Après une petite pause imposée par la "morosité" cinématographique de ce mois de juin, je sors de mon silence pour vous parler d'un thriller plutôt efficace.

Avant d'arriver sur nos écrans, The Call a connu maintes péripéties, à l'instar des héroïnes dont il conte l'histoire. En effet, la réalisation initialement dévolue à un spécialiste du genre Joel Schumacher (Chute libre, Phone Game, Effraction...) s'est retrouvée confiée au remarqué Brad Anderson (The Machinist) ; puis Halle Berry, qui avait accepté très tôt le projet, a dû y renoncer pour des raisons de planning, mais au vu du retard accumulé par le film, a pu avantageusement le réintégrer.

Opératrice du centre d'appel d'urgences 911, Jordan (Halle Berry) va devoir surmonter ses craintes liées à une tragédie récente, afin de secourir Casey (Abigail Breslin), une adolescente kidnappée par un tueur en série. Une course contre la montre s'engage alors où chaque appel pourrait bien être le dernier.

Entre Buried et Cellular, ce thriller, somme toute assez classique, est pourtant intense grâce à sa mise en scène maîtrisée et efficace. Le film doit aussi beaucoup à la performance de ses deux interprètes, qui, entre humanité et force, insufflent beaucoup de conviction à leur personnage. Pour peaufiner son rôle, Halle Berry (X-Men, Gothika, Catwoman, Cloud Atlas...) a passé plusieurs semaines dans "la ruche" comme est surnommé le centre d'appels. Toujours par souci de réalisme, Brad Anderson a d'ailleurs recruté, non pas des figurants classiques pour ces scènes, mais de vrais opérateurs.

Au final, un film certes convenu pour les amateurs du genre, mais loin d'être dénué d'intérêt grâce à une tension palpable et graduelle.