Adaptation de la série éponyme à succès diffusée aux USA entre 1966 et 1971, Dark Shadows relate les aventures de la famille Collins. Si le ton ici est délibérément plus décalé, les ingrédients de base demeurent.

Visuellement, le film est d'un esthétisme à couper le souffle, ceci dit le scénario manque cruellement de consistance et de magie. Pas de synopsis, tout est dit dans la bande annonce.

A noter un caméo sympathique de l'interprète originel de Barnabas, à savoir Jonathan Frid, décédé malheureusement avant de pouvoir découvrir le résultat sur grand écran. Côté acteurs, le casting est hétéroclite et intéressant. Reste que cette huitième collaboration entre Burton et Depp n'amène rien de nouveau et demeure sans surprise.

Au final, un emballage plus que soigné, mais dont il est vain de chercher l'étincelle.






Annoncée comme la préquelle du mythique Alien : le huitième passager, Prometheus déçoit par un scénario bâclé et plus que prévisible. En effet, Ridley Scott se révèle incapable de se détacher de la série culte et nous ressert les mêmes idées quasi à l'identique.

Même si la direction artistique est bonne et que les images sont d'une beauté et d'une élégance rares, le film manque cruellement du petit plus qui a fait le succès de la saga. Le casting est brillant avec deux des plus belles révélations de ces dernières années (Noomi Rapace et Michael Fassbender), malheureusement leur personnage manque singulièrement de profondeur.

Résultat : après une scène d'introduction alléchante et mystérieuse, le film s’essouffle et ne peut que séduire les néophytes de la franchise.






Vu que je suis maintenant en vacances, je vais essayer de me montrer plus assidue :OP avec les mises à jour de ce blog. Tout prochainement la critique de L'âge de glace 4, la dérive des continents.
Pour ceux qui ne sauraient pas quoi faire de leurs soirées, le NIFFF commence ce vendredi et un peu partout en suisse romande les open air
vous accueillent. Bonnes toiles !