Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 02.03.2012 | 1 réactions | #link | rss

L’air se réchauffant, il semble que je sorte de ma somnolence hivernale. L’actualité cinématographique a pourtant été riche ces dernières semaines ! Voici un pêle-mêle des films vus pendant cette période.


Polisse de Maïwen

C’est après avoir visionné un reportage sur la Brigade de Protection des Mineurs, que Polisse a vu le jour dans l’esprit de Maiwenn. Bien lui en a pris puisque ce dernier a décroché, entre autre, le prix du jury de Cannes 2011.

On y suit le quotidien des policiers de cette brigade si particulière. Les personnages sont fouillés, authentiques et servis par un casting de choix (K.Viard, M.Foïs, S.Kiberlain, JoeyStarr etc.). Le discours est fort et oscille entre rire et drame pour mieux supporter l’insoutenable.

En résumé, un film bouleversant, énergique, atypique et osé pour cette perfectionniste autodidacte de talent.





Millenium : les hommes qui n’aimaient pas les femmes de David Fincher

Après avoir pourtant refusé une première fois d’adapter le livre éponyme de Stieg Larsson, bien avant le succès qu’on lui connaisse, David Fincher se laisse finalement séduire par l’histoire et nous livre un film à l’atmosphère assez proche du roman.

Condamné pour diffamation, Carl Mikael Blomkvist, journaliste de son état décide de prendre de la distance avec sa vie et son métier. Il accepte d’enquêter sur la disparition de la nièce d’un magnat des affaires…

Daniel Craig se révèle plus que convaincant en électron libre, indépendant et têtu. Rooney Mara (The Social Network) livre quant à elle une interprétation honorable de Lisbeth Salander, mais ne parvient pas à faire oublier la performance de Noomi Rapace tout simplement stupéfiante dans la version de Niels Arden Oplev.

Au final, un thriller efficace à l’ambiance oppressante.





A suivre…

Sandrine - 01.09.2011 | 1 réactions | #link | rss
Ce dimanche TF1 diffuse Le Code a changé, un incontournable de l'année 2009.

« De toute façon, un dîner, ou bien on ne se dit rien, et c’est chiant, ou bien on se dit tout, et c’est l’enfer ! » Cette phrase de Juliette, alias Marina Hands dans la vie, résume bien l’atmosphère dans laquelle nous plonge le film et le code implicite auquel on est confronté lorsque l’on est en représentation.

En partant d’un banal repas entre amis, Danièle Thompson a construit la trame de son film. Grâce à un montage audacieux et original, elle réunit les mêmes onze protagonistes, le même jour, à un an d’intervalle, le tout agrémenté de nombreux flash-back.

Des destins vont s’apprivoiser, d’autres s’éloigner, ainsi va la vie. Avec Le code a changé, on passe du sourire à l’émotion en quelques minutes.

Les personnages sont dotés d’une psychologie fouillée. Derrière leurs mensonges et leurs faux-semblants, on découvre des blessures secrètes et profondes qui nous les rendent attachants et humains.

Le casting est hétéroclite et appétissant. On sent une véritable complicité entre les acteurs, qui avouent d’ailleurs, s’être beaucoup amusé durant le tournage.

Malgré quelques longueurs et des enchaînements prévisibles, on est conquis par la saveur aigre-douce du mets proposé.

La musique de Nicola Piovani, oscarisé en 1997 pour La vie est belle de Roberto Benigni, colle parfaitement au film en apportant à la fois une touche de gaieté et de mélancolie.

Enfin, n'éteignez pas trop vite votre téléviseur, le générique vous réserve une surprise culinaire, qui vous permettra d’organiser, à votre tour, un dîner entre amis.




FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch