Un blog qui intègre des notions de sociologie et de psychologie sociale (mais rarement)
articles
réactions

- - 27.03.2008 | 3 réactions | #link | rss
Il y a comme ça des inventions complètement géniales qui améliorent considérablement notre quotidien mais qui aussi par moment nous font passer pour des imbéciles finis.

Bon ça a toujours été le cas finalement. Mais je voyais plutôt mes parents en pâtir. Pas moi. Par exemple lors du premier enregistrement effectué avec son  magnétoscope, mon père m’avait demandé où il devait aller pour faire développer la bobine de la cassette VHS. Ou encore me questionnait pour connaître la raison pour laquelle la face B de son disque compact ne fonctionnait pas. Ou plus récemment, il était persuadé que le disque dur de son téléphone portable était défectueux et qu’il fallait le changer (en fait il pense que tout appareil ayant un écran contient forcément un disque dur).

Donc là je suis possesseur d’un lave-vaisselle. Depuis une paire d’années en gros. Cet appareil a radicalement changé ma vie dans le sens où maintenant il me serait impossible de m’en passer. Sinon pas tellement en fait.

Bref. Donc dès qu’il y a une nouvelle poudre qui sort je l’achète évidemment afin d’avoir le top du top de la pastille pour lave-vaisselle la plus high-tech possible. Et d’ailleurs j’attends impatiemment le comprimé 132-en-un qui range la vaisselle dans les placards à la fin du cycle. Bon là je me contente d’un bête 5-en-un. Je ne sais plus ce que c’est exactement les 5 effets. Je crois que c’est retour de l’être aimé, désenvoûtement, coloration, anti-cerne et adoucissant pour la laine. Mais là n’est pas mon problème finalement.

Non mon problème c’est que j’avais opté pour des pastilles dont le film protecteur se dissout dans l’eau. Donc  il n’y a même plus besoin de déchirer le papier pour en extraire la tablette. C’est complètement ingénieux et incroyable comme système.

Mais lors de mon achat suivant, j’ai pris une boîte dont le film protecteur ne se dissout pas lors du lavage (j’étais pressé, persuadé d’avoir pris le bon produit sans en lire tout les bénéfices inclus dedans. Et en même temps la notice n’est imprimée qu’en allemand ou éventuellement dans un patois hollandais du nord).

Et bien ça lave nettement moins bien. Il faut le savoir.
- - 19.03.2008 | 5 réactions | #link | rss
Ouais c’est bientôt Pâques semblerait-il. Que je vous explique. On va fêter là la résurrection du petit Jésus. Si. Alors que ça fait genre juste 3 mois qu’il est né puisqu’on a fêté ça récemment. Et là : bing ! il ressuscite. Et on ne rigole pas, c’est le jour le plus saint du calendrier chrétiens. Déjà parce qu’avant de revenir, il a pas mal souffert, il faut le savoir. Mais histoire de ne pas vous flinguer votre prochain week-end prolongé je vais faire abstraction de cet épisode douloureux.

Et en fait Pâques à la base c’est une fête juive. Qui dure 8 jours. Et comme le petit Jésus il a fait son come-back (presque comme le retour et la reformation de NTM en fait) durant cette période, les chrétiens peu inspirés ont gardé le même nom. Mais pas le même nombre de jours … Dommage 8 jours fériés ça l’aurait fait hein ?

Sinon le jour de Pâques varie. Pas comme le jour de Noël par exemple. Alors il naît toujours le même jour le petit Jésus mais par contre il revient un peu comme ça l’arrange. Donc pour connaître le jour, il faut aller à Rome, avec son agenda grégorien (comme le calendrier et pas tellement comme le chant). Après il faut ajouter 14 jours à la dernière pleine lune du printemps qu’a fait l’hirondelle soustrait de 181 heures depuis la dernière apparition télévisuelle de Michel Drucker (qui est beaucoup plus vieux que le petit Jésus, il faut le savoir) multiplié par le taux du pouvoir d’achat des Français. C’est un tantinet compliqué quand même.

Sinon les cloches elles ont également aussi congé et partent en vacances. A Rome, à chaque fois. Bon en fait elles tentent d’aller sur l’île de Pâques mais comme tous les chemins y mènent, à Rome, elle sont bien embêtées les cloches (et comme elles sont un peu cloches, les cloches, bin ça cloche quoi).

Et nous pour fêter ça (comme il n’y a pas de cloches, on peut dormir tranquille) on s’offre des œufs. Et les lapins sont contents et forniquent joyeusement. Les œufs et les lapins représentent le printemps, le soleil, les filles en minijupes, les jonquilles, la fin de l’hiver, le renouveau, le chocolat, la renaissance, tout ça quoi.

Bref.

Joyeuses Pâques (et si vous êtes persuadés que Sophie a pris l’avion, vérifiez bien qu’il n’y ait pas de grèves avant de ramener Julie qui ne sait pas où dormir) !

Robert Léponge
- - 18.03.2008 | 4 réactions | #link | rss

La semaine dernière, le maire de Genève a qualifié le fier et noble Pays de Vaud de rupestre. Je pense qu’il a dû lire mon article dans lequel je me moque affablement de nos amis Genevois. Lire ou relire ici. N’ayant que peu d’humour, ce maire indigne s’est donc vengé (et rien à voir une mère indigne ce que n’est assurément pas Babi par exemple).

 

Non plus sérieusement, il s'est simplement trompé de mot. Sa langue a fourché dans un violent lapsus tout comme récemment notre président fédéral donnant le nom d'un nazi à M. Mörgeli (ou inversemment je ne sais plus maintenant). En même temps avec un nom de famille pareil, franchement ça n'est pas étonnant. Il ne pouvait pas s'appeler Bolomey comme tout le monde ?

Mais que voulait-il dire exactement en fait avant que sa langue alors qu'elle avait fini son septième tour ne sorte le mot rupestre ? Le royal Pays de Vaud ? Le rayonnant Pays de Vaud ? Le rutilant Pays de Vaud ? Bon certainement un de ces mots-là. Ca n'est pas grave. Enfin que cela ne se reproduise plus maintenant.

 

Sinon pour répondre à la question de mon titre : cela dépend si sa grotte fait 375 m2 pour un loyer mensuel de 600.-- charges comprises. Et s'il fait sauter les contravention de son mammouth qui est toujours parqué à l'arrache. Bon c'est toujours moins grave d'avoir un maire troglodyte que Genevois hein :]

- - 17.03.2008 | 1 réactions | #link | rss

On passe un septième de sa vie un lundi.
Ma vie est un enfer.

- - 14.03.2008 | 4 réactions | #link | rss
Je m’explique. Pendant mes vacances à la montagne, j’ai fait quelques jours de ski. Si vous ne deviez pas connaître le ski, c’est un sport de glisse qui se pratique avec des patins longs et étroits (ce qui explique mon titre plutôt compliqué mais pour le coup compréhensible par tout le monde), donc qui se pratique sur de la neige en général (mais sur l’eau aussi, sur le sable, sur de la barbapapa mais dans ce cas il faut bien farter). De préférence en descente mais en fait à la montée ça va aussi. Enfin un moment quoi.

Alors que ça faisait des années que je ne pratiquais plus que du snowboard (pardon de la planche à neige) je voulais faire à nouveau ce sport afin d’être un montagnard complet sachant évoluer sur toutes sortes de supports différents (comme la planche à neige, la luge, le caquelon à fondue, le télémark, le sac poubelle et le bilboquet).

Donc comme je ne possède plus ce matériel spécifique depuis au moins la fin de mon adolescence (et ça commence à remonter loin tout ça) je suis parti un matin chez un loueur de lattes (et non pas un cueilleur de dattes, ni un tueur de blattes).

La première chose qu’ils vous font essayer ce sont les chaussures. Il faut savoir que cela s’apparente plus ou moins à un engin de torture ultra-évolué (et fortement coloré selon les modèles). En plastique tellement dur que dans 20'000 ans c’est la seule chose qui ne sera pas encore biodégradé de notre époque et que les futurs paléontologues retrouvons en se demandant que diantre faisaient-ils avec ces chaussures ? De la tecktonik ? Bref. Je m’empare prestement de la chaussure  (la gauche, toujours la gauche d’abord) afin de la tester, enfile mon pied à l’intérieur (en grimaçant évidemment) plus ou moins facilement et me coince immédiatement le doigt sur le premier loquet que je manipule. Là je ne grimace plus mais je hurle. Et comme il n’y avait quasiment que des Hollandais dans le magasin, mes paroles proférées à ce moment là n’ont choqué qu’un minimum de personnes je pense, heureusement.

J’en porte encore les séquelles, l’intérieur de mon index est encore violet un peu. Ce sport est définitivement dangereux. Très dangereux.

Sinon tout c’est bien passé. Je ne suis tombé qu’une fois (pratiquement à l’arrêt pour que la honte soit tout bien sur moi, tout partout et collante) et comme le vélo cela ne s’oublie pas (tu parles ouais !). Par contre durant la 1ère piste vous avez un style qui fait que tout le monde vous montre du doigt en se moquant (sauf les Hollandais. Encore que).
- - 13.03.2008 | 1 réactions | #link | rss
Je l’ai lu quelque part que les gens passent en moyenne 15 heures par semaine sur Internet. Et 13 heures devant la télévision. Bon on va dire que c’est bien. Surtout vu ce qu’il y a à la télé (je ne compte pas "A La Recherche De La Nouvelle Star" évidemment). Mais en même temps sur Internet c’est finalement pas tellement mieux.

Tout ça pour dire que je n’ai absolument plus le temps de faire ni l’un ni l’autre. C’est terrible.

Donc si je n’ai même plus le temps de parcourir la toile (telle une araignée tisseuse à la recherche de proies volantes et plus si affinités et au plafond évidemment), je ne vous raconte même pas en ce qui concerne de la remplir avec de vifs et merveilleux articles comme celui-ci (en fait je vous le relate là mais bon, faites comme si). Ca me désole. Et ca me navre en même temps. Ce blogue part à la dérive (il pourrait aller à la Baule mais non). J’y ai même vu de la poussière ici et là (et une toile d’araignée, toujours au plafond évidemment).

Bon demain je vous raconte mes vacances.
FutureBlogs - v.0.8.6beta - Ce site est hébergé par http://monblog.ch
Wiiiz Mr. Green Click! Miaw! Add to Technorati Favorites