Personne n’a oublié les aventures du panda si gauche et attendrissant féru de kung-fu, proposées par les studios Dreamworks il y a quatre ans. Pas moins de neuf Annie Awards et des nominations dans les plus prestigieux festivals ont récompensé la bonne humeur contagieuse du film. La suite des péripéties de notre héros était donc très attendue, malheureusement ce nouvel opus se révèle, et de loin, bien inférieur au précédent.

Cette fois-ci, il est question de quête initiatique et identitaire, thème récurrent chez Disney. En effet, Po découvre le secret de son origine et contre toute attente, son père biologique n’est pas une oie ! L’histoire ne serait pas complète sans un méchant, dans le cas présent plus ingénieux qu’athlétique, pour contrecarrer la sérénité des évènements. Po devra accéder à la paix intérieure afin de libérer toute sa force pour venir à bout de ce paon diabolique.

Si visuellement, ce nouvel opus est une petite merveille, le scénario moins inspiré et plus que prévisible, précipitation commerciale oblige, se révèle un tantinet « mollasson » et ôte par conséquent de l’efficacité à l’ensemble.

Le jeune public sera donc à nouveau conquis, quant aux plus âgés ils resteront sur leur faim. Que nos chères têtes blondes se rassurent, ce petit détail mis à part, à priori rien n’empêchera la réalisation d’un troisième opus, comme le laisse sans ambiguïté deviner la fin.

 

NB: Les Annie Awards, institués en 1972 et récompensant uniquement les films d’animation, constituent en la matière la consécration suprême.