rade de Genève, 4'09'07

Je reproche à l'UDC non son conservatisme - une bouée par gros temps - ou sa xénophobie - une humeur universelle - mais son absence totale d'imagination et d'amour à même justement de dépasser les inputs de notre cerveau reptilien terrorisé.

Ce parti a su capter les frustrations des laissés-pour-compte de l'économie post-industrielle, paniqués par la vitesse et le changement permanent. Il souligne ce faisant les béances des autres partis politiques tout aussi désemparés par la remise en cause de la suprématie du monde occidental et par un secteur financier détaché de l'économie réelle.

Tout cela est assez déprimant, d'autant que la Suisse et les autres pays occidentaux continuent de jouir d'une insolente richesse. Pensons simplement aux Africains qui se noient quotidiennement en Méditerrannée ou dans l'Atlantique, coupables de vouloir faire vivre leur famille et leur communauté ou simplement de survivre.

Cultivant le pas lourd et le langage d'un paysan harrassé, le milliardaire Blocher s'amuse des faiblesses de ses adversaires. Sa frivolité borgne m'est insupportable.

Lucienne Boyer - parlez moi d'amour