Une concentration infime d'iode 131 a été observée mercredi dans le ciel suisse. Mesurée par un vol spécial, cette radioactivité est toutefois largement inférieure aux valeurs limites admises en Suisse et sans danger pour la santé de la population.

La valeur enregistrée a été de 140 micros becquerels par mètre cube, a annoncé aux médias vendredi Werner Zeller, chef de la division radioprotection de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les mesures ont été effectuées à 6000 mètres d'altitude et les traces sont liées à l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima, a-t-il ajouté.

Les valeurs d'iode 131 mesurées sont 20'000 fois inférieures à la limite admise (3 millions de micro becquerels/m3), a rassuré M. Zeller. Lors de l'accident de Tchernobyl, les autorités avaient relevé des quantités au sol atteignant 5 millions de micro becquerels par mètre cube.

D'autres vols ont été effectués au-dessus du territoire jeudi et vendredi. Selon une analyse provisoire de celui de jeudi, les valeurs sont en baisse. Au sol, les mesures effectuées par les cinq filtres d'aérosol n'ont montré aucune augmentation de la radioactivité.

Les particules radioactives mettent environ une semaine pour arriver en Europe, selon les modèles météorologiques. Elles traversent le Pacifique, le continent nord-américain et l'Atlantique nord avant d'arriver sur le Vieux Continent.

Selon les estimations de Hans Wanner, chef de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), les plus grosses fuites de radioactivité de la centrale nippone ont eu lieu du 15 au 17 mars. Depuis les émissions sont moins importantes.

Texte de : ats-rp
AWP/25 mars 2011 12h45