Extrait du communiqué du Parti du peuple suisse (UDC pour les Suisse romands) publié dimanche soir:
 
«Mais les nombreux problèmes que pose la proportion élevée d'étrangers en Suisse ne sont pas résolus pour autant, beaucoup s'en faut. Il s'agira notamment dans les mois et les années à venir de corriger la procédure de naturalisation qui échappe au contrôle (le nombre de naturalisations explose). En outre, il faut mettre fin aux tentatives d'éluder ou de violer nos principes sociaux, culturels et chrétiens de la part d'étrangers qui refusent de s'intégrer (exemples: le débat sur le foulard, les dispensations des cours de natation, les problèmes dans les écoles, la violence des étrangers, les litiges concernant les minarets, etc.).»
 
L’UDC ne va donc pas s’arrêter en si bon chemin. Et après les musulmans, à qui le tour ?
 
Toute cette affaire me rappelle un fameux poème attribué au pasteur et théologien allemand Martin Niemöller ou à Bertolt Brecht.
 

Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas communiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les sociaux-démocrates
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas social-démocrate.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les catholiques
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas catholique.
Lorsqu'ils sont venus
chercher les juifs
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.


The Clash – guns of Brixton

http://www.youtube.com/watch?v=PfslSpsBJUU