Oui alors dans mon métier, notamment, je reçois plein de messages à caractère électronique. J'en tape pas mal également (pas trop fort heureusement pour eux).

En parlant de message électronique, je me permets une petite parenthèse*. Oui je sais ça n'est pas très sérieux, surtout dès la 3e phrase mais ce blogue n'est finalement pas tellement réfléchi alors vous ne m'en tiendrez pas rigueur plus que ça. Voici ma digression : non je ne veux pas tester de l'alcool de morse, merci. Je ne suis pas le nordique auquel vous pensiez.

*vous vous demandiez par contre peut-être où était la petite parenthèse ... et bien elle est là : )

Revenons à nos bovidés de la sous-famille des caprinés si vous le voulez bien.

Donc  je reçois énormément de courriels. Sauf que la plupart des gens sont persuadés qu'un message électronique n'est pas sérieux (bien au contraire de cet excellent blogue). Comment effectivement considérer à sa juste valeur une missive sur laquelle n'a pas été léché un timbre à collectionner éventuellement ?

Donc j'ai droit et dans le désordre à des messages :

- sans sujet. Ce qui me rend dingue. Déjà parce que pour retrouver un message qui n'a pas de titre dans la masse de tout ce que je reçois il faut que j'utilise les fonctions de recherche dans Outlook (et pour ceussent qui ont la version 2007 et Vista savent que cela n'est pas facile et que ça ne fonctionne que très modérément).
Et alors que je n'étais encore qu'un jeune Padawan du monde du travail dans le commerce, ma professeuse de dactylo (qui se prénommait Yolanda comme quoi) me harcelais vivement pour que je n'oublie pas de mettre un concerne clair et précis dans mes courriers. J'imagine que maintenant je paie ces écarts en maugréant contre mes propres envoyeurs.
En plus il s'avère que mon anti-spam n'aime pas tellement les messages sans objets. Il doit penser que c'est un casino qui veut me vendre des fausses pilules viagra avec un vrai logo Gucci dessus.

- des messages sans signature. Ou un nom. Voire juste une initiale (si c'est vrai). Genre sans téléphone, ni nom de société. Donc me voilà réduit à déduire le nom de la compagnie selon ma mémoire et ce qui figure dans l'adresse e-mail. Ou pire. Renvoyer le message à l'expéditeur en lui demandant ses coordonnées téléphoniques pour que je puisse lui parler car son message n'est à priori pas écrit en français (voir point suivant).

- des messages incompréhensibles. Genre avec la moitié du problème expliqué ou même pas du tout. Et ça c'est quand c'est écrit en français. J'attends impatiemment mon premier message en kikoolol-sms-style. Je pense que je l'encadrerais avant de le supprimer physiquement de ma messagerie, le tout en hurlant mon désespoir d'un monde aussi cruel avec nous tous.

- des messages transférés à partir d'anciens messages qui n'ont strictement rien à voir. Donc évidemment l'objet du message n'a également pas été adapté et n'a strictement aucun rapport avec le contenu du dernier message. Finalement je n'ai qu'à faire le tri moi-même.

Finalement pour lire un message il me faut une heure. Dans les cas extrêmes je dois comprendre le contenu, changer le titre, virer les messages précédents qui n'ont rien à voir et trouver l'identité de la personne qui me l'a fait parvenir.  Ca n'est plus possible.

Il faut donc que l'on délivre un permis afin de n'autoriser que des gens compétents à envoyer un message électronique. Ce permis s'obtiendrait en faisant quelques tests et en apprenant la base de l'envoi d'un courrier (électronique ou non).

Avec une question piège et finale " A quel endroit collez-vous le timbre sur votre courriel ? " Réponse A : dans ton cul. Réponse B : au fond à gauche.  Réponse C : au dos s'il reste de la place. Réponse D : non effectivement il n'y aura pas de chute, ni de fin d'article digne de ce nom.