarin chatouillé
Lui tint ce discours à la gomme :
Hé! salut c't ami Corbeau,
T'es rude joli, t'es même fin beau!
Crénom de sort, si ta batoille
Vaut ce plumage qui pendoille,
T'es le tofin des forêts du Jorat.
A ces mots, le Corbeau qui trouve ça estra
Ouvre tout grand son four
Et lâche ses dix-heures.
Le renard chippe la tomme et dit:
Pauvre niolu, méfie-toi toujours des lulus
Qu'ont la langue bien pendue.
Cette leçon vaut bien une fondue!
Le Corbeau dépité, conclut:
Ch'us tondu, j'ai perdu, plus jamais je s'rai eu!

Auteur local Anonyme, mais on m'a soufflé que le Cabaret Show 7 était dans le coup...

 

Choupinou - 19.11.2005 | 2 réactions | #link | rss

(un texte trouvé sur topio.ch, tout un programme!)

 

HISTOIRE DE VAUDOIS

Ce matin-là, mécol, le Taguenet, j'avais peu d'accouet, j'étais tout moindre. Mais après avoir enfilé mon pantet, je m'emmode. Je vais d'un pas quelque peu vigousse retrouver ma bouèbe pour la cocoler, oui, car je fréquente.

Comme ce n'était pas une mijaurée, tout en lui caressant le cotzon, je lui propose de se préparer à prendre un traclet pour se rendre sur un becquet de par là-haut. On avait grebolé toute la nuit, car il avait fait une de ces cramines à te flanquer la grolette. Le matin, après une puissante roille, une véritable saucée, il a chotté. Il ne restait plus que du mouillon. Heureusement que j'avais une panosse pour essuyer la gouille, il fallait éviter qu'un taborniau ou une bedoume, dont les quinquets étaient encore tous collés, ne viennent s'encoubler dans ce patrigot et cupesser tout à côté dans le ruclon qui sentait encore le brûlon, souvenir d'un feu qui couvait encore depuis la veille au soir.

Avec ma gâtionne, nous décidâmes de nous ganguiller au fin coutzet d'un mamelon des environs. Ma minçolette était gringe, un peu piorne, elle pétouillait car elle avait la trouille. Ayant peur de déguiller, de dérupiter et de s'epécler une piaute, elle s'est mise a quequeiller : Quelle longue tirée pour la descente !

Aussi, après avoir refermé un clédard : Il faut penser aux modzons ruminant dans le pré ! Nous nous arrêtâmes pour souffler un peu dans le cagnard, une espèce de mayen dont le toit était recouvert de tavillons. Nous actionnons le péclet et nous nous cotons dedans. Loin de nous l'idée de foutimasser, de miquemaquer, pas plus que de potringuer, je le jure, ni même de jouer à la courate. Non, notre voeu le plus cher était de s'accorder un clopet réparateur. Quelle pioncée nous avons faite ! Tout ragaillardis, nous retournâmes au village ; mais quelles sont ces brâmées, ces cyclées ?? D'où ce baccanal pouvait'il provenir ?

Il venait de la pinte à l'entrée de laquelle se trouvait un gapion venu mettre un peu d'ordre dans cette chotte. Lors d'une rioule durant laquelle certains clients avaient trop sacrifié à Bacchus après avoir pintoillé
et abusé de la topette (quelle embardouflée ils en avaients), deux toyotzes, de vraies chenoilles, s'étaient lancés des fions puis se sont foutu des agnafes. Nous avions rarement vu pareille astiquée ! Ces deux cradzets s'étaient trivougné à tel point que les deux gniolus avaient le pif tout maillé, tout de bizingue. Nous en étions tout remués.

Vous comprendrez qu'après avoir constaté les dégâts de cette passe de lutte, ma minçolette et moi, nous avions besoin de nous requinquer. Juchés sur des trabedzets quelque peu branlants, nous appelâmes la fille de l'aubergiste, une grande berclure, pouète comme un épouvantial à moineaux et raide comme la justice de Berne. Sa robe, qui avit dû être blanche, était recouverte de tacons virant au grisâtre. Son apparition a déclenché chez nous une de ces détraques, une déguille à se rouler de rire par terre. Cette guïupe, une vraie pèdze, parait-il, selon les gens du village, a servi aux deux affamés que nous étions tout ce qu'il fallait pour se rapicoler.

Nous avons rupé sans nous faire prier de la fricassée de cayons, du gâteau au nion, du gâteau à la cougnarde et du taillé aux greubons, sans oublier des rebibes de l'Etivaz. Le solide a été puissamment arrosé d'un breuvage qui n'était pas, je vous l'assure, un penadzet : il a fallu plusieurs fois rafoncer.

Cette tranche de vie un peu loufoque se termine ici, J'espère que vous n'avez pas été trop dur a la comprenette de ce langage spécifiquement vaudois et que vous ne le redzipéterez pas, car gare aux batoilles !!!!

Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss

Avant de commencer, une précision: j'aime les chiens...

Je ne sais pas pour vous, mais s'il y a bien quelque chose qui m'agace profondément, en dehors de louper le train, c'est de voir des chiens gambader joyeusement sans laisse, ou alors avec une laisse qui devrait permettre au pseudo-maître de révasser à une année-lumière de son animal...
Cette manière de faire ne fait qu'attirer des ennuis à tout le monde: le maître attentionné qui fait attention à respecter autrui se retrouve mis dans la même catégorie que les insouciants...
sans compter que les personnes qui craignent les chiens sont encore moins rassurées!

En moins de deux semaines, ma tension a dû avoisiner des pics critiques!
Yverdon, dans un tea-room: Mamzelle la Maîtresse a attaché son mini-chienchien à la chaise. Bonne initative? Oui, si la laisse ne permettait pas à Fifi d'aller fouiner dans un rayon de trois mètres autour de lui!
Yverdon, toujours, au bord d'une route très passante: Médor gambade joyeusement sur le trottoir, hors de portée de son maître (par la voix ou la laisse - inexistante soit dit en passant!). Mais voilà que notre ami Médor arrive au passage piéton. Les lignes jaunes, le petit bonhomme rouge illuminé ne disent rien à Médor, plus habitué aux odeurs qui le guident. Donc notre médor ne s'arrête pas... Hauts cris de son maître: "Mais enfin, t'as pas vu que c'est rouge?!" (dixit)

Lausanne, gare, heure de pointe: les caïds du coin sont en plein colloque au milieu du hall de gare, accompagnés de leurs pittbulls. 2 personnes, 3 chiens, cherchez l'erreur... surtout si je vous dis que les "caïds" devaient peser 50 kilos tout mouillés sans la quincaillerie autour du cou... pas capables de tenir des bêtes qui déploient une force impressionnante!

Pauvres bêtes, on se demande qui du chien ou du "maître" devrait être éduqué...

Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss
Les enfants doivent être attachés dans des sièges adaptés à leur morphologie, et ceci pour leur sécurité. Pour la vôtre aussi, cela peut éviter de rattraper votre bambin dans la nuque en cas d'accident!

Maintenant, adaptons le premier paragraphe à nos z'amis à quatre pattes qui nous accompagnent parfois/souvent/toujours dans nos déplacements à travers la Romandie...

Cela donne: les chiens doivent être placés dans une caisse ou box adaptés à leur morphologie, et ceci pour leur sécurité. Pour la vôtre aussi, cela peut éviter de rattraper votre fidèle compagnon dans la nuque en cas d'accident!

A méditer...
Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss
Combien lisez-vous de livres par an?
J'ai beaucoup lu quand j'étais à l'école. Mon papa m'a transmis le goût de la lecture, et j'ai dévoré tout ce que je pouvais trouver. J'ai été très tôt inscrite à la bibliothèque communale. Ensuite, avec l'école obligatoire, il faut bien reconnaître que mon appétit n'a pas baissé... puis au gymnase, les "plats" sont devenus plus consistants, et j'ai dû me calmer...
Donc combien je lis de livres par années... je dirais une vingtaine, en moyenne! Mais avec le bookcrossing, je fais tilter le gong!

Quel est le dernier livre que vous ayez acheté?
Chroniques caissières, d'Eugénie Boillet
Quel est le dernier livre que vous ayez lu?
Les contes de la rue Broca, de Pierre Gripari... un délicieux retour en enfance!

Listez 5 livres qui comptent beaucoup pour vous ou que vous avez particulièrement appréciés.
– Gilbert Grape, parce que le film m'a fait pleurer, et que le livre aussi...
– Le Petit Prince, no comment.
– La Dame à la Licorne.
– Ailleurs n'est jamais loin quand on aime (Richard Bach).
– Le Parfum, car c'est avec ce livre que j'ai découvert des odeurs littéraires.
Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss
Diabolique

Le premier jour, elle a emballé ses effets personnels dans des boîtes, des malles et des valises...
Le deuxième jour, les déménageurs sont venus pour les emporter....
Le troisième jour, elle s'est assise pour la dernière fois dans leur salle à manger, et à la lueur des chandeliers, bercée par une douce musique de fond, elle s'est fait un festin de crevettes, de caviar et de champagne.
Lorsqu'elle a terminé son repas, elle est allée dans chacune des pièces de la maison et a déposé, dans le creux des tringles à rideaux, quelques crevettes qu'elle n'avait pas mangées.
Elle a ensuite bien nettoyé la cuisine, et quitté la maison.
Lorsque son mari et sa nouvelle petite amie sont revenus s'installer à la maison, ils ont filé le parfait amour durant les premiers jours.
Puis, lentement, la maison a commencé à sentir mauvais. Ils ont tout essayé : nettoyer, récurer, frotter, cirer, aérer... En vain.
Ils ont alors fait vérifier les conduits d'aération, afin de s'assurer qu'il ne s'y trouvait pas de cadavres de rongeurs en putréfaction.

Tous les tapis, moquettes et tissus muraux ont été nettoyés à la vapeur, et des purificateurs d'air installés aux quatre coins de la maison.
Comme l'odeur persistait, le mari et sa petite amie sont partis quelques jours à l'hôtel, le temps qu'une entreprise d'extermination vaporise des produits anti-bestioles dans toute la maison.

Lorsqu'ils sont revenus l'odeur était toujours là.

Ils ont alors décidé de faire remplacer les tapis et moquettes, pour une somme faramineuse.
Et l'odeur a persisté.

Leurs amis ont cessé de venir leur rendre visite, le facteur faisait un détour et oubliait de leur distribuer le courrier, la femme de ménage a donné sa démission...

Finalement, incapables d'endurer la pestilence, ils ont décidé de déménager dès que la maison serait vendue.
Un mois plus tard, et bien qu'ils aient réduit leur prix de vente de moitié, ils ne trouvaient toujours pas d'acheteur pour leur maison puante.

Le mot était passé, et même les agents immobiliers ne répondaient plus à leurs appels.

En dernier recours, ils ont emprunté une importante somme d'argent pour pouvoir acheter une autre maison.

L'ex-épouse de l'homme lui a téléphoné, histoire de prendre de ses nouvelles. Il lui a raconté la saga de la maison puante. Elle l'a écouté poliment, puis lui a dit qu'elle s'ennuyait terriblement de cette maison, et qu'elle serait prête à accepter de réduire ses demandes dans leurs négociations de divorce si elle pouvait récupérer la maison.

Sachant que son ex-épouse ne pouvait s'imaginer à quel point les odeurs de la maison étaient pestilentielles et insupportables, le mari voulut bien lui céder la maison pour le dixième de sa valeur réelle, à la condition qu'elle signe les papiers le jour même. Elle accepta et, dans l'heure, les avocats de l'ex-mari lui envoyèrent les papiers. Une semaine plus tard, l'homme et sa nouvelle petite amie affichaient un sourire> narquois en regardant les déménageurs emballer toutes leurs affaires et les déménager dans leur nouvelle maison. Tout, absolument tout.

Y compris les tringles à rideaux.....

Choupinou - 17.11.2005 | 3 réactions | #link | rss
Les concours hippiques et moi

(un billet rédigé sur mon ancien blog...)

Depuis vendredi, je vis au rythme obsédant des cataclops chevalins. Non, je n'ai pas épouse de riche propriétaire, mais j'ai été "embauchée" pour donner un coup de main pour une manifestation: le festival équestre de Cheseaux, pour ceux à qui ça dit quelque chose.
Mais attention JollyJumper, ce n'est pas pour tenir le bar à champagne des sponsors, que nenni(ssement)! J'étais chargée du bon ordre du parking. Rien de bien difficile, sauf que c'est difficile de garder un calme olympien face à des trésors demauvaise foi, tant de la part des concurrents que des visiteurs, qui subitement ont TOUS, je dis bien TOUS sans exception, petit a: une arthrose fulgurante, petit b: une grand-mère impotente dans le VW Touareg, ou alors petit c: des problèmes avec le 3e orteil gauche qui les empêche de faire 20 mètres à pied. Les trois items ne les empêchant pas de passer de la cantine au bar à vins puis au bar à apéro... on se demande bien comment une telle concentration d'éclopés ont subitement choisi de se retrouver au même moment sur "mon" parking...

Bref, hier, un horaire de fonctionnaire: 8h - 21h. 13 heures...
13 heures dans la poussière (rappelez-vous, une majorité de gros 4x4 qui font rugir les moteurs)
13 heures au soleil (32° hier, merci...)
13 heures sur les gambettes...

8h: on trouve encore ces bêbêtes adorables, on se prend à chercher le cheval de Yakari, celui qui aura une allure spéciale...
10h: on a parqué 57 vans, 3 camions, évalué le prix des chevaux automatiques et de ceux à quatre pattes...
11h30: on se surprend à évaluer le poids de viande comestible sur chacun des canassons qui s'obstinent à tourner devant nous.
12h: on opte pour un panini, trop faim, trop de monde au stand des plats du jour, retour en quatrième vitesse parce que ô mon dieu, deux voitures doivent croiser sur un chemin étroit, mamie tu crois que ça va passer, j'ai peur pour le rétroviseur de la Porsche Cayenne. Pendant ce temps, il y a la place pour marcher deux de fronts entre les voitures...
13h30: on a calculé qu'un cheval pourrait couvrir nos besoins alimentaires pour un certain temps
14h: on va se mettre au violon, les crins sont compris dans le calcul de 13h30.
15h: Fait soif...
Et ainsi les heures s'égrènent... les troubles psychiatriques associés à cette manifestation ne tardent pas à se faire sentir: les chevaux qui tournent encore et toujours ne sont qu'amas d'entrecôte et steaks, filets et tartares...
17h: On m'a toujours interdit de jouer avec la nourriture, pourquoi ils ne sont pas punis?

J'ai fini la journée sur les rotules, cassée, out, ruinée...

Et ce matin, en allant promener le chien, mes oreilles ont capté un bruit étrange, hostile, effrayant. Mes yeux ont reçu une image traumatisante... Quatre chevaux dans un pré, hennissant à mon passage, comme pour me dire: on t'a bien eu, on est venus chez toi, ton terrain est le nôtre...

J'ai accéléré le pas, voulant fuir cette image de terreur...

Ce soir j'invite mon homme au restaurant, cheval pour tout le monde!!!

Va comme le vent, Pile Poil!

Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss
A prendre au deuxième degré... d'accord?

Si vous deveniez assassin d'un personnage, ce serait pour supprimer qui? (pas de nom!!): Les concepteurs de jeu télé-réalité débiles

Quelle action suffirait pour vous rendre meurtrier?: Qu'on s'en prenne à quelqu'un de proche

Vous êtes tueur à gages... votre arme de prédilection? Les flèches de TripleX 2 (euh oui j'avoue, je l'ai vu...)

Vous êtes l'offensé dans un duel... vous choisissez quelle arme? Et pourquoi?: la fuite, c'est possible? non? le spray au poivre pour pouvoir décamper vite fait!

Et le lieu du duel?: une lande désertique et brouillardeuse (pour l'ambiance), avec une voiture super rapide (pour la fuite, cf. plus haut!)

Et vous cachez le corps où? Quel corps?

Vous assassinez votre patron, vous plaidez quoi?: la folie passagère

A quel policier de fiction échappez-vous sans cesse?: Monk!

Par quel policier de fiction vous faites vous arrêter?: Joshua Brolin (de Maxime Chattam)

La pire peine (humoristique) que l'on peut vous infliger..?: Me forcer à regarder Derrick auf deutsch en VO

Et quel est le mobile de votre propre assassin?: Vol de livres aggravé
Choupinou - 17.11.2005 | 3 réactions | #link | rss

La ville qui m'a vue naître: Orbe
La ville qui me donne envie d'être en balade: Amsterdam
La ville qui a usé mes baskets de visiteuse: Paris
La ville où je me suis sentie perdue: Prague
La ville que j'aurais voulu visiter mieux: Dresde
La ville où j'ai bu le plus de bière: Amsterdam bis
La ville la plus étrange: Quito
La ville où je me suis vraiment perdue: Londres
La ville de mon enfance: Yverdon
La ville qui me donne la chair de poule: Bienne
La ville qui me fout le blues: Moudon
La ville de mes vacances les plus originales: Cracovie, Varsovie...


Je passe le relais à qui veut...

Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss

L'appareil que je déteste: l'imprimante du travail qui est toujours en panne ou en réparation
L'appareil ménager inutile dans mon armoire: la centrifugeuse qui ne centrifuge pas si bien et qui fait un bruit d'avion au décollage
L'appareil que j'aurais voulu inventer: le téléphone
Celui que je ne comprends toujours pas: la radio, pour moi c'est digne de Harry Potter
Celui que je ne voulais pas, mais qui m'accompagne partout: le portable
Celui qui a ruiné mon adolescence: l'appareil orthodontique!
Celui qui vient de rendre l'âme: mon radio-réveil-lecteur de cassette (1989-2005)
Celui que j'ai acheté avec ma première "paie": un walkman bleu
L'appareil qui me manque: un robot ménager qui détecte les tâches ménagères à faire... et qui les fait!
Celui qui m'a accompagné dans mes premières escapades: l'appareil photo
L'appareil mystérieux de mon enfance: un frigo-congélateur à voyants rouges et verts chez mon grand-père (la grosse bête de la cave... bouh!)

Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss

Quel est ton plat préféré? la pizza aux escargots
Que manges-tu en lisant/écrivant? rien... heureusement!
Quel est le premier aliment dont tu te souviens? le fenouil
Quel est l’aliment que tu détestais? la viande hâchée crue
Et maintenant? les abats
Quel est l’aliment qui a révolutionné ta perception du goût? la cannelle
Quel aliment passe le mieux en photo? une salade de fruits
Par quel aliment aimerais-tu te faire bouffer? non là je vois pas, vraiment pas!
Quel est ton plat de la honte (rentré à 4h du matin et t’as faim)? Yoghourts divers et variés, et s'il y a de quoi en faire: des tartines au cenovis
Quel est l’aliment qui se mange le mieux debout? le kebab, pour la loi de la gravité soit plus efficace avec les oignons
Quelle est la pire recette ignoble et indigeste? le riz au lait avec un coulis de cerise chaud
Que cuisines-tu à l’être aimé? les cornettes au beurre, à manger ensemble devant la télé, à la cuillère à soupe, en regardant un bon film
Avec qui aimerais-tu partager un repas (décédé ou pas)? Maxime Chattam
Pour manger quoi? Un steak saignant... ;-)
Quelle est ta malbouffe préférée? les kebabs
A quel aliment la vie ressemble-t-elle? à un ananas bien mûr
Que mangerais-tu jamais? Du chien, du serpent...
Quel est pour toi le plat de l'été? Big salade mêlée et grillades
De quoi aimes-tu abuser en vacances (bouffe ou boisson)? de Granita et de glaces!!!
Quel aliment distillerais-tu pour inventer une boisson révolutionnaire? le poivron

Choupinou - 17.11.2005 | 0 réactions | #link | rss

Le nombre total de livres de cuisine (ou traitant de façon plus large de nourriture)
que j'ai possédés dans ma vie:
Beaucoup, mais rarement utilisés...

Le dernier livre de cuisine (ou de nourriture) que j'ai acheté:
Riz et Risottos (on me l'a offert, mais je comptais l'acheter...)

Le dernier livre de cuisine (nourriture) que j'ai lu:
J'ai parcouru le bouquin de cuisine de l'armée

Cinq livres de cuisine que j'apprécie tout particulièrement:
Salades sages et folles, Riz et Risottos, Cocktails, Les Buffets, La Cuisine portugaise

Quelles questions est-ce que ce questionnaire ne pose pas
mais que j'aimerais qu'on me pose?
Sais-tu cuisiner? Pour avoir le plaisir de répondre oui un peu, mais que M. Choupinou le fait beaucoup mieux que moi...

Quels livres de cuisine est-ce que j'aimerais qu'on m'offre?
Comment utiliser la bière dans les repas

Choupinou - 17.11.2005 | 2 réactions | #link | rss

Non non, vous ne vous êtes pas trompés, c'est bien un billet en l'honneur de ma belle-mère... je l'aime ma belle-mère!
Pourquoi?
... parce que sans elle, mon chouchou n'existerait pas
... parce que sans elle, je ne me réveillerais pas en sursaut à 7h30 le premier jour des vacances, parce qu'elle a décidé à l'improviste de venir promener sa pupuce du côté de chez nous
... parce que sans elle, je n'aurais jamais découvert le monde merveilleux de la vente en parfumerie
... parce que si je ne l'avais pas connue, je n'aurais pas connu son coiffeur et que je n'aurais pas changé de couleur de cheveux
...parce que c'est chouette de manger ensemble à midi, et de comprendre le monde mystérieux de Chouchou...

Alors voilà, ma BM je t'aime! (euh au fait je roule en Peugeot... :-)

Choupinou - 15.11.2005 | 6 réactions | #link | rss

C'est là que je me trouverai demain...

Vous avez reconnu?

Choupinou - 15.11.2005 | 0 réactions | #link | rss

On m'a toujours dit que trouver un nouveau job était affaire de compétences, de bonne conjonction entre l'offre et la demande, et finalement, d'une certaine dose de chance aussi.

Une connaissance vient de me livrer un autre filon... Saint Rita, patronne des causes désespérées... je ne connaissais pas avant il y a quelques jours.

Non, je n'ai pas essayé, mais je viens de trouver sa boîte à lettres....

Je me demande si je ne vais pas tenter le coup.... ;-)

On ne sait jamais, c'est peut-être plus efficace qu'un bon CV!

*choupinou qui espère bien finir par trouver la place près de chez elle qu'elle convoite*

FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch