Où vais-je après la mort ?
articles
réactions
- - 01.07.2009 | 13 réactions | #link | rss

Choo Nam Thomas est une Coréene américaine. En 1996, une série de voyages célestes avec le Seigneur Jésus a changé sa vie et sa destinée. Le Seigneur lui a alors demandé de consigner ses expériences dans l'ouvrage « Le Paradis est si réel ! » afin qu'il serve de témoignage au monde.

En voici quelques extraits :

Les Tunnels d'accès
Le Maître me conduisit de nouveau dans un énorme tunnel. Une fois de plus – à la différence de la plupart des autres tunnels – il était brillant et lumineux. Je compris vite qu'il s'agissait du même tunnel que la fois précédente. Je supposai que ce devait être le tunnel que les gens près de la mort décrivent souvent comme le passage entre cette vie et la suivante.

Les Châteaux d'or
Après notre brève visite au paradis des animaux, le Seigneur et moi nous sommes rendus au bord de l'eau, et nous sommes passés devant de luxueux manoirs et châteaux aux rues d'or pur. Nous nous sommes approchés de l'un des châteaux, et Jésus a ouvert une porte afin que je pénètre à l'intérieur. Mon vocabulaire est trop limité pour que je vous décrive exactement l'intérieur de ce lieu extraordinaire. Les murs étaient en pierres précieuses multicolores qui reluisaient de tous leurs feux.

Les Eaux vives
Nous avons franchi le pont doré et nous nous sommes retrouvés dans une vallée verdoyante. Nous avons longé une jolie route bordée d'une barrière d'or pourvue de nombreuses portes. Le long de la route, j'ai remarqué les arbres fruitiers et les superbes fleurs jaunes habituelles. Les champs étaient parsemés de beaux rochers, et un fleuve aux flots rapides et à l'eau cristalline coulait non loin de nous. « Cette eau est celle de la vie », souligna le Seigneur. C'était la seconde fois que je contemplais ce superbe fleuve. La fois précédente, j'avais même goûté à son eau pure et exquise. Je remarquai que le fleuve d'eau vive était étroit, mais qu'il ne semblait pas avoir de fin.

Les Demeures du Ciel
Lorsque nous avons atterri dans la vallée fertile, Jésus m'a conduite dans une rue d'un blanc pur. J'ai alors remarqué de superbes maisons blanches de chaque côté. La rue immaculée brillait comme du verre. Du reste, tout était blanc. La barrière qui entourait cet endroit était beaucoup plus haute que les maisons que j'avais aperçues depuis le sommet de la colline... Nous nous sommes approchés de l'une des maisons. Elle avait un portail à deux battants bordé d'or et elle était entourée de vitraux. Je remarquai particulièrement la poignée d'or pur... Du reste, toutes les demeures que le Seigneur me fit visiter avaient des salles spacieuses d'une beauté à couper le souffle... « Aimes-tu cet endroit ? » me demanda Jésus. « Oh oui, Seigneur. Il est splendide ! Qui va vivre dans ces maisons que tu me montres ? » « Tous mes enfants habiteront dans les demeures que j'ai préparées pour eux. Ils s'y installeront plus tôt qu'ils le pensent. »

En me tournant dans une autre direction, je remarquai un beau fleuve. Il était bordé d'un mur en pierres, et sur la rive gauche trônaient de belles maisons, de véritables petits châteaux, comme seuls des gens très fortunés peuvent s'en offrir. Le Seigneur m'expliqua : « Ces maisons sont destinées à mes enfants spéciaux ».

La Nouvelle Jérusalem
« Ma fille je t'ai montré la rivière et la Nouvelle Jérusalem. Les maisons que tu as vues étaient à Jérusalem, la Cité Sainte. Quand je ramènerai mes enfants à la maison, nous vivrons tous à Jérusalem. Je veux que tous mes enfants le sachent : cette cité est prête pour eux. » J'avais marché dans cette ville lumineuse. Tout était si éclatant et si brillant que j'avais eu l'impression d'être entourée de neige. Comme Jean (Bible, livre de l'Apocalypse), j'avais remarqué qu'il n'y avait ni églises, ni temples dans la Nouvelle Jérusalem, mais seulement de belles demeures que le Seigneur avait préparées pour ses enfants.

La Vie au Paradis
Nous sommes descendus de la montagne et nous avons marché sur la plage, entre les rochers. C'était le sable le plus blanc et le plus propre que j'aie jamais vu, et la plage était d'une beauté indescriptible. Certains des rochers avoisinants étaient si hauts que je n'en distinguai pas le sommet. Tandis que nous les contournions, je remarquai un grand groupe de personnes qui portaient des tuniques blanches. Chacune avait une apparence différente des autres, et de nombreux enfants jouaient dans le sable. Certains petits tenaient la main des adultes, et tous marchaient et gambadaient allégrement. Voir une place aussi animée et joyeuse était merveilleux. Le Seigneur et moi nous sommes assis sur l'un des gros rochers pendant un certain temps pour admirer la belle scène attirante qui nous faisait face. Puis, il se tourna vers moi et il me dit « J'ai fait bien des choses célestes semblables à celles de la terre pour que mes enfants en jouissent quand ils viendront dans mon Royaume, mais il y a aussi beaucoup de choses qui diffèrent de celles de la terre. J'ai des multitudes de surprises formidables pour mes enfants. »

Les Jardins et les animaux
Jésus prit ma main et me conduisit hors de la salle du trône dans un superbe jardin de fleurs. Le jardin était si vaste que je ne pouvais pas voir où il se terminait. C'était un vrai paradis de beauté, d'amour, de joie et de paix, à la fragrance la plus suave que j'aie jamais connue. C'était le Paradis, et il était plus magnifique que tout ce que j'aurais pu imaginer. Nous en sommes sortis pour emprunter une route étroite et sinueuse qui menait à une montagne surplombant une vallée verte et luxuriante. Je vis des animaux de toutes sortes qui couraient et batifolaient parmi les arbres. Je remarquai surtout un daim particulièrement fort et robuste. Je me rendis compte que ces animaux, généralement considérés comme « sauvages » semblaient très complices.

L'Océan de sang
Nous nous sommes assis sur le sable, au bord de l'océan. Les vagues allaient et venaient devant nous, et soudain, un phénomène bizarre se produisit : le bord de l'eau se changea en sang. Une vague mousseuse rouge foncé déferla devant nous. Ce sang paraissait sale, et je demandai : « Pourquoi ce sang est-il aussi souillé ? ». « C'est mon sang, Choo Nam. Il a lavé tous les péchés de mes enfants ! ». En entendant ces mots, je fondis en larmes. Jésus avait versé son sang pour moi, pour me purifier de tous mes péchés ! Celui qui n'avait jamais rien fait de mal était devenu péché pour moi, afin que je puisse être revêtue de la justice de Dieu. Le sang du parfait Agneau de Dieu m'avait purifiée et libérée. « Ne pleure pas, ma fille », dit-il.

Un Lieu de plaisir
Le Paradis est un lieu de plaisir éternel. Le Seigneur aime réjouir le coeur de ses enfants. Il veut que nous soyons heureux. « Quand j'emmène mes enfants ici, je veux qu'ils prennent du plaisir. Ils peuvent faire beaucoup de choses semblables à celles de la terre. Je veux qu'ils soient heureux ! Il faut que tu te souviennes de tout ce que je t'ai montré et de tout ce dont je t'ai parlé. »

Un Eden
Plus j'étudie le livre de la Genèse (Bible), plus je réalise que le jardin d'Eden a été la réplique du Paradis sur la terre. C'est le genre d'existence dont Dieu veut que ses enfants bénéficient. Il n'y avait ni mort, ni souffrances, ni douleurs, ni ténèbres, ni maladies en Eden, et il n'y en aura sûrement pas non plus dans notre demeure céleste ! Je suis certaine que le Paradis est le prototype de tout ce qui est beau sur terre. « Mes enfants seront comblés. C'est pour cela que je leur ai dit de renoncer aux choses mondaines pour me plaire. S'ils m'obéissent, ils peuvent avoir tout ce dont ils ont besoin pendant qu'ils sont sur terre. Je veux simplement que leur coeur me fasse passer en premier et qu'ils mènent une vie pure, parce que je les aime et que je veux les conduire tous ici. »

Un Lieu d'adoration
La pièce se remplit ensuite de gens qui portaient des tuniques blanches et des couronnes d'argent. Ils se prosternèrent en présence du Seigneur, et moi aussi. J'eus l'impression que la pièce s'élargissait pour accueillir un nombre toujours croissant de gens de toutes couleurs et de toute races. Ce fut un moment d'adoration solennelle et sacrée devant le Seigneur. C'était la plus grande salle où je m'étais jamais trouvée, on aurait dit une gigantesque salle de bal qui contenait des milliers et des milliers de personnes. Des pierres précieuses étincelaient sur les murs, et le sol était en marbre blanc immaculé. « Ils m'adorent. Ils m'adorent continuellement », expliqua le Seigneur. C'était donc pour cela que tous ces gens étaient rassemblés en ce lieu. Je dois admettre que je me sentis plutôt intimidée par son apparence lorsqu'il s'assit sur le trône dans sa gloire éblouissante.

Les Anges
Ces derniers temps, comme moi, beaucoup de gens font de mystérieuses expériences avec les anges. Ceux-ci nous visitent comme ils le faisaient autrefois. Ils assurent aux hommes que Dieu les aime, et ils les avertissent des choses à venir. Comme Jésus me l'a souvent dit, nous sommes vraiment dans les derniers jours. Les anges sont des messagers. J'ai rencontré l'un d'eux. Ce sont des êtres merveilleux, qui irradient l'amour et la gloire de Dieu. Ils aiment adorer le Père dans le Ciel, et ils lui obéissent en nous transmettant son message ici-bas.

Rend témoignage !
« Je te dis tout cela et je te montre ces choses afin que tu puisses en parler au monde. »

« Je sais que beaucoup de mes enfants croient que je ne viendrai pas les chercher avant très longtemps. Certains s'imaginent même que je ne reviendrai jamais, mais je veux que tu leur dises que mon Royaume est préparé pour ceux qui sont prêts et qui m'attendent. Mon retour est imminent. »

« Je veux que tu te souviennes de tout ce que je t'ai dit et montré. Fais en sorte de tout noter. Je veux être certain que tout le monde comprendra tout ce que je vais te montrer et te révéler. »

« Ma fille Choo Nam, je veux que tu sois patiente, poursuivit-il, car il me faudra un certain temps pour te montrer et te dire ce que veux te révéler. Il y a beaucoup à faire, car tu vas écrire un livre pour moi. »
« Je veux que mes enfants le lisent, car beaucoup éprouvent des doutes concernant le Paradis. Je désire qu'ils croient à l'existence du Paradis et qu'ils mènent une vie pure et obéissante pour pouvoir entrer dans mon Royaume. »
« Ce livre exposera toutes mes paroles et le Royaume que j'ai préparé pour quiconque veut y entrer. Tout est déjà prêt. »

« Je ne veux pas que tu manques le moindre détail de ce que je te montrerai ou te dirai, m'avertit-il. Rien de plus, rien de moins. Tout doit être exactement comme je te le révèle. »

« Je désire que tout soit bien clair dans ta tête. C'est pour cela que je t'ai répété à maintes reprises des points importants, et que je t'ai montré plusieurs fois les mêmes choses. »

« Le Paradis est un lieu préparé pour des personnes préparées »


Aussi paru sur ce blog : ILS ONT VU L'ENFER - Choo Thomas

- - 06.04.2008 | 0 réactions | #link | rss

L'expérience de mort imminente (en anglais NDE ou near death experience) est un phénomène qui intervient dans certains cas à l'extrémité de la vie, dans un état proche de la mort, parfois dans un état comateux.

Selon une étude 30% des personnes qui se trouvent dans un état proche de la mort, quelle qu'en soit la cause, se souviennent avoir vécu une NDE. Par ailleurs, on estimerait en 1994 à 13 millions le nombre d'Américains qui auraient vécu une NDE. A ce niveau, les chiffres ne sont plus très importants en eux-mêmes mais constituent bien la preuve que cette expérience est survenue chez un nombre impressionnant de personnes et que le doute quant à son authenticité n'est désormais plus permis. Il ressort sans équivoque de toutes les études entreprises que la NDE est une expérience universelle, non pas liée à une spécificité géographique ou culturelle mais issue de notre condition d'être humain.

 Le déroulement typique d'une NDE peut comprendre les phases suivantes :

  • la sortie hors du corps. Le sujet quitte son corps qu'il voit de l'extérieur depuis une certaine hauteur

  • le passage par un tunnel

  • l'apparition d'une lumière éclatante et attirante au bout du tunnel

  • la rencontre avec l'Etre de lumière qui personnifie l'Amour absolu

  • le sentiment de bonheur infini, d'une joie indescriptible, d'une paix profonde

  • la rencontre avec des proches décédés ou des guides inconnus

  • la vision d'une Cité de lumière

  • la revue de vie. Vision en dehors du temps et en 3 dimensions de plusieurs événements de la vie passée sur Terre

  • l'accès à la connaissance absolue, perdue partiellement ou entièrement lors du retour à la vie

  • la certitude de faire partie d'un ensemble universel harmonieux

  • représentations diverses symbolisant une frontière dont le franchissement rendrait le retour à la vie impossible

  • le retour à la vie souhaité ou imposé

Notons que la totalité de ces éléments est rarement présente dans une même expérience de mort imminente, et que malgré de frappantes similitudes entre différents témoignages, il ne s'en trouve pas deux qui soient absolument identiques.

Les expériences positives de NDE :

Voici plusieurs témoignages de quelques sujets qui ont vécu une expérience positive de NDE :

 « ... la première chose qui se produisit - tout a été très rapide – fut que je m'en allai à travers ce grand vide noir à une vitesse fosse. On pourrait comparer cela, mettons, à un tunnel. Je me sentais comme emportée dans une de ces attractions foraines genre montagnes russes à une allure vertigineuse. »

 « ... ce jour là, j'ai coulé, presque au milieu du lac. Pareil à un ludion, je montais et descendais, et tout à coup je me suis senti comme si j'étais loin de mon corps, loin de tout le monde, tout seul dans l'espace. Tout en demeurant stable à un niveau donné, j'apercevais mon corps qui montait et descendait dans l'eau. Je voyais mon corps de dos et légèrement sur ma droite. J'avis pourtant l'impression d'avoir la forme complète d'un corps entier, et cela tout en me trouvant en dehors de mon corps. J'éprouvais un sentiment de légèreté indescriptible. Je me sentais comme une plume. »

 « ... pendant la période où je suis resté sans connaissance, je me suis senti comme soulevé en l'air, comme si je n'avais plus de corps du tout. J'ai vu apparaître une grande lumière, blanche et brillante; si brillante que je ne pouvais voir au travers. Mais sa seule présence dégageait une merveilleuse impression de calme. Cela ne ressemblait en rien de connu sur terre. A l'apparition de cette lumière, des pensées et des paroles me sont venues à l'esprit : « veux-tu mourir ? » A quoi j'ai répondu que je n'en savais rien, étant donné que je ne connaissais rien de la mort. Alors, la lumière blanche m'a dit : « Franchis cette ligne, et tu le sauras. » J'avais l'impression de savoir où se situait la ligne en question, bien que je ne puisse l'apercevoir. A peine l'avais-je franchie que j'éprouvai des sentiments merveilleux de paix, de sérénité, et l'effacement de tous mes soucis. »

« ... et cette énorme lumière semblait presque me bercer. J'avais seulement l'impression d'exister en elle, de faire partie d'elle, d'être nourrie par elle et cette sensation s'amplifia et s'amplifia et s'amplifia pour devenir de l'extase, un sentiment radieux de perfection. E tout, en elle, était... Si vous prenez les mille meilleures choses qui vous soient arrivées dans la vie et que vous les multipliez par un million, peut-être vous approcherez-vous de cette sensation, je ne sais pas... Mais vous êtes purement et simplement englouti dans cette lumière et vous vous mettez à savoir quantité de choses. »

«... soudain, il y eut cette formidable explosion de la lumière et on me tourna... vers la lumière. Au loin, je vis une ville... Ce n'était pas comme celles qu'on aperçoit d'un avion. Même de cette distance énorme, je me rendais compte qu'elle était immense. On aurait dit que tout avait les mêmes dimensions, qu'elle ne reposait sur rien et n'avait besoin d'aucun soutènement. Et là, je pris conscience que la lumière provenait de l'intérieur de la ville. On aurait dit que son coeur n'était qu'un rayon laser de lumière et que ce rayon était dirigé sur moi [...] La première chose que je vis, ce fut cette rue : elle était d'une telle clarté. La seule chose à laquelle je puisse la comparer dans la vie, c'est l'or, mais elle était claire, transparente. Là-bas, tout avait une pureté, une clarté... La différence (entre les choses ici et les choses là-bas) c'est aussi ça. Quand vous songez à de l'or, vous pensez à quelque chose de brillant, de dur. Là, il y avait une douceur, une tendresse ! »

Les expériences négatives de NDE :

Voici un récit de Rawlings, cardiologue, qui raconte une réanimation tout à fait dramatique :

« Un homme avait subi plusieurs arrêts du coeur lors d'un infarctus et il avait perdu connaissance à plusieurs reprises pendant le processus de réanimation. L'homme, à chaque retour à l'état conscient, s'exclamait qu'il était allé en enfer, qu'il avait vécu des moments épouvantables, insupportables, et il suppliait le médecin de ne pas le laisser retourner là-bas. Rawlings était très impressionné car l'homme avait vraiment l'air terrifié, comme s'il avait vu des choses véritablement épouvantables. Comme la réanimation avait pu être achevée avec succès, Rawlings allait trouver le patient quelques jours plus tard dans sa chambre d'hôpital. Il commença à parler très prudemment de ce qui s'était passé pendant la réanimation et fut sidéré de constater que l'homme en question ne se rappelait de rien d'effrayant. Bien au contraire, il avait quelques vagues souvenirs d'un épisode plutôt positif, agréable. »

Une femme prise d'un grave malaise raconte :

« ... Je ne sais pas comment expliquer cela, je sais que ma dernière heure est venue. Je pense à mes enfants, à mes petits-enfants, et je me dis que je ne vais pas les revoir. Et, soudain, c'est le trou noir. C'est absolument terrifiant. Je ne sais comment expliquer ce que j'ai ressenti. Tout était noir autour de moi. Mais pas seulement noir, vide. Il n'y avait rien. C'était la nuit totale, brutale, infernale, sans aucune luminosité, même la plus petite. Il n'y avait que le noir opaque et ce vide intersidéral. Je flottais dans cet espace, et je me sentais absolument seule, abandonnée, terrifiée. Je savais que j'allais flotter ainsi pour l'éternité. Mon esprit me disait: alors c'est ça la mort. C'est affreux, inhumain, insurmontable. C'est comme si je tombais dans le vide, à l'infini. Je ne sais pas si vous connaissez le jeu Myst, au début il y a un petit bonhomme qui tombe dans le noir, eh bien, c'était ça. J'étais comme ce petit bonhomme, insignifiante dans l'immensité illimitée. Aucune présence de quelque sorte que ce soit. J'étais vraiment seule. J'étais absolument terrifiée, je ne trouve pas d'autre terme, la terreur à l'état brut. C'était intenable dans la durée. Personne ne pourrait supporter cet état longtemps. Et en même temps je me disais que c'était pour l'éternité. C'était vraiment la réalité. Ce n'était et ce n'est toujours pas, pour moi, une projection de l'esprit: c'est comme ça, ça été comme ça « pour de vrai », comme diraient les enfants.... »

Les expériences négatives de NDE après un suicide :

Un nombre significatif de témoignages portant sur des phénomènes d'approche de la mort (NDE) consécutifs à des tentatives de suicide ont pour caractère commun d'avoir été désagréables. En résumé, les témoins rapportent que les situations conflictuelles auxquelles ils avaient tenté d'échapper par le suicide trouvaient un prolongement après leur mort, mais avec des complications en plus.

Un homme, que le décès de son épouse avait réduit au désespoir, s'était suicidé d'une balle de revolver, était « mort » des suites de sa blessure, et avait pu être ramené à la vie. Il déclare :

« Je n'ai pas pu rejoindre [ma femme]. Je suis allé dans un endroit affreux (...). J'ai immédiatement mesuré l'erreur que j'avais commise (...). J'ai pensé : « Combien je regrette d'avoir fait cela. »

Un homme qui était « mort » à la suite d'un accident disait :

« [Pendant que je me trouvais de l'autre côté], j'eus le sentiment que deux choses me seraient totalement interdites : me tuer, ou tuer quelqu'un (..). Si j'en venais à me suicider, ce serait comme si je refusais le don de Dieu en le lui jetant à la face (...). Tuer quelqu'un d'autre, c'est se mettre en travers du plan que Dieu a conçu pour cet homme... »

Cet autre homme, dépressif et suicidaire, a fait l'expérience de plusieurs NDE successives positives et négative :

« ... Puis, comme un voile épais et noir, comme une lumière qui s’éteint, ce “noir” s’abattit dans la pièce. à ce moment, l’infirmière se retourna et regarda le cardiogramme et dit à quelqu’un “on est en train de le perdre !”. Ce fut les dernières paroles que j’eus le temps d’entendre car le “noir” m’enveloppa totalement, me coupant de tout. Je ne voyais rien, n’entendais rien, et j’eus peur comme on a peur dans le noir total dans un endroit inconnu. Puis je criai par peur : “Je veux de la lumière !”. Puis un minuscule point apparut au loin, comme lorsque on regarde une étoile du ciel. De ce point vint un rayon de lumière, mince et s’ouvrant de plus en plus devant moi, d’une lumière blanche immaculée, pure et brillante, d’une énergie dans laquelle je sentais un amour inconditionnel et sans limites. Cette lumière parvint jusqu’à moi et m’enveloppa juste assez pour que je puisse “avancer” dans cette lumière. J’avançai non pas en marchant, mais me sentant comme attiré dans cette lumière, et seul ma volonté me faisait avancer. Puis j’entendis des voix parlant au loin, puis je vis un groupe de personnes toutes vêtues de blanc (de longues toges) et ils parlaient de moi, je le savais, mais je ne pouvais distinguer ce qu’ils disaient. Moi, je continuais à avancer dans cette lumière et je savais que je quittais la vie me dirigeant dans cette lumière vers ce que l’on pourrait appeler “le ciel”. Puis, une de ces personnes leva le bras et la main dans un signe d’arrêt et me dis: „”Où vas-tu ?”. Je répondis: “Je vais vers le ciel, je ne peux vivre sur terre, j’en suis incapable, ma souffrance est trop grande, je ne peux la supporter davantage”. La personne me répondit : “Arrête, tu ne peux avancer dans cette lumière, tu vas tout “souiller”, tu t’es suicidé !”. Puis cette personne parla aux autres encore et me dit : “Tu vas retourner dans ton corps et aller remplir ta mission”. Je répondis : “Seul, je ne le pourrai pas, j’en suis incapable”. La personne me dit : “Nous allons t’aider”. Puis je me sentis “poussé” de force dans cette lumière vers mon corps. Je me suis assis “carré” dans mon lit, l’infirmière me regardait et je lui ai dit : “j'ai vu Dieu !”. Puis je retombai dans un sommeil profond et je m’éveillai le lendemain matin.

... un cordon de lumière me rattachait à mon corps sur le lit et était relié au niveau du nombril. Je vis apparaître un tout petit point de lumière mais noir (si il vous est possible de concevoir l’idée d’une lumière noire) et, comme à l’hôpital (de la même manière et selon le même principe), ce point s’agrandit jusqu’à devenir une petite masse, mélange de matière à l’apparence un peu visqueuse et d’un nuage gazeux. Puis dans cette masse une forme imprécise, un visage se dessina et plus je regardai cette chose se former, plus un visage “humain” apparaissait jusqu’à ce que ce visage qui m’apparut fut le mien. Ce visage “brillait” d’une lumière noire dont des rayons s’échappaient, mais je “sentais” une énergie ”négative” s’en dégager. Puis ce visage me dit : “Viens avec moi, nous allons pleurer ensemble pour l’éternité, nous pourrons soulager notre souffrance ainsi”. (Je dois dire ici qu’aucune parole ne fut échangée et que j’exprime ici en “mots” ce qui se communiquait uniquement par la pensée durant cette expérience. Comme une idée “tout d’un bloc” qui entre dans votre pensée et qui “sans explication” nécessaire est comprise ainsi, instantanément, et de même pour envoyer la réponse). Je sentais une énergie négative se dégageant de cette entité et je me méfiais d’elle, je sentais qu’elle voulait me “tromper”. Elle voulait m’attirer à elle pour se soulager de sa propre souffrance (que désire-t’on le plus lorsqu’on est triste ? Une personne pour “partager” cette tristesse). Je sentais que si je disais “oui” à cette entité et que j’acceptais d’aller avec elle, c’est dans la mort que je décidais d’aller et que j’avais un choix à faire : décider de vivre ou de mourir. Puis je vis comme un fleuve où “nageaient” ou “flottaient” toutes sortes d’autres entités qui toutes souffraient, pleuraient dans une espèce de “bas-astral” où toutes les pensées les plus bestiales , délirantes ou informes se matérialisaient et formaient ce fleuve dans lequel “baignaient ces “âmes” perdues (les idées avaient des formes). Certaines étaient comme de longs serpents informes qui vous pénètrent le corps, d’autres gémissaient comme un embryon de quelque chose “pas encore né” et erraient sans but, seuls avec leurs souffrance qu’ils cherchaient sans cesse à soulager en s’appropriant l’attention d’autres entités. Mon Dieu, cela était intolérable, insupportable; et je compris que le suicide n'est pas une solution car lorsqu’on se suicide, on demeure dans le même état que l’on est lors de sa mort et que l’on est, pour un temps indéterminé et de Dieu seul connu, condamné à “errer” dans ce “bas-astral” avec ces autres entités et que notre souffrance devient ainsi peut-être éternelle (au bon vouloir de Dieu lui-même). Le suicide est un “piège” puisqu’il ne règle rien et que même, il empire les choses car cet état devient perpétuel. Le suicide est le plus grand péché contre Dieu car c’est renier la vie elle-même et renier Dieu lui-même ! Je compris tout cela et je crois que ce “bas-astral” pourrait être ce que l’on nomme “l’enfer” ! Et en mon âme et conscience, je ne pus accepter cela et au fond de mon âme je désirais “vivre”, alors je dis “non” à cette entité et cela suffit à la repousser. Elle se “dématérialisa” et disparut dans son nuage noir et visqueux.

... alors une lumière venant du haut me pénétra par le haut de la tête et descendit en moi. A mesure qu’elle descendait, tout mon corps (“astral”) se détendait complètement et lorsque cette lumière atteignit le niveau du coeur, je sentis comme une explosion d'amour pur, inconditionnel, un amour concentré, et je me sentis baignant dans cet amour. Puis, comme une “main” énorme venant d’en haut me pénétra par le haut de la tête et cette main se frayait un chemin parmi mes idées, mes émotions, mes sentiments, tassant des choses, en écartant d’autres, elle cherchait quelque chose de “précis”. Je me sentais envahi par quelque chose de totalement inconnu et j’étais totalement impuissant, alors j’ai eu peur et je me sentis comme un peu “violé” dans mon intimité, non physique mais en mon âme et je demandai : “Qui êtes-vous ?” et une voix me répondit : “Je suis le Saint-Esprit, je suis une force d’Amour, je contrôle toutes tes fonctions essentielles, tu n’as rien à craindre”. Je sentais que cette force “fouillait” dans mon âme et je demandai alors : “Que faites-vous ?” „ La voix me répondit : “je vais t'enlever ta souffrance, tu n'en auras plus besoin”. Puis je sentis cette main saisir quelque chose en moi et le jeter au loin. La lumière disparut et je restai là, pantois, et après ce qui venait de se passer je pris peur ne sachant ce qui pourrait m’arriver encore. Le désir de réintégrer mon corps se fit impérieux et je cédai un peu à la panique. J’eus comme l’impression de “courir”, de me “lancer” dans mon corps, peu importe ce qui arriverait. Juste avant de réintégrer mon corps, j’étais comme à demi entre mon corps et à l’extérieur , je sentis à ce moment comme un déclic au niveau des reins et un craquement au niveau de la nuque et qu’une main invisible me guidait dans mon corps... »

En général, ceux qui eurent à subir ce pénible état disent qu'ils avaient eu le sentiment d'être là pour longtemps; qu'ils payaient ainsi le prix d'un « manquement aux règles », en se soustrayant prématurément à ce qui constituait une « mission » - celle de se conformer à une certaine finalité de la vie.



 


FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch