Mon blog 7ème art
articles
réactions
Sandrine - 16.11.2013 | 2 réactions | #link | rss

Telle la marmotte qui s'éveille à chaque dernier brin de soleil, avant de complètement hiberner, je sors de ma léthargie automnale pour parler de la deuxième édition du Valais fait son cinéma.

Le coup d'envoi a été donné hier et le festival se poursuivra jusqu'au 30 novembre. L'association valaisanne des professionnels de l'audiovisuel propose pas moins de 39 films, répartis sur 18 soirées incontournables, de Brigue à Monthey. Le tout au tarif exceptionnel de 10frs. Vous êtes encore là ?!! :)

Les temps forts, à mon humble avis :

* Ce soir, dès 19h00, au Capitole à Sion, pour une nuit fantastique, avec Les Revenants, série francophone, qui dans son registre, rivalise avec les meilleures productions américaines. (déjà vu sur Canal+)

* La soirée du 18, consacrée à Denis Rabaglia et ses remarquées chroniques sur l'actualité, à la Médiathèque de Martigny. (Ici, pour une critique de son dernier film)

* La soirée de clôture, le 30, au Casino de Martigny, avec une sélection de courts-métrages, dont le poignant Angela, de David Maye. (Prix du meilleur espoir suisse au Festival de Locarno 2010)


ext_1383251872979_450503_0d42b371ec6a3fc1e345a6a45dfe9f8e

Sandrine - 02.08.2012 | 0 réactions | #link | rss
Un petit bijou, bien de chez nous, dans le rayon action de chez Media Markt. A saisir si vous ne possédez pas déjà le Marcello, Marcello de Denis Rabaglia !

Ma critique au moment de sa sortie ciné en 2009 :

« J'ai 43 ans mais j'ai fait ce film comme si j'en avais 20, parce qu'à 20 ans on a encore tous ses idéaux et on veut changer le monde. » C'est ainsi que Denis Rabaglia présente son dernier film, Marcello Marcello, adapté du roman de Mark David Hatwood, Marcello's Date.

A l'Italie fantasmée de l'écrivain, Denis Rabaglia, auteur du remarqué Azzurro, apporte une touche d'authenticité puisée dans ses racines italiennes. Au final, une comédie romantique, fraîche, rythmée et pleine de charme.

C'est parmi un casting de 1200 adolescents qu'il a choisi Francesco Mistichelli, parfait dans le rôle de Marcello. Le jeune homme est prêt à bousculer le monde des adultes et ses traditions surannées afin d'obtenir le rendez-vous tant désiré. Avec ses propres règles du jeu, il réussit même à réconcilier les gens de son village, enfermés dans leurs secrets et leurs rancoeurs. Preuve que la jeunesse peut soulever des montagnes et transformer la société.

Le film est construit comme une fable pleine d'espoir qu'on peut interpréter à plusieurs niveaux, quoi qu 'il en soit on se laisse vite emporter par le challenge de Marcello. Le rythme est soutenu, on ne s'ennuie pas une seconde.

Denis Rabaglia apporte un soin particulier à chaque image et les couleurs chaudes de ce petit village pittoresque nous embarquent immédiatement sur les bords de la Méditerranée.

D'aucuns trouveront que certains passages sont kitschissimes, que le tout est invraisemblable ou frôle la caricature, mais en cette période de sinistrose, Marcello Marcello est une vraie bouffée d'oxygène. On ressort du film avec le sourire et l'envie d'être amoureux comme on l'est à vingt ans.



FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch