L'actualité télévisuelle de la semaine m'oblige à mettre de côté ma flémingite aigüe :OP En effet, ce vendredi la TSR1 diffuse à 21h10 Julie & Julia une comédie gastronomiquement sympathique.

L’originalité du dernier Nora Ephron (Nuits blanches à Seattle, Vous avez un message…) repose sur la juxtaposition de deux vies et de deux époques. D’un côté Julia Child dans le Paris d’après guerre, de l’autre Julie Powell dans le New York d’aujourd’hui. Toutes deux unies par leur volonté de donner un sens à leur existence.

Inconnue dans nos contrées, Julia Child est outre-Atlantique une véritable institution. Coauteur de Maîtriser l’art de la cuisine française, elle est devenue dans les années 60 une icône télévisuelle en partageant sa passion pour la gastronomie. Un personnage qui a su séduire les américains autant par ses talents culinaires, que par sa personnalité exubérante.

Comme nombre de ses compatriotes, Julie Powell est fascinée par le personnage, au point de se lancer le défi fou de réaliser les 524 recettes du livre en 365 jours, et de relater cette expérience via son blog. Une partie du film est d’ailleurs librement adaptée de son roman Julie et Julia : sexe, blog et bœuf bourguignon, paru en 2006.

Le film repose essentiellement sur l’interprétation de Meryl Streep. Elle incarne une Julia Child plus vraie que nature : excentrique, pétillante, optimiste et forte. Pour en profiter pleinement, il est plus que conseillé de visionner le film en VOST, afin d’apprécier ses truculents « bœuf bourguignon » et autres  « Bon appétit ».

Cependant le film souffre de quelques longueurs et par là même perd en intensité. Il est aussi regrettable que le scénario ait occulté les points les plus sombres de la vie des deux héroïnes, ce qui aurait pourtant amené plus de profondeur et de caractère à l’œuvre finale.

Julie & Julia est une comédie légère et sympathique comme on aimerait en savourer plus.