New York, novembre 2006

New York continue de véhiculer l’image de la modernité. Elle exhale pourtant un capiteux parfum d’histoire, celle du 19e et du 20e siècle. La vétusté gagne nombre de ses infrastructures et de ses bâtiments. Les vagues de migrants fuyant alors une Europe pauvre et belliqueuse hantent certaines de ses rues.



New York n’en poursuit pas moins sa permanente métamorphose que signalent de récents projets architecturaux. Mais elle n’a pas effacé toutes les strates de son histoire, contrairement aux mégapoles asiatiques. Elle ne s’est pas encore intégralement transformée en attraction touristique, contrairement à un nombre croissant de villes européennes comme la kitchissime Venise.



Voilà pourquoi je rêve souvent de New York, à défaut de pouvoir m’y rendre fréquemment.



Estrellas de Fania. Our Latin Thing. 1971


un extrait de l'excellent Haeven's Gate de Michael Cimino



New York City from 1898 to 1906