Il sonne, encore et encore.

Hier il était posé vers mon oreiller. Ce matin, il a été exilé plus loin, hors d'atteinte.

La sonnerie se fait lancinante, pressante, irritante. Pas moyen de l'arrêter, il faudrait bouger. Sortir de la chaleur enrobante de la couette. Se confronter à la fraîcheur ambiante.

Coup d'oeil au travers des rideaux translucides. Voiture blanche. Gel. Neige.
Rester dans la chaleur du lit, prolonger la nuit. Refermer les yeux. Un peu. Encore un peu. Jusqu'à la limite.

Feindre une grippe. Etre honnête. Oui aujourd'hui encore, faire le choix. Le bon. Se lever, agripper ses vêtement, et se diriger vers la salle de bains.

Contact du carrelage froid sous les pieds nus. Trembler.

Gestes mécaniques, diriger le jet de la douche contre les parois. Purger le liquide froid pour permettre aux précieux degrés de fouetter la peau endormie.

Regard dans le miroir. Soupir.

Un sourire, une grimace. Coup d'œil sur la montre. Dans les temps.

Encore un matin.

Une journée qui commence.